Partenaires





« octobre 2017 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

Agenda

séminaire

  • Algèbre Géométrie

    • Mardi 4 octobre 2011 - Lucia Di Vizio - LMV

      Titre à venir

      Lieu : Bâtiment Fermat - en salle 2205

      [Article]

    • Mardi 11 octobre 2011 - Martin Andler - LMV

      Titre à venir

      Lieu : Bâtiment Fermat - en salle 2205

      [Article]

    • Mardi 18 octobre 2011 09:45-10:45 - Venketasubramanian Coolimuttam G - UVSQ

      Representations of GL(n) distinguished by GL(n-1) over a non-Archimedean local field

      Résumé : Given a topological group G, a representation \pi of G and a closed subgroup H of G, it is important in representation theory to understand the restriction of \pi to H. In particular, we would like to understand those representations of G which when restricted to H, has the trivial representation of H as a quotient. We explore this question when G=GL_n(F) and H=GL_{n-1}(F) for a non-Archimedean local field F. We classify all irreducible admissible representations of G which when restricted to H has the trivial representation of H as a quotient. We also prove some multiplicity results when the restricted representation is not irreducible. In the talk, we will try to give complete proofs in the case of n=3 and some ideas leading to the proof of the general case.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 25 octobre 2011 09:45-10:45 - Andrea Pulita - Université Montpellier

      La formule de Christol pour le calcul du Rayon de convergence des équations différentielles linéaires d’ordre un p-adiques (Applications à la conjecture de F. Baldassarri sur la finitude du rayon).

      Résumé : Dans une pre-publication récente G. Christol a trouvé une méthode permettant de calculer explicitement la fonction "rayon de convergence" d’une équation d’ordre un à coefficients polynomiaux. Dans l’exposé on va rappeler la méthode de Christol, pour ensuite la généraliser aux équations à coefficients arbitraires. L’algorithme que nous proposons est effectif et permet un calcul explicite du Rayon par ordinateur. Nous allons discuter les applications de cette formule à la conjecture de F. Baldassarri concernant la finitude du rayon que nous démontrons en grand partie (dans le cas des équations d’ordre un). Finalement si le temps le permet nous allons donner une analogie entre cette formule et la définition de ramification donnée par K. Kato pour le groupe de Galois absolu d’un corps de séries formelles en caractéristique p.

      Lieu : Bâtiment Fermat - en salle 2205

      [Article]

    • Mardi 25 octobre 2011 11:30-12:30 - Jérémy Berthomieu - LMV

      Factorisation de polynômes à deux variables convexe-denses

      Résumé : Nous présentons un nouvel algorithme pour réduire le problème de la factorisation des polynômes creux à deux variables au cas des polynômes denses. Cette réduction consiste simplement en le calcul d’une transformation monomiale inversible qui rend un polynôme dont la taille dense est du même ordre de grandeur que la taille du polygone de Newton du polynôme donné en entrée. En particulier, si la complexité d’un algorithme de factorisation de polynôme à deux variables s’exprime en le produit des degrés partiels, notre résultat permet de dire que cette même complexité est en fait en la taille du polygone de Newton du polynôme considéré.

      Lieu : Bâtiment Fermat - en salle 2205

      [Article]

    • Mardi 8 novembre 2011 11:30-12:30 - Enno Nagel - UPMC

      r-times differentiable functions over the p-adic numbers for a real number r>=0

      Résumé : Motivated by their appearance in the completions of certain locally algebraic representations, I will introduce and explain, for a real number r>=0, the notion of an r-times differentiable function over a non-Archimedean manifold and state their basic properties. This will build up on the classical approach by Schikhof through iterated difference quotients.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 novembre 2011 11:30-12:30 - Alberto Minguez - IMJ

      Vers une correspondance de Jacquet-Langlands modulo l

      Résumé : Dans cet exposé on fera une introduction à la théorie des représentations de groupes p-adiques sur un un corps de caractéristique l non nulle. On se concentrera dans le cas l \neq p. On présentera un travail en cours avec V. Sécherre sur les représentations l-modulaires des formes intérieures du groupe linéaire et on discutera la possibilité de construire une correspondance de Jacquet-Langlands modulo l.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 22 novembre 2011 09:45-10:45 - Irene Bouw - Universität Düsseldorf

      Differential equations with integral solutions

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 22 novembre 2011 11:30-12:30 - Stefan Wewers - Universität Hannover

      Lifting cyclic extensions

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 6 décembre 2011 11:30-12:30 - Lara Thomas - ENS Lyon

      Exponentielles de groupes formels et vecteurs de Witt ramifiés dans des extensions de Lubin-Tate

      Résumé : Soit $K$ un corps $p$-adique. Dans cet exposé, nous donnerons une représentation analytique de générateurs pour certains modules galoisiens dans des extensions abéliennes, totalement, faiblement et sauvagement ramifiées de $K$. Notre construction utilise plusieurs outils : des exponentielles de groupes formels, la théorie de Lubin-Tate et les vecteurs de Witt dits ramifiés. Elle permet de généraliser deux travaux récents : la construction due à Erik Pickett de certains générateurs galoisiens, et la théorie des $\pi$-exponentielles d’Andrea Pulita utilisée pour l’étude d’équations différentielles $p$-adiques solubles de rang 1.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Mardi 18 septembre 2012 10:00-11:00 - Maria Chlouveraki - LMV

      La théorie des représentations des algèbres de Hecke et la catégorie O

      Lieu : UVSQ, batiment Fermat, salle 2205

      [Article]

    • Mardi 2 octobre 2012 11:30-12:30 - Loïc Poulain d’Andecy - UVSQ

      Eléments de Jucys-Murphy et méthodes inductives en théorie des représentations

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 9 octobre 2012 11:30-12:30 - François Charles - CNRS

      La conjecture de Tate pour les variétés symplectiques holomorphes

      Résumé : On prouve la conjecture de Tate pour les diviseurs sur les réductions de variétés symplectiques holomorphes sur un corps fini, moyennant quelques hypothèses sur la caractéristique. Le cas important est ici le cas supersingulier. En particulier, on obtient la conjecture de Tate — qui se réduit ici à la conjecture d’Artin — pour les surfaces K3 en toute caractéristique p>3. La preuve s’appuie sur un travail de D. Maulik qui traite le cas des surfaces en caractéristique grande devant le degré.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2012 11:30-12:30 - Christophe Breuil - CNRS, Université Paris-Sud

      Programme de Langlands p-adique et représentations algébriques fondamentales

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2012 11:30-12:30 - Geo Kam-Fai Tam - IMJ

      Transfer relations in essentially tame local Langlands correspondence

      Résumé : We first recall the essentially tame local Langlands correspondence of GL_n constructed by Bushnell and Henniart. Their results describe the difference of the local construction and the functorial induction of supercuspidal representations by certain characters of tamely ramified elliptic maximal tori. We relate their results to endoscopic transfer relations of Kottwitz, Langlands, and Shelstad by comparing twisted characters of representations. Therefore we can relate rectifiers to certain transfer factors, and hence we can interpret the essentially tame correspondence using admissible embeddings of L-groups.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 27 novembre 2012 11:30-12:30 - Andrei Moroianu - CNRS, UVSQ

      Espaces homogènes stablement complexes

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 4 décembre 2012 09:45-10:45 - Federico Pellarin - Université de Saint-Etienne

      Sur certaines identités fonctionnelles en caractéristique non nulle

      Résumé : Dans cet exposé nous expliquerons comment une fonction analytique rigide, appelée fonction \omega, définie sur un certain corps algébriquement clos et complet de caractéristique non-nulle (et introduite par G. Anderson et D. Thakur dans les années 1990) apparaît dans les "facteurs gamma" de certaines identités fonctionnelles pour une nouvelle classe de séries L. Nous mettrons aussi en lumière plusieurs analogies entre cette fonction et la fonction gamma d’Euler.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 4 décembre 2012 11:30-12:30 - Banafsheh Farang-Hariri - UVSQ

      Sur deux versions géométriques des algèbres de Hecke-Iwahori

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 janvier 2013 11:30-12:30 - Thomas Dreyfus - université paris 6

      Théorème de densité pour les équations différentielles linéaires à paramètres

      Résumé : A une équation différentielle linéaire à coefficients germes de fonctions méromorphes, nous pouvons associer un groupe algébrique (le groupe de Galois différentiel) qui mesure les relations algébriques entre les solutions. Le théorème de densité de Ramis donne une liste de générateurs topologiques de ce groupe, pour la topologie de Zariski. Il y a les générateurs formels, la monodromie et le tore exponentiel, et les générateurs analytiques, les opérateurs de Stokes. Plus récemment, il a été développé par Landesman, puis par Cassidy/Singer une théorie de Galois pour les équations différentielles linéaires dépendant de paramètres. Ce coup ci, le groupe de Galois, qui est maintenant un groupe différentiel, mesure les relations algébriques et différentielles (par rapport aux paramètres) des solutions. Nous présenterons un analogue du théorème de densité dans le cas des équations différentielles linéaires dépendant de paramètres. Si le temps nous le permet, nous parlerons du problème inverse en théorie de Galois différentielle paramétrée.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2205

      [Article]

    • Mardi 22 janvier 2013 11:30-12:30 - Mladen Dimitrov - Université de Lille 1

      La géométrie de la courbe de Hecke aux points d’Artin

      Résumé : Hida a démontré que la courbe p-adique de Hecke est lisse aux points correspondant à des formes modulaires classiques ordinaires de poids au moins égal à 2. Dans un travail en collaboration avec Joël Bellaiche, nous démontrons que ceci reste vrai pour les formes modulaires classiques de poids 1 qui sont régulières en p. Ceci nous permet de leur associer une fonction L p-adique.

      Lieu : UVSQ Salle 2205

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Mardi 1er octobre 2013 11:30-12:30 - Vincent Sécherre - UVSQ

      Types et contragrédientes

      Résumé : Soit G un groupe, et soit K un sous-groupe de G. Étant donnée une représentation de G sur un espace vectoriel V, l’espace de ses vecteurs invariants par K est naturellement un module à droite sur l’algèbre de convolution des fonctions sur G qui sont bi-invariantes par K. Si l’on fait la même opération avec la représentation de G sur le dual de V, le module ainsi obtenu est-il le dual du module associé à V ? Je donnerai des conditions suffisantes sur G et K (et sur la caractéristique du corps de base) pour que ce le soit, et je donnerai une application de tout ceci à la théorie des types des groupes réductifs p-adiques.

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 8 octobre 2013 10:00-11:00 - Adrian Andrada - Université de Cordoba

      Geometric structures on Lie groups and their quotients

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 8 octobre 2013 11:30-12:30 - Nadir Matringe - Université de Poitiers

      Représentations unitaires de GL(n,K), distinguées par une involution galoisienne, pour K un corps p-adique

      Résumé : Soit F un corps p-adique, et K une extension quadratique de F, une représentation lisse complexe (\pi,V) de G=GL(n,K) est dite distinguée si il existe sur V une forme linéaire non nulle invariante sous H=GL(n,F). Elles interviennent naturellement dans l’analyse harmonique de G/H, ainsi que dans le programme de Langlands, comme image d’un transfert fonctoriel depuis un groupe unitaire. Je donnerai ici une classification des représentations irréductibles unitaires et distinguées, en termes de séries discrètes distinguées, via la classification de Tadic des représentations unitaires irréductibles.

