Partenaires





« mai 2018 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

3 événements

  • Algèbre Géométrie

    Mardi 13 février 10:00-11:00 -

    Pas de groupe de travail : réunion d’équipe

    Lieu : Fermat 2205

    [En savoir plus]

  • Algèbre Géométrie

    Mardi 13 février 11:30-12:30 - Christoph Bärligea - Institut Élie Cartan de Lorraine

    Christoph Bärligea : Skew divided difference operators in the Nichols algebra associated to a finite Coxeter group

    Résumé : In a paper from 2006, Bazlov has proposed to study a specific Nichols algebra in the Yetter-Drinfeld category over a finite Coxeter group which is associated to a specific Yetter-Drinfeld module spanned by the positive roots. It has been proved that this Nichols algebra realizes both the nilCoxeter and the coinvariant algebra as subalgebras. In this context, the action by braided partial derivatives when restricted to the coinvariant subalgebra can be expressed in terms of divided difference operators. Equally well, one can introduce elements which act via skew divided difference operators. Inspired by the work of Liu, one may conjecture that these elements have positive expressions in terms of the generators and that they satisfy a monomial property for order less or equal than two. We will give an introduction into this subject and explain the main conjectures whose proof is work in progress.

    Lieu : Fermat 2205

    [En savoir plus]

  • Probabilités Statistiques

    Mardi 13 février 11:30-12:30 - Jean-Jil Duchamps - UPMC Paris 6 - Groupe SMILE

    Mutations sur un arbre aléatoire mesuré

    Résumé : On considère un arbre aléatoire, construit à partir d’un nuage de points Poissonien dans le plan (CPP pour coalescent point process), qui apparaît comme limite en temps infini d’un arbre de naissance et de mort surcritique, muni d’une mesure sur ses feuilles (la population). Sous l’hypothèse "infinité d’allèles", on pose des mutations de manière Poissonienne le long de la généalogie et l’on s’intéresse à la répartition des allèles dans la population mesurée. On donnera plusieurs caractéristiques de cet objet, notamment la loi de la généalogie clonale (sans mutation), la probabilité qu’un clone subsiste en temps infini, et l’intensité moyenne de la mesure ponctuelle donnant l’ensemble des tailles des blocs de la partition allélique de la population.

    Lieu : Bâtiment Fermat, Salle 2102

    [En savoir plus]