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 15 octobre 2013 11:00-12:00 - Corinne Blondel - Université Paris 7 - Denis Diderot

      Le groupe Spin sur un corps p-adique et ses représentations supercuspidales

      Résumé : On décrira le groupe Spin sur un corps local p-adique de caractéristique résiduelle $p$ impaire. On expliquera comment la construction de Stevens des représentations supercuspidales des groupes classiques p-adiques se transporte au groupe Spin. Enfin, on abordera les problèmes rencontrés dans l’étude de l’exhaustivité éventuelle de cette construction. Il s’agit du travail de thèse de Ngô Van Dinh.

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 22 octobre 2013 11:00-12:00 - Olivier Brunat - Université Paris 7 - Denis Diderot

      Représentation en caractéristique naturelle des groupes réductifs finis (Olivier Brunat)

      Résumé : Dans cet exposé, on se propose de donner un paramétrage des représentations p-modulaires des groupes réductifs finis, où p est le nombre premier sur lequel le groupe considéré est défini.

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 12 novembre 2013 11:30-12:30 - Loïc Poulain d'Andecy - Universiteit van Amsterdam

      "Affinisation" et "framization" de l‘algèbre de Hecke

      Résumé : (Travaux en cours et en commun avec Maria Chlouveraki) L‘algèbre de Hecke associée au groupe symétrique (i.e. : finie, de type A) est utilisée en théorie des noeuds pour construire des invariants via une trace de Markov. Plusieurs généralisations existent. Dans cet exposé, je vais tout d‘abord rappeler deux de ces généralisations ainsi que leurs relations avec les noeuds. La première est l‘algèbre de Hecke affine, utilisée pour les noeuds dits "affines", ou noeuds sur le tore. La deuxième est l‘algèbre de Yokonuma—Hecke, utilisée pour les noeuds dits "framed knots". Le but de l‘exposé sera ensuite de présenter une algèbre qui unifie ces deux généralisations et que l‘on appelle algèbre de Yokonuma—Hecke affine. Je vais expliquer comment cette algèbre apparaît naturellement dans la théorie des représentations des algèbres de Yokonuma—Hecke (non-affines), et discuter de la définition et de l‘étude de traces de Markov sur cette algèbre, ainsi que sur ses quotients cyclotomiques.

      [Article]

    • Mardi 19 novembre 2013 11:30-12:30 - Guilnard Sadaka - UVSQ

      Paires admissibles et W-algèbres finies

      Résumé : Depuis les travaux de Premet, l’étude des W-algèbres finies a connu un essor particulièrement intense, notamment en raison de leur importance dans la théorie des représentations comme l’illustre l’équivalence de Skryabin. Les W-algèbres finies sont certaines algèbres associatives non-commutatives associées aux orbites nilpotentes d’une algèbre de Lie simple. Dans cet exposé, nous généraliserons la construction des W-algèbres à partir de paires dites "admissibles". Nous donnerons ensuite quelques unes de leurs propriétés, analogues à celles vérifiées par la W-algèbre introduite par Premet. Un problème d’isomorphisme entre ces différentes algèbres se pose alors naturellement. Afin d’étudier ce problème, nous introduirons une relation d’équivalence sur l’ensemble des paires admissibles. Le problème d’isomorphisme sera ainsi réduit à un problème d’équivalence entre ces paires.

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 26 novembre 2013 11:30-12:30 - Olivier Piltant - CNRS-UVSQ

      Exposé annulé !

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 3 décembre 2013 11:00-12:00 - Emmanuel Letellier - Université de Caen

      Systèmes locaux sur les courbes et produits tensoriels de représentations de GL_n(F_q)

      Résumé : Dans cet exposé je montrerai comment la géométrie des espaces de modules des C^n-systèmes locaux sur les courbes permet d’obtenir des résultats généraux sur les décompositions de produits tensoriels de représentations irréductibles complexes de GL(n,q).

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 14 janvier 2014 11:00-12:00 - Anne-Marie Aubert - IMJ

      Structure géométrique dans le dual lisse des groupes p-adiques et correspondance de Langlands

      Résumé : Nous énoncerons une conjecture affirmant que le dual lisse d’un groupe réductif p-adique possède une structure géométrique sous-jacente très simple, et décrirons les étapes de la preuve de la conjecture dans le cas de la série principale d’un groupe déployé.

      Lieu : 2205

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 23 septembre 2014 11:30-12:30 - Stéfano Morra - Université de Toronto

      Le poids dans les conjectures de Serre pour les représentations galoisiennes ordinaires

      Résumé : Soit F un corps à multiplication complexe et \overline{r}: G_F\rightarrow \textrm{GL}_n(\overline{\mathbb{F}_p}) une représentation galoisienne continue. Si \overline{r} est modulaire, Gee propose une relation étroite entre les systèmes locaux produisant une telle \overline{r} et les poids de Hodge-Tate des relèvements cristallins de \overline{r}. Dans cet exposé, nous décrivons les systèmes locaux qui peuvent admettre des sous-espaces de Hecke isotypiques pour \overline{r}, dans le cas où \overline{r} est ordinaire aux places de F divisant p et modulaire par rapport à un groupe unitaire compact à l’infini, de rang 2 et déployé en p. On vérifie que, dans la plupart des cas, ces systèmes locaux sont ceux prévus par les conjectures de Gee et on discutera en détail le cas où la technique d’élimination de poids ne permet pas d’exclure un poids supersingulier "supplémentaire". Il s’agit d’un travail en cours avec Chol-Park à Bonn.

      Lieu : Salle 2205UVSQ

      [Article]

    • Mardi 7 octobre 2014 11:30-12:30 - Bernd Schober - UVSQ

      Hironaka’s characteristic polyhedron (Bernd Schober)

      Résumé : Hironaka’s characteristic polyhedron is an important tool in the study of the local properties of singularities. In my talk I will recall its definition and explain some of the information which can be deduced from it. In particular, we construct the invariant of Bierstone-Milman which they introduced in order to prove canonical resolution if singularities over fields of characteristic zero.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 14 octobre 2014 11:30-12:30 - Guillaume Pouchin - Lycée François 1er

      Dualité de Schur-Weyl et géometrie (Guillaume Pouchin)

      Résumé : Dans cet exposé nous rappellerons les différentes formes de dualité de Schur-Weyl, dont la forme la plus classique est une dualité entre représentations du groupe linéaire et représentations du groupe symétrique. Puis nous verrons comment utiliser la géométrie des variétés drapeau pour réinterpréter certaines d’entre elles et en trouver de nouvelles.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 21 octobre 2014 11:30-12:30 - Hiraku Kawanoue - RIMS, Kyoto University/Vienna Uiversity

      On non-recursive free plane arrangements (Hiraku Kawanoue )

      Résumé : In the category of free arrangements, inductively and recursively free ones are important. In this talk, it is presented that the minimal cardinality of a free but non-recursively free plane arrangement is 13. The proof consists of two parts, namely, to classify all free but non-inductively free arrangements of up to 12 planes and to construct a free but non-recursively free arrangement of 13 planes. The former gives an alternative proof of Terao conjecture up to 12 planes, while the latter gives an example of free, non-inductively free and non-rigid arrangement. This is joint work with T. Abe, M. Cuntz and T. Nozawa.

      Lieu : Salle 2102

      [Article]

    • Mardi 18 novembre 2014 11:30-12:30 - Konstantinos Karvounis - Universität Zürich

      Classical knot invariants from the Yokonuma-Hecke algebras (Konstantinos Karvounis)

      Résumé : J. Juyumaya and S. Lambropoulou have constructed invariants for classical and framed knots from the Yokonuma-Hecke algebras, using a Markov trace. A computer program has been developed to investigate the relationship between the invariants for classical knots and the HOMFLYPT polynomial. The computational results have helped to formulate a theorem about the Markov trace and a conjecture about the invariants, in the case of classical knots.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 9 décembre 2014 11:30-12:30 - Bernd Schober - UVSQ

      A strictly decreasing invariant for the resolution of surface singularities (Bernd Schober)

      Résumé : In my talk I will discuss a joint work with Vincent Cossart about the resolution of singularities in dimension two. Although there are many proofs for this result none of them introduced an invariant which strictly decreases in every step of the resolution procedure. Based on a precise study of the strategy of Cossart, Jannsen and Saito we filled this gap. After explaining their strategy I will show how this leads naturally to the construction of our invariant and then prove its decrease after blowing up.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 16 décembre 2014 11:30-12:30 - Simon Riche - Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II

      Faisceaux exotiques basculants, faisceaux à parité sur les Grassmanniennes affines, et la conjecture de Mirkovic-Vilonen (Simon Riche)

      Résumé : Dans cet exposé je présenterai des résultats obtenus avec Carl Mautner et qui permettent de relier les faisceaux à parité Iwahori-constructibles sur la Grassmannienne affine d’un groupe réductif, et les objets basculants dans le coeur de la "t-structure exotique" de Bezrukavnikov pour le groupe Langlands-dual (certains complexes de faisceaux cohérents sur la résolution de Springer de ce groupe), pour des coefficients en caractéristique positive. Ceci permet de démontrer un "analogue modulaire" d’une équivalence de catégories due à Arkhipov-Bezrukavnikov-Ginzburg, et fournit également la dernière pièce manquante pour la démonstration de la conjecture de Mirkovic-Vilonen dans la généralité espérée.

      [Article]

    • Mercredi 17 décembre 2014 11:00-12:00 - Alban Quadrat - INRIA

      Une introduction à la théorie algébrique des systèmes et à l’automatique

      Résumé : Il s’agit d’un exposé mi-mathématiques, mi-informatique, au séminaire du PRISM
      Les systèmes interconnectés jouent un rôle de plus en plus important dans nos vies quotidiennes. La théorie mathématique des systèmes a pour but l’étude générale des systèmes (physiques, biologiques, économiques, …), de leurs interconnections et de leur contrôle. Dans cet exposé, nous donnerons une courte introduction à cette théorie pour les systèmes dynamiques définis par des équations différentielles ou de récurrence linéaires. En particulier, nous montrerons comment la théorie des modules permet de caractériser les propriétés importantes des systèmes de contrôle (contrôlabilité, observabilité, platitude, …) et de développer des lois de commande pour ces systèmes. Pour cela, nous serons amenés à étudier des aspects constructifs de la théorie des modules pour des anneaux d’opérateurs (opérateurs différentiels, opérateurs de décalage, opérateurs de retard). Ces résultats sont implémentables dans des systèmes de calcul formel tels que Maple ou Mathematica.

      Lieu : en salle 301 du bâtiment Descartes.

      [Article]

    • Mardi 13 janvier 2015 10:00-11:00 - Christophe Tran - Université de Rennes 1

      Extension des polynômes de sommation elliptique de Semaev (Christophe Tran)

      Résumé : La sécurité des courbes elliptiques en cryptographie repose sur la difficulté du problème du logarithme discret. Pour attaquer ce problème, les attaques les plus efficaces sont de type calcul d’index, et reposent sur les polynômes de sommation de Semaev. Dans cet exposé, nous étudierons la généralisation de ces polynômes dans deux directions différentes : nous commencerons par construire des polynômes de sommation hyperelliptiques ; puis nous retournerons au cas elliptique pour étudier la possibilité de polynômes de sommation alternatifs à ceux de Semaev. Ces constructions reposeront sur les formules d’addition vérifiées par les fonctions sigma attachées aux courbes étudiées.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 13 janvier 2015 11:30-12:30 - Julien Hauseux - Université de Paris 11

      J. Hauseux : Extensions entre séries principales p-adiques et modulo p d’un groupe réductif p-adique

      Résumé : Soit G un groupe réductif déployé sur une extension finie F de Q_p. On détermine tout d’abord les extensions entre deux séries principales de G(F). Puis on montre qu’il n’existe pas de "chaîne" de trois séries principales distinctes de G(F). Ces deux résultats permettent de déterminer la structure des représentations p-adiques et modulo p de G(F) constituées de séries principales sans multiplicité, et en particulier lorsque F=Q_p de démontrer une récente conjecture de Breuil et Herzig.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Mardi 6 octobre 2015 11:30-12:30 - Pas de séminaire

      Exposé de Nicolas Perrin au colloquium

      [Article]

    • Mardi 13 octobre 2015 11:30-12:30 - Olivier Dudas - Université Paris 7

      Olivier Dudas : Théorie de Harish-Chandra pour les groupes unitaires finis

      Résumé : Une des méthodes pour construire les représentations des groupes finis de type de Lie (comme GL(n,q), Sp(2n,q) ou E8(q)) consiste à induire les representations à partir de sous-groupes de Levi. Dans cet exposé j’expliquerai comment étudier cette induction d’un point de vue fonctoriel, et obtenir in fine une action catégorique d’une algèbre de Lie sur les représentations unipotentes. Cette action est assez rigide pour que l’on puisse en déduire des propriétés intéressantes sur les représentations unipotentes elles-mêmes, propriétés de nature numérique ou homologiques. Je donnerai quelques application pratiques de cette construction. Il s’agit d’un travail en commun avec M. Varagnolo et É. Vasserot.

      Lieu : batiment Fermat, salle 2205

      [Article]

    • Mardi 20 octobre 2015 11:30-12:30 - Jean Michel - Université Paris 7

      Jean Michel : Variétés de Deligne-Lusztig, Conjecture de Broué et groupes de tresses : le cas de GL_n(F_q)

      Résumé : J’essayerai d’expliquer dans le cas de GL_n les variétés de Deligne-Lusztig, et leur rôle dans la version géométrique de la conjecture de Broué. La théorie amène à des questions non-triviales sur la conjugaison des tresses.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 10 novembre 2015 11:30-12:30 - Michael Tsfasman - UVSQ

      Michael Tsfasman : Théorie de nombres et géométrie algébrique asymptotiques

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 17 novembre 2015 11:30-12:30 - Pas de séminaire

      Journée du Séminaire différentiel

      [Article]

    • Mardi 24 novembre 2015 11:30-12:30 - Christina Boura - UVSQ

      Christina Boura : The division property : A new attack against block ciphers

      Résumé : Block ciphers are among the most important primitives in secret-key cryptography. In the last 20 years, many techniques for analysing the security of these constructions have been proposed. Recently, a new technique, called the division property, was presented by Yosuke Todo. This technique, can be seen in some way as the combination of two classical attacks against block ciphers : the saturation attack and the higher-order differential attack. The application of this method led to the complete cryptanalysis of a very well-known standard, MISTY-1. In this talk, we first present the basic principles of this new technique and discuss then new directions and improvements. Joint on-going work with Anne Canteaut, Inria

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 8 décembre 2015 11:30-12:30 - Robert Kurinczuk - University of Bristol

      Robert Kurinczuk : Local L-functions, local factors, and their reductions modulo l

      Résumé : I will describe some joint work with Nadir Matringe, in which we associate Rankin-Selberg local L-functions and local epsilon factors to pairs of generic l-modular representations of general linear groups over a locally compact non-archimedean local field of residual characteristic different to l. I will explain some of their interesting properties, including the relationship with l-adic Rankin-Selberg local L-functions via reduction modulo l.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 décembre 2015 11:30-12:30 - Ahmed Moussaoui - University of Calgary

      Ahmed Moussaoui : Centre de Bernstein enrichi pour les groupes classiques déployés

      Résumé : Dans cet exposé, on s’intéressera aux liens entre l’induction parabolique et la correspondance de Langlands. En introduisant la notion de paramètre de Langlands enrichi cuspidal, on vérifie grace au cas connu de la correspondance de Langlands locale et des travaux de C. Moeglin que ces paramètres devraient correspondre conjecturalement aux représentations supercuspidales. Par ailleurs, dans le cas des groupes classiques, on construit le "support cuspidal" d’un paramètre de Langlands enrichi. On obtient ainsi une décomposition des paramètres de Langlands enrichis à la Bernstein et une bijection entre les représentations irréductibles d’un bloc de Bernstein et les paramètres de Langlands enrichis d’un bloc correspondant.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 12 janvier 2016 11:30-12:30 - Marti Lahoz - Institut de Mathématiques de Jussieu - Paris Rive Gauche

      Marti Lahoz : Variétés dont la cohomologie rationnelle est celle d’un tore

      Résumé : Fabrizio Catanese a remarqué pendant un séminaire à Paris que les tores complexes peuvent être caractérisés topologiquement parmi les variétés kählériennes compactes par leur anneau de cohomologie entière. Avec Olivier Debarre, Zhi Jiang et William Sawin, ont a montré que l’affirmation n’est plus vraie si nous changeons les coefficients entiers par des coefficients rationnels. Plus généralement, je vais discuter l’existence et la structure des variétés kählériennes compactes dont l’anneau de cohomologie rationnelle est isomorphe à l’anneau de cohomologie rationnelle d’un tore et donner de nombreux exemples.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 19 janvier 2016 11:30-12:30 - Richard Gonzales - Pontificia Universidad Católica del Perú, Lima

      Richard Gonzales : Algebraic rational cells and equivariant intersection theory

      Résumé : We discuss a notion of algebraic rational cell with applications to intersection theory on singular varieties with torus action. Based on this notion, we study Q-filtrable varieties, i.e. algebraic varieties where a torus acts with isolated fixed points, such that the associated Białynicki-Birula decomposition consists of algebraic rational cells. We show that the rational equivariant Chow group of any Q-filtrable variety is freely generated by the classes of the cell closures. As an example, we apply this result to certain spherical varieties (varieties acted upon by a connected reductive group such that a Borel subgroup acts with a dense orbit) and draw some parallels with the corresponding situation in equivariant cohomology.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Mardi 4 octobre 2016 11:30-12:30 - Eduard Balzin - Université de Nice – Sophia Antipolis

      Eduard Balzin : Les familles des catégories et la structure de modèles de Reedy

      Résumé : Dans cet exposé, qui va aussi servir d’introduction rapide aux structures de modèles, on parlera d’une généralisation d’un théorème de Reedy. Ce théorème classique permet de construire des structures de modèles sur les catégories de foncteurs dont le domaine est une catégorie $R$ qui a certaines propriétés inductives.
      Je vais expliquer comment généraliser ce théorème du cas d’une "catégorie target" au cas de familles indexées par $R$. Pour motiver cette généralisation, on donnera des exemples de familles catégoriques venant de l’algèbre, la géométrie et la topologie. Si le temps permet, je vais expliquer comment une adaptation correcte des arguments de Reedy fournit la construction d’une structure de modèles et de limites et colimites, même si les techniques de la géneration cofibrante ne marchent pas.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 18 octobre 2016 11:30-12:30 - Pascal Boyer - Université Paris 13

      Sur certaines instances du lemme d’Ihara pour les groupes unitaires

      Résumé : Le classique lemme d’Ihara pour GL_2 admet, conjecturalement, une formulation due à Clozel, Harris et Taylor, en dimension supérieure pour certains groupes unitaires. Cette formulation, dont l’énoncé est relatif au choix d’un idéal maximal \mathfrak{m} d’une algèbre de Hecke, se transpose sur la localisation en \mathfrak{m} de la \mathbb{Z}_l-cohomologie des variétés de Shimura de type Kottwitz-Harris-Taylor. Le résultat repose alors sur la liberté de la \mathbb{Z}_l-cohomologie des extensions intermédiaires des systèmes locaux construits par Harris et Taylor.
      Dans cet exposé, nous décrirons la stratégie de la preuve de cette absence de torsion qui utilise en particulier le contrôle de la différence entre p et p+ extensions intermédiaires pour les \mathbb Z_l coefficients.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 novembre 2016 11:30-12:30 - Ahmed Moussaoui - UVSQ

      Exposé de Ahmed Moussaoui

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 29 novembre 2016 11:30-12:30 - Andrea Fanelli - Heinrich-Heine-Universitat Dusseldorf

      Andrea Fanelli : Fano varieties and Mori fibre spaces

      Résumé : In this talk I will introduce the notion of Mori fibre space, which naturally appears in the context of birational classification and minimal model program. I will focus on Fano varieties which can be realised as a general fibre of these fibrations (fibre-like Fano varieties). After presenting two criteria (one sufficient and one necessary) to detect the fibre-likeness of a Fano variety, I will focus on examples and applications.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 6 décembre 2016 11:30-12:30 - Anders Buch - Rutgers University

      Anders Buch : Quantum cohomology and puzzles

      Résumé : The (3-point, genus 0) Gromov-Witten invariants of a Grassmannian count the number of rational curves of a fixed degree that meet three general Schubert varieties. A bijection that sends a curve to its Kernel-Span pair shows that these Gromov-Witten invariants are equal to classical Schubert structure constants of a two-step partial flag variety. Recent results show that the Schubert structure constants are again equal to the number of puzzles that that can be created from a given list of puzzle pieces, as originally conjectured by Knutson. I will speak about geometric and combinatorial aspects of these results, as well as equivariant generalizations, based on papers with Kresch, Mihalcea, Purbhoo, and Tamvakis.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 13 décembre 2016 11:30-12:30 - Clément de Seguins Pazzis - LMV, UVSQ

      Clément de Seguins Pazzis : Décompositions à l’aide de matrices quadratiques

      Résumé : Soit p et q deux polynômes de degré sur un corps K. Une matrice M carrée ‡ coefficients dans K est appelée (p,q)-somme (respectivement (p,q)-produit) lorsqu’elle se décompose sous la forme M=A+B (respectivement M=AB), A et B sont deux matrices carrées annulées respectivement par p et q.
      L’étude de cas particuliers dans la classification des (p,q)-sommes et des (p,q)-produits remonte aux années 1960 pour les seconds (travaux de Ballantine sur les produits d’idempotents, de Djokovi\’c sur les produits de deux involutions) et aux années 1990 pour les premiers (Hartwig, Putcha et Wang).
      Nous avons récemment achevé la classification des (p,q)-sommes, ainsi que celle des (p,q)-produits lorsque p(0)q(0) \neq 0. Dans cet exposé, nous expliquerons les grandes lignes de ces classifications, en mettant en valeur l’intervention des algèbres de quaternions dans la solution du problème. L’exposé est largement accessible pour qui dispose d’une culture minimale en algèbre linéaire (invariants de similitude, invariants primaires) et quadratique.

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 17 janvier 11:30-12:30 - Olivier Piltant - UVSQ

      Olivier Piltant : Uniformisation Locale et espace d’arcs

      Résumé : Soit X une variété algébrique définie sur un corps parfait k, X_\infty son espace d’arcs et j: X_\infty \rightarrow X la projection. La Résolution des Singularités permet de ramener, modulo un morphisme propre et birationnel, l’étude des variétés algébriques à celle des variétés régulières. J’expliquerai comment déduire des énoncés plus faibles d’Uniformisation Locale et de Platification le long du support d’un arc plusieurs résultats classiques sur les espaces d’arcs : finitude des composantes irréductibles du sous-espace d’arcs j^{-1}(SingX)\subset X_\infty, théorème de Kolchin et sa version de caractéristique positive.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 24 janvier 11:30-12:30 - Pascal Remy - Lycée Les Pierres Vives, Carrières-sur-Seine

      Pascal Remy : Calcul effectif des matrices de Stokes-Ramis pour les systèmes différentiels linéaires de niveau unique

      Résumé : Le calcul effectif des matrices de Stokes-Ramis des systèmes différentiels linéaires est essentiel dans de nombreuses applications théoriques et pratiques comme, par exemple, la classiffication méromorphe, le calcul de groupes de Galois différentiels ou le critère de non-intégrabilité de certains systèmes hamiltoniens.
      Le but de cet exposé est de présenter, dans le cas particulier des systèmes de niveau unique, une méthode générale de calcul des multiplicateurs de Stokes (= les coefficients non triviaux des matrices de Stokes-Ramis) que nous avons proposée avec Michèle Loday [1,2] et basée sur l’utilisation conjointe des théories de la sommabilité (Ramis, Malgrange, Sibuya, etc...) et de la résurgence (Ecalle, Sauzin, etc...). Je montrerai en particulier que le calcul de ces multiplicateurs peut toujours être ramené à un calcul de constantes de connexion obtenues à partir de prolongements analytiques convenables des transformées de Borel des solutions formelles du système.
      Références :
      [1] M. Loday-Richaud and P. Remy. Resurgence, Stokes phenomenon and alien derivatives for level-one linear differential systems. J. Differential Equations, 250:1591-1630, 2011.
      [2] P. Remy. Matrices de Stokes-Ramis et constantes de connexion pour les systèmes différentiels linéaires de niveau unique. Ann. Fac. Sci. Toulouse, 21(1):93-150, 2012.

      [Article]

    • Mardi 31 janvier 11:30-12:30 - Pierre Lairez - INRIA

      Pierre Lairez : Étude de la stabilité numérique de la résolution des équations différentielles p-adiques

      Résumé : Les nombres p-adiques apparaissent en calcul formel comme un intermédiaire pratique entre les nombres entiers (ou rationnels) et les entiers modulo p. Il permettent de maitriser la croissance des coefficients tout en restant dans un cadre de caractéristique nulle. Cependant, et c’est le revers de la médaille, les nombres p-adiques ne se manipulent que de manière approchée et pour garantir la pertinence du résultat il faut analyser la stabilité numérique des calculs effectués.
      Dans « On p-adic differential equations with separation of variables », avec Tristan Vaccon, nous étudions le calcul du développement en série des solutions de certaines équations différentielles. C’est un problème qui intervient lors du calcul avec des nombres algébriques en caractéristique positive, ou lors du calcul d’isogénies entre courbes elliptiques. Nous montrons, avec une méthode générale, que la stabilité de l’itération de Newton est optimale.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Mardi 3 octobre 11:30-12:30 - Pas de séminaire : journée différentielle

      Voir la page http://lmv.math.cnrs.fr/seminars-and-working-groups/seminaire-differentiel/

      Résumé : Voir la page http://lmv.math.cnrs.fr/seminars-an...

      [Article]

    • Mardi 10 octobre 11:30-12:30 - Marcelo Flores - Universidad de Valparaíso

      Marcelo Flores : On knot algebras of type B

      Résumé : A knot algebra is, in simple words, an algebra that supports a unique Markov trace which can be rescaled according to the Markov equivalence for braids, allowing thus the construction of invariants of knot-like objects by using the Jones’ method.
      On the other hand, the concept of framization of knot algebras, is a relatively new technique that was first introduced by Juyumaya and Lambropoulou. The model case for the framization process is the Yokonuma-Hecke algebra, which can be regarded as a framization of the Hecke algebra of type A. In recent years the framization technique received a considerable amount of attention thanks to a series of results by Juyumaya, Lambropoulou and their collaborators regarding the framizations of various knot algebras as well as the construction of Jones-type invariants for framed, classical and singular links.
      All the results that are mentioned above are related to the Coxeter group of type A. However, there has been a growing interest also in the framization of algebras that are related to type B. Indeed, we recently introduced a framization of the Hecke algebra of type B which is an analogous to the Yokonuma-Hecke algebra but in the context of Coxeter systems of the type B. Thus, using such an algebra, we also construct the analogous of the Framization of the Temperley–Lieb algebra and the bt–algebra in the context of Coxeter groups of type B, which will be the centerpiece of this talk.

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 17 octobre 11:30-12:30 - Jean Michel - Université Paris 7

      Jean Michel : Introduction aux groupes réductifs finis

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 24 octobre 11:30-12:30 - Aristides Kontogeorgis - Université d'Athènes

      Aristides Kontogeorgis : Arithmetic Topology, from 3-manifolds to number theory and vice-versa

      Lieu : Fermat - Salle 2205 Introduction to the similarities between 3-manifold theory and number theory. Galois representations seen as braid group representations, and applications to algebraic curves.

      [Article]

    • Mardi 7 novembre 11:30-12:30 - Nadir Matringe - Université de Poitiers

      Exposé de Nadir Matringe

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 14 novembre 11:30-12:30 - Peng Shan - Université Paris 11

      Exposé de Peng Shan

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 21 novembre 11:30-12:30 - Jesua Epequin Chavez - Université Paris 6

      Exposé de Jesua Epequin Chavez

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 28 novembre 11:30-12:30 - Auguste Hébert - Université de St-Etienne

      Exposé de Auguste Hébert

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

  • Probabilités Statistiques

    • Mardi 18 octobre 2011 11:30-12:30 - Kowi Pambo Bello - (LMV, UVSQ)

      Estimateur récursif à noyau de la fonction de hasard dans le cas des variables censurées.

      Résumé : La fonction de hasard (notée λ) est un paramètre incontournable dans les analyses de durée. Il représente la probabilité instantanée de quitter un état donné à l’instant t, sachant qu’on est resté dans cet état jusqu’à t. Dans ce travail, nous nous intéressons à l’estimation non-paramétrique de ce paramètre dans le cas de données censurées. Nous proposons une classe d’estimateurs récursifs, basée sur les algorithmes stochastiques à pas double. Nous établissons sa vitesse de convergence en loi et nous montrons qu’il (l’estimateur) est plus attractif que sa version non-récursive en termes d’estimation pas intervalle de confiance.

      Mots clés : Fonction de hasard, estimation non-paramétrique, données censurées, algorithmes stochastiques à pas double, intervalle de confiance.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 25 octobre 2011 11:30-12:30 - Guy Martial Nkiet - Université des Sciences et Techniques de Masuku, Gabon

      Sélection des variables directe en analyse discriminante

      Résumé : Nous proposons un nouveau critère pour le problème de sélection des variables en analyse discriminante multi-groupes. Utilisant ce critère, le problème précédent est caractérisé comme celui de l’estimation d’une permutation et d’une dimension. Des estimateurs de ces derniers paramètres sont alors proposés, définissant ainsi une méthode directe de sélection des variables. La convergence des estimateurs précédents est obtenue, et la méthode ainsi introduite est comparée à des méthodes connues par des simulations

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 8 novembre 2011 11:30-12:30 - Jürgen Angst - Université de Rennes

      Retour à l’équilibre, formule de Bismut et estimé de gradient via la méthode de Lyapounov

      Résumé : Dans l’espace euclidien \mathbb R^n, on se donne un opérateur différentiel d’ordre 2 \mathcal L, que l’on voit comme le générateur infinitésimal d’une diffusion à valeurs dans \mathbb R^n.
      Dans ce cadre, on appelle fonction de Lyapounov une fonction W :\mathbb R^n \to \mathbb R qui vérifie (en dehors d’un compact) une inégalité du type \mathcal L W \leq c W, pour une constante c.
      Dans cet exposé, nous verrons comment l’existence d’une telle fonction permet de résoudre différents problèmes en analyse/probabilités : montrer qu’une mesure log-concave satisfait une inégalité de Poincaré, établir une formule de Bismut pour la dérivée d’un semi-groupe, estimer son gradient etc.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 15 novembre 2011 11:30-12:30 - Sana Louhichi - Grenoble

      On the functional convergence of partial sums in the Skorohod space equipped with the M_1 topology

      Résumé : We first discuss the problem of functional convergence (FC) of sums of heavy-tailed random variables. We give next sufficient conditions to get this FC in the Skorokhod’s M1 topology, which is weaker than the J1 topology. We finally discuss the FC to stable Lévy processes for a large class of Markov chains. This is a common work with Emmanuel Rio.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 22 novembre 2011 11:30-12:30 - Emily Redelmeier - Université Paris 11

      Second-Order Freeness and Fluctuations of Real Random Matrices

      Résumé : Second-order freeness was constructed in order to study the fluctuations of large random matrices in the way that freeness may be used to study their moments. However, real matrices behave differently from their complex analogues. I will present a definition for real second-order freeness. I will discuss a genus expansion approach to real Ginibre, Gaussian orthogonal, and real Wishart matrices, in which nonorientable surfaces appear in addition to the orientable surfaces of the complex expansion, and how this difference appears in the definition.

      Lieu : batiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 13 décembre 2011 11:30-12:30 - Camille Male - Ecole Normale Supérieur de Lyon

      Distributions de trafics de grandes matrices aléatoires et leurs produit libre

      Résumé : Nous établissons des résultats de convergence pour la mesure empirique des valeurs propres d’une large classe de grandes matrices aléatoires. Pour cela, nous introduisons la notion de distribution de trafics : il s’agit de voir une matrice comme un grand réseau aléatoire (graphe aléatoire dont les arrêtes sont étiquetées par des variables aléatoires). Nous introduisons la notion de trafic-liberté, analogue de l’indépendance statistique des variables aléatoire et de la liberté au sens de Voiculescu en probabilités libres. Nous montrons que des matrices d’adjacence de graphes et les matrices de Wigner satisfont une propriété dite de trafic-liberté asymptotique. En particulier, de ce résultat nous obtenant une description de le mesure empirique des valeurs propres de A_N + B_N, où A_N et B_N sont des matrices aléatoires, l’une étant invariante par conjugaison par toute matrice de permutation.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, en salle G007

      [Article]

    • Mardi 17 janvier 2012 11:30-12:30 - Edouard Maurel Segala - Université Paris 11

      Inégalités transport-entropie libres

      Résumé : Introduites en 98 les inégalités de Talagrand relient la distance entre deux mesures et leur entropie relative. Elles permettent d’estimer de manière fine des bornes de concentration. Nous verrons dans cet exposé comment ces idées se généralisent aux probabilités libres et comment les prouver pour une grande famille de modèles de matrices unitairement invariantes.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2205

      [Article]

    • Mardi 24 janvier 2012 11:30-12:30 - Sébastien Gouezel - Université de Rennes

      théorème local pour les marches aléatoires symétriques sur les groupes de surface

      Résumé : Considérons une mesure de probabilité sur un groupe discret. Elle définit une marche aléatoire sur ce groupe, dont le comportement asymptotique est lié aux propriétés algébriques ou géométriques du groupe. Je m’intéresserai à la probabilité de retour à l’origine au temps n. Dans de larges classes de groupes, elle est exponentiellement petite, mais on peut parfois être plus précis. Je décrirai précisément ce qui se passe lorsque le groupe est le groupe fondamental d’une surface. (travail en commun avec S. Lalley)

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

    • Mardi 7 février 2012 11:30-12:30 - Djalil Chafaï - Univ. Paris-Est Marne la Vallée

      Mesure spectrale de générateurs aléatoires

      Résumé : Un générateur est une matrice à coefficients hors diagonale positifs et dont les lignes sont de somme nulle. Dans cet exposé, nous considérons un modèle élémentaire de générateur aléatoire, pour lequel l’analyse en grande dimension est possible. Il s’avère que le support du spectre est contrôlable, que la loi spectrale limite est une convolution libre, et que la mesure invariante s’uniformise.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

    • Mardi 14 février 2012 11:30-12:30 - Roland Diel - Université de Nice Sophia-Antipolis

      Temps local et processus en milieu aléatoire

      Résumé : On considère une diffusion en milieu aléatoire uni-dimensionnel. Intuitivement, il s’agit de la solution de l’EDS : dX_t = dB_t-1/2*V(X_t)dt ; où V est le milieu (par exemple un mouvement brownien ou plus généralement un processus de Lévy) et B un mouvement brownien indépendant de V. On compare tout d’abord le comportement asymptotique de cette diffusion à celui de son analogue discret, la marche de Sinaï. On s’intéresse ensuite au comportement asymptotique du temps local associé à la diffusion.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 18 septembre 2012 11:30-12:30 - Lihu Xu - Brunel University of London

      Ergodicity of stochastic Burgers equations forced by stable noises.

      Résumé : In this talk, we shall study the ergodicity of stochastic Burgers equations forced by a type of alpha-stable noises called alpha/2-subordinated Brownian motion. We shall apply a new derivative formula established by Zhang recently to show the strong Feller property. Then use a classical criterion (Strong Feller+Accessibility implies ergodicity) to show the ergodicity. This is joint work with Zhao Dong and Xicheng Zhang.

      Lieu : UVSQ, bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

    • Mardi 25 septembre 2012 11:30-12:30 - Nicolas Pouyanne - LMV

      Loi des grandes urnes bicolores

      Résumé : Les urnes de Pòlya sont des processus aléatoires très simples à définir, qui interviennent dans des modèles de l’algorithmique. Dans le processus à deux couleurs, on prend une urne contenant des boules noires et rouges. On tire une boule au hasard dans l’urne, et on l’y repose après avoir noté sa couleur. Selon la couleur tirée, on ajoute dans l’urne tant de boules noires et tant de boules rouges. On obtient ainsi une nouvelle composition. Le processus consiste à itérer ce procédé en utilisant toujours la même règle de remplacement.
      Lorsque le nombre de tirages tend vers l’infini, la composition de l’urne fait émerger de nouvelles mesures de probabilité. Toutes les questions sur les propriétés de ces mesures sont permises. On montrera comment ces lois se caractérisent par des équations de point fixe dans des espaces de mesures, ouvrant le champ à l’analyse de Fourier.

      Lieu : UVSQ, batiment Fermat, salle 2203

      [Article]

    • Mardi 2 octobre 2012 11:30-12:30 - Pascal Maillard - Paris 6

      Mouvement brownien branchant avec sélection

      Résumé : Le mouvement brownien branchant (MBB) peut être vu comme en système de particules qui diffusent et se reproduisent de manière aléatoire. Il peut également être vu comme un mouvement brownien indexé par un arbre (de Galton— Watson), dit l’arbre généalogique du processus. Le MBB réuni ainsi deux concepts fondamentaux en probabilités : le mouvement brownien et les processus de branchement ou arbres aléatoires. Ceci en fait un objet très riche en propriétés qui peut être étudié (et l’a été notamment par des Versaillais) de multiples façons probabilistes, combinatoires ou encore analytiques.
      Dans cet exposé je présenterai les résultats obtenu dans ma thèse sur un modèle de MBB unidimensionnel avec sélection, nommé le N-MBB, où, dès que le nombre de particules dépasse un nombre donné N, seules les N particules les plus à droites (on voit l’espace en horizontale) sont gardées tandis que les autres sont enlevées du système. Je montrerai des asymptotiques précises sur la position du nuage de particules quand N est grand. Plus précisément, celle-ci converge à l’échelle de temps \log^3 N vers un processus de Lévy plus une dérive linéaire, tous les deux explicites, ce qui a été conjecturé par les physiciens Brunet, Derrida, Mueller et Munier, à partir de méthodes d’EDP. Notre preuve par contre est purement probabiliste.
      J’expliquerai également comment cette étude contribue à la compréhension de solutions de certaines EDPS du type FKPP avec bruit faible.

      Lieu : UVSQ, bâtiment Fermat, salle 2203

      [Article]

    • Mardi 16 octobre 2012 11:30-12:30 - Leonid Pastur - B.I.Verkin Institute for Low Temperature Physics & Engineering, Kharkov, Ukraine

      Limiting Laws for of Spectral Statistics of Large Random Matrices

      Résumé : We consider certain functions of eigenvalues and eigenvectors (spectral statistics) of real symmetric and hermitian random matrices of large size. We -rst explain that an analog of the Law of Large Numbers is valid for these functions as the size of matrices tends to in-nity. We then discuss the scale and the form for limiting uctuation laws of the statistics and show that the laws can the standard Gaussian (i.e., analogous to usual Central Limit Theorem for appropriately normalized sums of independent or weakly dependent random variables) in non-standard asymptotic settings, certain non Gaussian in seemingly standard asymptotic settings, and other non Gaussian in non-standard asymptotic settings.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2203

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2012 11:30-12:30 - Igor Kortchemski - ENS Paris

      Grands arbres aléatoires

      Résumé : Le comportement asymptotique d’arbres de Galton-Watson dont la loi de reproduction est critique et de variance finie, conditionnés à avoir une grande taille fixée, a beaucoup été étudié. Nous nous intéresserons à ce qui se passe lorsqu’on sort de ce cadre typique. Plus précisément, que peut-on dire lorsque le conditionnement à avoir une taille fixée est remplacée par un conditionnement à avoir un nombre de feuilles fixé ? Qu’advient-t-il lorsque la loi de reproduction n’est plus critique ?

      Lieu : UVSQ, batiment Fermat, salle 2203

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2012 11:30-12:30 - Claire Lacour - Paris 11

      Test d’adéquation pour des données sphériques bruitées

      Résumé : On considère une variable aléatoire X sur la sphère S^2 (par exemple un signal astrophysique) bruitée par une rotation aléatoire R (par exemple un bruit de mesure), de telle sorte qu’on observe seulement la variable Z=R(X). On s’intéresse à l’estimation de la densité f de X à partir de l’observation d’un échantillon Z1, ..., Zn et de la donnée de la densité de R. Plus précisément, motivé par des questions astrophysiques, on cherche à construire une procédure de test pour savoir si cette densité est la loi uniforme sur la sphère, notée f_0. Comme hypothèse alternative H1, on suppose que f est à distance u_n de f_0, et est de régularité s. On expliquera comment construire une statistique de test adaptative en utilisant les harmoniques sphériques. On donnera une borne inférieure et une borne supérieure pour la vitesse de séparation u_n, qui dépend de s ainsi que de la régularité de la densité de R. Cet exposé est issu d’un travail en collaboration avec Thanh Mai Pham Ngoc.

      Lieu : UVSQ, batiment Fermat, salle 2203

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2012 11:30-12:30 - Adam Jakubowski - Nicolaus Copernicus University, Torun, Pologne

      Functional convergence of linear processes with heavy tail innovations

      Résumé : A linear process built upon i.i.d. innovations \{Y_j\}_{j\in\mathbb{Z}} is (for us) a sequence \{X_n\}_{n\in\mathbb{Z}} given by \[ X_n = \sum_{j\in\mathbb{Z}} c_{n-j} Y_j,\] where the numbers \{c_j\}_{j\in \mathbb{Z}} are such that the series defining X_n is convergent. We are interested in various forms of convergence of partial sum processes \[ S_n(t) = \frac{1}{a_n} \sum_{k=1}^{[nt]} X_k.\] We shall consider only the case when Y_j’s are such that \[ \frac{Y_1 + Y_2 + \ldots + Y_n}{a_n} \indist \mu_{\alpha},\] where \mu_{\alpha} is a strictly \alpha-stable and non-degenerate distribution on \mathbb{R}^1, the numbers c_j are summable : \[ \sum_{j\in\mathbb{Z}} |c_j| < +\infty,\] and we deal with non-trivial linear processes, i.e. at least two among c_j’s are non-zero.
      Since the work by Avram and Taqqu (1992) it is known that in this case the convergence in Skorokhod’s J_1-topology cannot hold. Avram and Taqqu (1992) and Louhichi and Rio (2011) obtained functional convergence in Skorokhod’s M_1-topology for the case when \em all c_j \geq 0 (what implies that X_n’s are associated).
      In this talk we show functional convergence of S_n(t) in so-called S-topology, introduced by Jakubowski (1997). We give some implications of this fact.
      We discuss also convergence of finite dimensional distributions in case <\alpha <1$ and obtain a complete characterization as well as tractable - and new - sufficient conditions. This is a joint work with Raluca Balan (Ottawa) and Sana Louhichi (Grenoble).

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

    • Mardi 18 décembre 2012 10:30-11:30 - Agnès Grimaud - Université d'Aix-Marseille

      Développement d’une méthode de type parallel tempering sans vraisemblance (ABC-PT)

      Résumé : Les méthodes sans vraisemblance, ou aussi appelées Approximate Bayesian Computation (ABC), se sont beaucoup développées ces quinze dernières années. Dans un cadre bayésien, elles permettent d’étudier des données lorsque la vraisemblance de celles-ci n’est pas disponible sous forme explicite ou que son calcul s’avère trop coûteux, dans le cas où il est possible d’effectuer des simulations suivant le modèle statistique utilisé. Parmi les méthodes proposées, on trouve des méthodes basées sur la théorie MCMC et des méthodes séquentielles. Les méthodes ABC-MCMC sont longtemps restées les méthodes de référence, mais récemment des méthodes séquentielles, comme l’ABC-PMC (Beaumont et al, 2009) ou l’ABC-SMC (Del Moral et al, 2012) sont apparues plus performantes. Nous proposons un nouvel algorithme combinant le principe de l’ABC avec une approche MCMC basée sur une population de chaînes, en utilisant une analogie avec l’algorithme Parallel Tempering (Geyer et Thompson, 1995). Les performances de ce nouvel algorithme sont comparées avec celles des méthodes ABC existantes.
      Ce travail a été effectué en collaboration avec M. Baragatti et D. Pommeret.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, salle G103

      [Article]

    • Mardi 15 janvier 2013 11:30-12:30 - Arno Siri-Jégousse - Paris 5

      longueur de branche extérieure du Beta-coalescent

      Résumé : A quelle "distance" se trouve un individu du reste de la population ? ou en d’autres termes, combien de générations doit-on remonter pour relier un individu choisi au hasard dans un échantillon aux autres ?
      Ce problème se rattache à celui de la modélisation des généalogies d’une population, dont les coalescents interchangeables fournissent une représentation possible. En particulier le Beta-coalescent apparaît comme l’arbre généalogique d’un processus de Galton Watson surcritique avec sélection des individus à chaque génération. Nous reviendrons sur l’étude de la longueur d’une branche extérieure dans ce cadre et mettrons en évidence les relations entre nos résultats et ceux, déjà connus, dans le cadre du classique coalescent de Kingman.
      il s’agit de la présentation de cet article http://arxiv.org/abs/1201.3983

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

    • Mardi 29 janvier 2013 11:30-12:30 - Valentin Féray - Bordeaux 1

      exposé de Valentin Féray

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2203

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 15 octobre 2013 11:30-12:30 - Benjamin Groux - UVSQ

      Principes de grandes déviations pour les matrices aléatoires

      Résumé : Les résultats de grandes déviations pour les matrices aléatoires sont assez peu nombreux. Essentiellement, il existe un grand résultat de ce type, établi par Gérard Ben Arous et Alice Guionnet en 1997.
      En 2012, Charles Bordenave et Pietro Caputo établissent un second principe de grandes déviations, en se plaçant non pas dans le cadre gaussien habituel, mais dans le cas de matrices hermitiennes dont les coefficients sont i.i.d. avec une queue de probabilité de la forme e^{-at^{\alpha}}, avec a>0 et \alpha \in ]0,2[. La démonstration consiste principalement en l’étude des graphes aléatoires associés àces matrices aléatoires.
      L’exposé consistera en la présentation de ce résultat, ainsi que des travaux que j’ai entrepris durant mon stage de M2 pour essayer de le généraliser à des matrices de covariance.

      Lieu : amphi H

      [Article]

    • Mardi 5 novembre 2013 11:30-12:30 - Bastien Mallein - Paris 6

      Le plus grand déplacement d’une marche aléatoire en environnement inhomogène en temps

      Résumé : Une marche aléatoire branchante est un processus qui mime l’évolution au cours du temps d’une population. Des individus se déplacent et se reproduisent de façon indépendante. Dans cet exposé, nous nous intéresserons à l’influence de l’évolution au cours du temps de la façon qu’ont les individus de se reproduire. Nous montrerons que dans ce cas, le déplacement maximal peut être notablement retardé par rapport au cas homogène, où tous les individus se reproduisent de la même façon à toutes les époques.

      Lieu : amphi H

      [Article]

    • Mardi 12 novembre 2013 11:30-12:30 - Jean-François Marckert - CNRS, Bordeaux 1

      Convexes compacts du plan et théorie des probabilités

      Résumé : Il existe en théorie des probabilités, et en combinatoire, différents modèles de convexes du plan plus ou moins aléatoires. Existe-t-il une bonne notion de "convexe aléatoire du plan " ? C’est en tournant autour de cette question que nous avons découvert un lien insoupçonné entre l’ensemble des "compacts convexes du plan" et les "lois de proba. sur [0,2pi]". Ce lien, connu dans un cadre non probabiliste depuis fort longtemps est très riche : il permet de re-découvrir, re-démontrer, et découvrir (tout court) certaines propriétés des convexes, et des opérations que l’on peut leur faire subir. Je m’attacherai à expliquer ces faits... Dans une deuxième partie - très courte - j’expliquerai comment engendrer de "jolis" convexes aléatoires (non polygonaux). Il s’agit d’un travail commun avec David Renault (LaBRI).

      Lieu : amphi H

      [Article]

    • Mardi 10 décembre 2013 11:30-12:30 - Amine Asselah - Paris 12

      Fluctuations pour l’agrégation limitée par diffusion interne.

      Résumé : Travail en cours avec E.& B.Scoppola and E.Cirillo Nous discutons de quelques propriétés de modèles d’agrégation limitée par diffusion.

      Lieu : amphi H

      [Article]

    • Mardi 14 janvier 2014 11:30-12:30 - Davit Varron - Besançon

      Linéarisation locale en méthode de vraisemblance empirique pour une classe de modèles semi-paramétriques

      Résumé : Un point de vue possible de la vraisemblance empirique consiste à créer un intervalle de confiance autour d’un estimateur de type "plug-in", en faisant continument varier les poids affectés aux observations, sur un voisinage des poids usuels constamment égaux à 1/n. Autrement dit, la région décrite est l’image d’un ensemble de mesures empiriques "déséquilibrées", par une application explicite T. En général, l’application T est hautement surjective, ce qui rend la construction d’une telle région beaucoup trop exigeante en temps de calculs. Ce temps de calcul est typiquement exponentiel en n (taille de l’échantillon). Sous des hypothèses de (Hadamard/Gâteau) différentiabilité de T, nous proposons une version localement linéarisée de la construction, qui permet de contourner ce problème de temps de calcul. En effet cette linéarisation permet à l’utilisateur de mettre en oeuvre une série d’algorithmes d’optimisation convexe, dont les temps de calculs sont tout à fait raisonnables. Nous montrons la consistance asymptotique de ces régions de confiances, et établissons un résultat similaire pour des paramètres estimés de dimension infinies, qui sont des trajectoires (par exemple, la courbe de hasard cumulé en estimation de durées de vie).

      Lieu : salle 2203

      [Article]

    • Mardi 28 janvier 2014 11:30-12:30 - Oleksiy Khorunzhiy - UVSQ

      Arbres de Catalan, "tree-type walks" et matrices aléatoires

      Résumé : Le nombre de Catalan t(k) = (2k) !/k ! (k+1) ! décrit le nombre des arbres demi-plans enracinés T construits à l’aide de k arêtes. Le parcours chronologique de 2k pas sur T peut être considéré comme une marche W de 2k pas telle que dans son graphe G chaque arête est passée deux fois (en aller et en retour).
      Une des généralisations possibles de W est donnée par les marches W’ de 2k pas telles que dans ses graphes chaque arête est passée 2 fois sauf une arête passée 4 fois. On pourrait appéler ces marches les "(2,4)-walks of tree type". Les marches de ce type jouent un rôle important dans le comptage des moments des grandes matrices aléatoires de certaine classe.
      Dans le cas le plus simple de (2,4)-marches donné par W’, le nombre total w(k) peut être calculé explicitement w(k)= (2k) !/(k-2) ! (k+2) ! ce qui ressemble beaucoup le nombre de Catalan t(k).
      Le cas général de (2,4)-marches est plus riche et plus compliqué.

      Lieu : salle 2102

      [Article]

    • Mardi 4 février 2014 11:30-12:30 - Nicolas Marie - Université Paris Ouest

      Sur l’extension trajectorielle et l’application de modèles types CIR et Jacobi

      Résumé : L’exposé portera sur l’étude de modèles types Cox-Ingersoll-Ross (CIR) et Jacobi pris au sens des trajectoires rugueuses pour un signal gaussien centré, à trajectoires höldériennes, et n’étant généralement pas une semi-martingale.
      Seront établis pour chacun des modèles : l’existence d’une unique solution globale à trajectoires höldériennes, la régularité (continuité et différentiabilité) de l’application d’Itô partielle qui à la condition initiale et au signal associe la solution, ainsi que l’existence d’un schéma d’approximation convergeant uniformément vers la solution presque surement et dans L^p (p\geqslant 1).
      Pour un signal brownien fractionnaire, nous nous concentrerons ensuite sur le comportement en temps long de la solution Y de l’équation de Jacobi, et l’absolue continuité par rapport à la mesure de Lebesgue de la loi de Y_t (t réel positif).
      En s’appuyant sur la régularité de l’application d’Itô partielle, l’existence d’un point fixe aléatoire pour le système dynamique aléatoire continu (cf. L. Arnold (1998)) naturellement associé à Y sera démontrée, puis un théorème ergodique sera établi.
      Avec le calcul de Malliavin, la régularité de l’application d’Itô partielle permet également de montrer que la loi de Y_t admet une densité par rapport à la mesure de Lebesgue pour tout t réel positif. Une expression de cette dernière sera proposée à l’aide du résultat central de I. Nourdin et F. Viens (2009).
      La dernière partie de l’exposé sera consacrée à la modélisation par un modèle type CIR de la concentration dans l’organisme, au cours du temps, d’un médicalement administré par voie intra-veineuse pour un signal brownien fractionnaire.

      Lieu : salle 2102

      [Article]

    • Mardi 11 février 2014 11:30-12:30 - Gilles Pagès - (Paris 6)

      exposé reporté à une date ultérieure

      Résumé : Le but de cet exposé est d’illustrer sur des modèles d’urnes randomisés utilisées en test cliniques les liens existants entre approximation stochastique récursive et modèles d’irones, que ce soit en termes de convergence ou de vitesse de convergence (de type TCL ou p.s. selon la nature des matrices d’actualisation. Après un premier travail sur des modèles avec loi de tirage « linéaires », nous abordons ici avec Sophie Laruelle (MdC UPEC) le cas de lois de tirages non linéaires associées à des fonctions convexes ou concaves qui distordent la composition de l’urne soit dans le sens d’une uniformisation de celle-ci (aversion au risque) soit qui au contraire l’accentuent. le cas deux couleurs est étudié en détail et met en évidence la présence d’ équilibres multiples, dont un seul n’est pas parasite. Lorsque la matrice d’actualisation de l’urne vaut l’identité (cadre de l’urne de Pòlya standard hormis la loi de tirage), ces équilibres parasites sont en outre « silencieux » cas situés aux frontière de l’espace d’états et des techniques issues de l’étude l’algorithme du bandit récursif sont mises à contribution pour établir la convergence p.s.

      Lieu : salle 2102

      Notes de dernières minutes : Reporté à une date ultérieure

      [Article]

    • Mardi 4 mars 2014 11:30-12:30 - Elizabeth Meckes - Case Western Reserve University, Cleveland, et Université Paul Sabatier, Toulouse

      Projections of probability distributions : A measure-theoretic Dvoretzky theorem.

      Résumé : Dvoretzky’s theorem tells us that if we put an arbitrary norm on n-dimensional Euclidean space, no matter what that normed space is like, if we pass to subspaces of dimension about log(n), the space looks pretty much Euclidean. A related measure-theoretic phenomenon has long been observed : the (one-dimensional) marginals of many natural high-dimensional probability distributions look about Gaussian. A question which had received little attention until recently is whether this phenomenon persists for k-dimensional marginals for k growing with n, and if so, for how large a k ? In this talk I will discuss recent work showing that the phenomenon does indeed persist if k less than 2log(n)/log(log(n)), and that this bound is sharp (even the 2 !). The talk will not assume much background beyond basic probability and analysis ; in particular, no prior knowledge of Dvoretzky’s theorem is needed.

      Lieu : salle 2102

      [Article]

    • Mardi 8 avril 2014 11:30-12:30 - Baba Thiam - Université Lille 3

      Recursive estimation of nonparametric regression with functional covariate

      Résumé : The main purpose is to estimate the regression function of a real random variable with functional explanatory variable by using a recursive nonparametric kernel approach. The mean square error and the almost sure convergence of a family of recursive kernel estimates of the regression function are derived. These results are established with rates and precise evaluation of the constant terms. Also, a central limit for this class of estimator is established. The method is evaluated on simulations and real dataset studies.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 7 octobre 2014 11:30-12:30 - Brigitte Chauvin - UVSQ

      Un exemple de grande urne de P\’olya : les arbres-B

      Résumé : Les arbres-B sont des arbres de recherche dans lesquels toutes les feuilles sont au même niveau. Dans un arbre-B de paramètre m, les noeuds de l’arbre contiennent entre m et 2m clés. Nous décrivons un algorithme de croissance de tels arbres, dans lequel il apparaît que la structure des noeuds terminaux est celle d’une urne de P\’olya. La transition de phase habituelle dans les urnes de P\’olya, entre un comportement asymptotique gaussien ou non gaussien, se produit pour m=59. Comme les valeurs de m courantes en pratique sont de plusieurs centaines, les arbres-B constituent un exemple concret de grande urne de P\’olya. Pour m\geq 60, nous étudions le \emphvecteur composition des noeuds terminaux de l’arbre. Après renormalisation, les fluctuations convergent fortement vers une variable aléatoire W, dont nous obtenons quelques propriétés, bien que sa loi ne semble pas classique : elle est à valeurs dans C, elle possède des moments exponentiels, une densité par rapport à la mesure de Lebesgue sur C, son support est C tout entier, elle est solution d’une équation en loi de type "smoothing equation".
      Il s’agit d’un travail en collaboration avec Danièle Gardy, Nicolas Pouyanne et Dai-Hai Ton-That."
      Le preprint sur arxiv : http://front.math.ucdavis.edu/1408.2069

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 14 octobre 2014 11:30-12:30 - Alexis Devlder - UVSQ

      Localisation et nombre de vallées visitées pour une diffusion dans un potentiel Brownien avec drift, et lien avec le maximum du temps local

      Résumé : On considère une diffusion dans un potentiel Brownien avec drift -\kappa/2, avec \kappa<1.
      Nous prouvons sa localisation au temps t dans un voisinage de certains points dépendant uniquement du potentiel. Plus précisément ces points sont les h-minima du potentiel, pour h un peu plus petit que \log t, c’est à dire les fonds des vallées du potentiel ayant une hauteur au moins h.
      Nous prouvons aussi un phénomène de type Aging pour la diffusion, un théorème de renouvellement pour le temps d’atteinte de la dernière vallée atteinte, ainsi qu’un théorème central limite pour le nombre de vallées visitées jusqu’au temps t.
      Finalement, nous expliquons les liens avec l’étude de la convergence en loi du maximum du temps local de cette diffusion (avec une renormalisation convenable).
      Il s’agit d’un travail en commun avec Pierre Andreoletti, ainsi que d’un travail en cours des mêmes auteurs avec Grégoire Véchambre.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 18 novembre 2014 11:30-12:30 - Catherine Donati-Martin - LMV

      Théorèmes limites sur le groupe unitaire ; extension aux groupes quantiques

      Résumé : Après avoir rappelé les résultats obtenus avec Alain Rouault sur les fluctuations d’une statistique d’une matrice unitaire de Haar, nous étudions le cas des groupes quantiques : groupe de permutations quantiques, groupe orthogonal quantique. L’étude des fluctuations des variables aléatoires (non commutatives) repose, comme dans le cas classique, sur un calcul combinatoire lié aux fonctions de Weingarten.
      Il s’agit d’un travail en cours, avec Alain Rouault.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 25 novembre 2014 11:30-12:30 - Sandro Vaienti - Université de Toulon

      Perte de mémoire et lois limites dans les systèmes.séquentiels

      Résumé : Nous présentons des résultats récents sur les propriétés statistiques de certains systèmes dynamiques séquentiels (non-autonomes), vis-a-vis de la perte de mémoire, de la statistique des extrêmes et du principe d’invariance presque sure.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 27 janvier 2015 11:30-12:30 - Jerôme Dedecker - Univ Paris 5

      Inégalités de concentration sous-Gaussiennes pour les chaînes de Markov géométriquement ergodiques.

      Résumé : On montre qu’une chaîne de Markov irréductible et apériodique est géométriquement ergodique si et seulement si toute fonctionnelle séparément bornée de la chaîne stationnaire vérifie une inégalité de concentration sous-Gaussienne autour de son espérance.

      Travail commun avec Sébastien Gouëzel (Irmar, Rennes I)

      Lieu : batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 3 février 2015 11:30-12:30 - Nathanaël Enriquez - Université Paris 10

      Spectre de graphes dilués mais touffus

      Résumé : La mesure spectrale empirique de la matrice d’adjacence d’un graphe d’Erdös-Rényi à n sommets et de paramètre c/n tend vers la loi du demi-cercle lorsque n puis c tendent vers l’infini. Nous calculons explicitement la perturbation d’ordre 1/c par-rapport à la loi du demi-cercle lorsque c est grand.
      (Travail en collaboration avec Laurent Ménard).

      Lieu : batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 10 février 2015 11:30-12:30 - Thierry Klein - Université Paul Sabatier - Toulouse 3

      Théorèmes de grandes déviations pour des lois conditionnées avec ou sans transformée de Laplace-Application à des modèles combinatoires.

      Résumé : \mathbf{X}=(X_j^{(n)})_{n\in\EN^*, j=1,\ldots,N_n} et \mathbf{Y}=(Y_j^{(n)})_{n\in\EN^*, j=1,\ldots,N_n} deux tableaux triangulaires de variables aléatoires. Sur chaque ligne des tableaux les v.a. sont i.i.d et les variables de \mathbf{X} sont àvaleurs entières. On s’intéresse à la loi de (N_n)^{-1}T_{n}:=(N_n)^{-1}\sum_{j=1}^{N_n}Y_j^{(n)} conditionnée par une valeur précise de S_n:=\sum_{j=1}^{N_n}X_j^{(n)}. C’est à dire à la loi de {\mathcal{L}}_n:={\mathcal{L}}((N_n)^{-1}T_n|S_n=k_n). Nous allons présenter des théorèmes de grandes déviations pour la loi conditionnelle {\mathcal{L}}_n.

      Lieu : batimant Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 31 mars 2015 11:30-12:30 - François Simnhaus - Université Paris Dauphine

      Marche aléatoire dirigée par l’exclusion simple

      Résumé : We prove strong law of large numbers and an annealed invariance principle for a random walk in a one-dimensional dynamic random environment evolving as the simple exclusion process with jump parameter \gamma. First we establish that, if the asymptotic velocity of the walker is non-zero in the limiting case "\gamma = \infty" where the environment gets fully refreshed between each step, then, for \gamma large enough, the walker still has a non-zero asymptotic velocity in the same direction. Second we establish that if the walker is transient in the limiting case \gamma = 0, then, for \gamma small enough but positive, the walker has a non-zero asymptotic velocity in the direction of the transience. These two limiting velocities can sometimes be of opposite sign. In all cases, we show that fluctuations are normal.

      Lieu : batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 7 avril 2015 11:30-12:30 - Fabrice Gamboa - Université Paul Sabatier, Toulouse

      Trafic routier, processus gaussien indexé par un graphe et approximation de Whittle.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 6 octobre 2015 11:30-12:30 - Oleksiy Khorunzhiy - UVSQ

      Sur la fonction zêta d’Ihara des graphes aléatoires de grande taille

      Résumé : La fonction zêta d’Ihara d’un graphe fini G peut être déterminée comme une exponentielle de la fonction génératrice des trajectoires géodésiques sur l’ensemble des arêtes de G. La formule remarquable d’Ihara représente cette fonction sous la forme d’un déterminant de l’analogue discret de l’opérateur de Laplace défini sur G.
      Cet opérateur s’exprime en fonction de la matrice d’adjacence de G.
      En utilisant les méthodes élémentaires de la théorie spectrale des matrices aléatoires, nous calculons la limite de la fonction d’Ihara "normalisée" des graphes aléatoires de Erdös-Rényi lorsque la taille des graphes tend vers l’infini.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 13 octobre 2015 11:30-12:30 - Benjamin Groux - UVSQ

      Grandes déviations de la mesure spectrale de matrices de covariance à queues non gaussiennes.

      Résumé : On considère des matrices de covariance XX^*X est une matrice rectangulaire dont les coefficients sont i.i.d. et ont une queue de probabilité en e^{-at^{\alpha}}, avec a>0 et \alpha \in ]0,2[. On peut établir un principe de grandes déviations pour la mesure spectrale de telles matrices dont les dimensions tendent vers l’infini. Pour cela, on a besoin de montrer un résultat de liberté asymptotique pour la convolution libre rectangulaire. Ces résultats étendent ceux de Bordenave et Caputo (2012) obtenus pour des matrices de Wigner.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 20 octobre 2015 11:30-12:30 - Catherine Donati-Martin - UVSQ

      Grandes déviations pour la mesure empirique vue de la valeur propre maximale

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 10 novembre 2015 11:30-12:30 - Basile de Loynes - Université de Strasbourg

      Marches aléatoires persistantes : récurrence vs transience

      Résumé : Dans cet exposé, on présentera un modèle de marche aléatoire à longue mémoire en dimension 1. Étant donnée une suite de variables aléatoires \{X_k\}_{k \geq 1} à valeurs dans \{-1,1\}, on s’intéresse au comportement en temps long du processus \{S_n\}_{n \geq 0} défini par \begin{displaymath}
S_0:=0 \quad \textrm{ et } \quad S_n:=\sum_{k=1}^n X_k \quad n \geq 1.
\end{displaymath} Lorsque les accroissements X_k sont supposés i.i.d., il s’agit de la marche aléatoire classique dont le comportement est bien connu. Dans le modèle étudié, les lois de sauts dépendent partiellement du passé de la trajectoire. Plus précisément, la probabilité de monter ou de descente dépend du temps passé (appelé temps de persistance) dans la direction dans laquelle le marcheur est train d’évoluer. Mathématiquement, cette mémoire est modélisée à l’aide d’une chaîne de Markov à longueur variable (VLMC pour Variable Length Markov Chain).

      Après avoir décrit le modèle, un critère de récurrence/transience s’exprimant en fonction des paramètres du modèle sera énoncé. Suivront plusieurs exemples illustrant le caractère instable du type de la marche lorsqu’on perturbe légèrement les paramètres (tout particulièrement lorsque les temps de persistances ne sont plus intégrables). Enfin, si le temps le permet, j’énoncerais rapidement un résultat de type principe d’invariance pour ces marches.

      Ces travaux sont issus d’une collaboration avec P. Cénac, A. Le Ny et Y. Offret.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 17 novembre 2015 11:30-12:30 - Mélanie de Blazière - Université de Toulouse

      Partial Least Squares : une nouvelle approche au travers de polynômes orthogonaux.

      Résumé : La méthode des moindres carrés partiels aussi appelée PLS est très utilisée de nos jours pour la prédiction en régression multivariée, notamment lorsque l’on a de fortes corrélations au sein des variables explicatives ou lorsque ces dernières dépassent en nombre les observations que l’on a à disposition. La PLS est une méthode de réduction de dimension astucieuse qui cherche à résoudre le problème de multicollinéarité en créant de nouvelles variables latentes qui maximisent la variance des variables initiales tout en restant optimales pour la prédiction. Si la PLS se révèle être un outil très utile et puissant dans de nombreux domaines, elle n’en reste pas moins une procédure complexe et peu de ses propriétés théoriques sont connues. Ceci est essentiellement du au fait que la fonction de dépendance qui lie l’estimateur à la réponse et à la matrice d’expérience est complexe et qu’il n’en existait pas jusqu’à présent d’expression analytique explicite.
      Dans cet exposé, je vous présenterai une nouvelle façon de considérer la PLS, basée sur les liens étroits qu’elle a avec des polynômes orthogonaux particuliers que j’expliciterai et que nous appellerons par la suite polynômes résiduels. La théorie des polynômes orthogonaux nous permettra alors de donner une expression analytique explicite pour ces polynômes résiduels. Nous verrons que cette expression montre clairement de quelle façon l’estimateur PLS dépend du signal et du bruit. Nous montrerons ensuite la puissance de cette nouvelle approche au travers de l’analyse des propriétés statistiques de la PLS, et ceci en établissant notamment de nouveaux résultats sur son risque empirique et son erreur quadratique moyenne de prédiction. Nous évoquerons aussi certaines de ses propriétés de seuillage. Nous conclurons enfin en montrant comment l’approche par polynômes orthogonaux fournit un cadre unifié, qui permet de retrouver directement des propriétés déja connues de la PLS mais démontrées en passant par des approches variées et différentes de la notre.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 24 novembre 2015 11:30-12:30 - Dasha Loukianova - Université d'Evry Val d'Essonne

      Estimation pour une marche aléatoire en milieu aléatoire, chaînes de Markov cachées et dégrafage de l’ADN.

      Résumé : Nous considérons le problème de l’estimation paramétrique de la loi du milieu d’une marche aléatoire en milieu aléatoire (MAMA). Nous expliquons d’abord l’approche pour le milieu i.i.d. Quand le milieu est markovien, en utilisant le lien entre les MAMA et les processus de branchement en milieu aléatoire, nous montrons comment replacer ce problème dans le modèle de chaînes de Markov cachées. En se basant sur l’observation longue d’une seule trajectoire d’une MAMA, nous montrons la consistance, la normalité asymptotique et l’efficacité de l’estimateur du maximum de vraisemblance d’un paramètre de la loi du milieu. Nous montrons enfin l’application de notre modèle à l’expérience de dégrafage d’une molécule d’ADN.
      Travail en commun avec Pierre Andreolétti, MAPMO, et Catherine Matias, LPMA.

      Lieu : Salle 2102

      [Article]

    • Mardi 1er décembre 2015 11:30-12:30 - Mireille Capitaine - Institut de Mathématiques de Toulouse

      Comportement asymptotique des vecteurs propres associés aux outliers de modèles matriciels aléatoires classiques déformés

      Résumé : Lorsque l’on perturbe additivement ou multiplicativement un modèle de matrice aléatoire classique (de type Wigner, Wishart ou de loi unitairement invariante), certaines valeurs propres peuvent se détacher asymptotiquement du reste du spectre. On s’intéressera dans cet exposé au comportement asymptotique des vecteurs propres associés.

      Lieu : Bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 26 janvier 2016 11:30-12:30 - Shen Lin - ENS Ulm

      Mesure harmonique près d’un point typique sur un grand arbre de Galton-Watson

      Résumé : Considérons un arbre de Galton-Watson critique conditionné à avoir une hauteur supérieure à n. La mesure harmonique au niveau n est la loi du point d’atteinte de la hauteur n par une marche aléatoire simple sur cet arbre. Supposons que la loi de reproduction critique est de variance finie. Il est bien connu que sous cette hypothèse le nombre de sommets dans l’arbre au niveau n est de l’ordre de n. Néanmoins, Curien et Le Gall ont prouvé en 2013 qu’il existe une constante universelle a=0.78... telle que la mesure harmonique au niveau n est portée, à un ensemble de masse arbitrairement petite près, par un ensemble de cardinal de l’ordre de n^a. Dans cet exposé, nous présentons l’existence d’une nouvelle constante universelle b=1.21... telle que, avec grande probabilité, la mesure harmonique portée par un sommet typique à la hauteur n est de l’ordre de n^-b. Si le temps le permet, nous présentons aussi des résultats analogues en cas de variance infinie, où la loi de reproduction critique appartient au domaine d’attraction d’une loi stable.

      Lieu : Bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 9 février 2016 11:30-12:30 - Ion Grama - Université de Bretagne Sud

      Théorèmes limites pour des chaînes des Markov affines conditionnées à rester positives

      Résumé : Considérons une marche réelle à incréments définis par une récurrence stochastique. Soit  \tau_y le temps de sortie de la partie positive de la droite réelle de cette marche avec le point de départ  y> 0 . Nous étudions le comportement asymptotique de la probabilité que le temps de sortie  \tau_y est plus grand que  n et de la loi de la marche conditionnée à rester positive.

      Lieu : Bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 16 février 2016 11:30-12:30 - Simeon-Valère Bitseki-Penda - Institut Mathématique de Bourgogne, Dijon

      Etude des estimateurs des fonctions d’auto-régression dans un modèle autorégressif non-linéaire de bifurcation.

      Résumé : Dans cet exposé, je vais faire une étude asymptotique et non-asymptotique des estimateurs des fonctions d’auto-régression dans un modèle bifurcant autorégressif non-linéaire que nous avons introduit dernièrement. Il s’agit des estimateurs de type Nadaraya-Watson que nous adaptons à la structure d’un arbre binaire régulier. L’étude non-asymptotique comprend le contrôle des bornes supérieures et des bornes minimax de convergence de nos estimateurs. L’étude asymptotique comprend d’une part la normalité asymptotique des nos estimateurs et ceci me permettra de construire un test d’asymétrie permettant de différencier les fonctions d’auto-régression ; d’autre part un principe de déviation modérées pour nos estimateurs. L’exposé est issu d’un article écrit en collaboration avec Adélaïde Olivier (CEREMADE, Université Paris Dauphine)

      Lieu : Bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 20 septembre 2016 11:30-12:30 - Bertrand Cloez - INRA Montpellier

      Comportement en temps long de processus de Markov avec branchement ou absorption

      Résumé : Après avoir rappelé rapidement quelques manières de montrer la convergence exponentielle d’un processus de Markov (classique) vers sa mesure invariante, nous décrirons comment montrer des comportements analogues pour des processus branchants (ou avec un état absorbant). Ces derniers sont des processus à valeurs mesures (qui décrivent par exemple une population avec des naissances et des morts) dont la moyenne satisfait une équation au dérivés partielles linéaire. Pour passer des processus branchants aux processus classiques, on introduira des formules appelées formule many-to-one, fragments marqué, décomposition en épine dorsal ou encore h-transformé (de Doob) qui permettent de ramener l’étude d’une population à celle d’un individu avec un comportement biaisé.

      Lieu : Bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 27 septembre 2016 11:30-12:30 - Gilles Pagès - Université Pierre et Marie Curie

      Modèles d’urnes randomisées non linéaires : une approche par algorithmes stochastiques

      Résumé : Dans ce travail, nous étendons le lien entre l’approximation stochastique et les modèles d’urnes randomisés développés dans [Laruelle-Pagès, AAP, 2013] et ses applications à des essais cliniques introduits dans une série de papiers par Bai et ses co-auteurs. L’idée ici est que la règle de tirage n’est plus uniforme parmi les boules (de d couleurs possibles) de l’urne, mais peut être renforcée par une fonction f modélisant en quelque sorte l’aversion au risque. Tout d’abord, en considérant que f est concave ou convexe et en reformulant la dynamique de la composition de l’urne comme un algorithme stochastique avec reste, nous établissons la convergence et la normalité asymptotique (théorème central limite, CLT) de la procédure normalisée en faisant appel aux méthodes dites de l’ODE et de l’EDS. Une analyse plus approfondie du cas bi-color (d = 2) et lorsque f est convexe montre la présence d’une forme de transition de phase. Cela conduit notamment à étudier la (non-) convergence vers des zéros répulsifs bruités ou non du système champ moyen sous-jacent (les ``pièges » en théorie de l’approximation stochastique). Enfin, ces résultats sont appliqués à une allocation d’actifs optimale en Finance par principe de renforcement.

      Lieu : Bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 11 octobre 2016 11:30-12:30 - Benjamin Groux - LMV

      Comportement en temps long dans l’équation de Fokker-Planck libre avec un potentiel non convexe.

      Résumé : On considère l’équation de Fokker-Planck libre \frac{\partial \mu_t}{\partial t} = \frac{\partial}{\partial x} \left[ \mu_t \left( \frac12 V' - H\mu_t \right) \right], o\`u H d\’esigne la transform\’ee de Hilbert et V un potentiel confinant. Dans le cas o\`u ce potentiel est convexe, il est connu que cette EDP avec singularit\’e admet une unique solution (\mu_t) convergeant quand t \to \infty vers la mesure d’équilibre associée au potentiel V. On s’intéresse ici au comportement asymptotique de la solution dans le cas d’un potentiel non convexe, plus précisément V(x) = \frac14 x^4 + \frac{c}{2} x^2 avec c<0. Le résultat obtenu fait notamment intervenir des techniques de probabilités libres.
      Ce travail a étée effectué en collaboration avec Catherine Donati-Martin et Mylène Maïda.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 8 novembre 2016 11:30-12:30 - Marion Sciauveau - CERMICS, Ponts et Chaussées

      Fonctionnelles de coût sur des arbres aléatoires

      Résumé : Les arbres apparaissent naturellement dans de nombreux domaines tels que l’ informatique pour le stockage de données ou encore la biologie pour classer des espèces dans des arbres phylogénétiques. Dans cet exposé, nous nous intéresserons aux limites de fonctionnelles additives de grands arbres aléatoires. Nous étudierons les cas des arbres binaires sous le modèle de Catalan (arbres aléatoires choisis uniformément parmi les arbres binaires enracinés complets ordonnés avec un nombre de nœud donné) et les arbres simplement générés. On obtiendra un principe d’invariance pour ces fonctionnelles ainsi que les fluctuations associées. Dans le cas binaire, la preuve repose sur le lien entre les arbres binaires et l’excursion brownienne normalisée (voir Aldous [1]). Cela nous permettra de retrouver les résultats avancés par Fill et Kapur [2] et Fill et Janson [3].
      Références : [1] : D. Aldous. The continuum random tree. III. (1993) [2] : J.A. Fill and N.Kapur. Limiting distributions for additive functionals on Catalan trees (2004) [3] : J.A. Fill and S. Janson. Precise logarithmics for the right tails of some limit random variables for random trees (2009)

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 22 novembre 2016 11:30-12:30 - Elodie Vernet - Université Paris Sud - Paris Saclay

      Comportement asymptotique de la loi a posteriori dans les modèles non paramétriques de Markov cachés

      Résumé : Une chaîne de Markov cachée est un processus stochastique discret (X_t,Y_t) où la suite (X_t) est une chaîne de Markov que l’on n’observe pas, et la suite (Y_t) est une version bruitée de (X_t) que l’on observe. Plus précisément, sachant les états cachés X_t, les observations Y_t sont indépendantes avec Y_t ne dépendant que de X_t. Les modèles de Markov cachés (HMMs) sont très utilisés en pratique, comme en génomique, reconnaissance de parole, économétrie... Un intérêt récent pour les modèles de Markov cachés non paramétriques est apparu dans les applications car la modélisation paramétrique des lois d’émission (c’est-à-dire les lois de Y_t sachant X_t=1,2,\ldots) peut conduire à de mauvaises estimations. Or les modèles de Markov cachés non paramétriques ont peu été étudiés en théorie. Lors de cet exposé, je m’intéresserai à ces modèles dans le cas où l’ensemble des états cachés sera de cardinal fini et connu. Les lois d’émission ne seront pas contraintes d’appartenir à un espace de dimension finie. Je m’attacherai à présenter des garanties théoriques sur le comportement de la loi a posteriori dans ces modèles. En particulier, je présenterai des résultats asymptotiques sur ce comportement. Je donnerai des hypothèses garantissant la consistance de la loi a posteriori ainsi que l’obtention de vitesses de concentration. J’exhiberai également des lois a priori vérifiant ces dernières hypothèses.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 29 novembre 2016 11:30-12:30 - Eva Löcherbach - Université de Cergy-Pontoise

      Estimation du graphe d’interactions pour des systèmes de neurones en interactions.

      Résumé : Nous considérons des réseaux de neurones dont l’évolution est décrite par des systèmes de chaînes de mémoire variable en interactions. Chaque chaîne décrit l’activité d’un seule neurone (à savoir, la présence ou absence d’une décharge électrique/spike à un temps donné). La probabilité qu’un neurone ait une décharge dépend de l’évolution de ses neurones pré-synaptiques depuis son dernier temps de spike. Lors d’une décharge, le potentiel de membrane du neurone retombe à une valeur d’équilibre (= 0). En même temps, tous les neurones post-synaptiques reçoivent une charge additionnelle qui est rajoutée à leur potentiel de membrane. La relation entre un neurone et ses neurones pré- et post- synaptiques définit un graphe orienté que nous appelons "graphe d’interactions" du modèle. Nous construisons un estimateur de ce graphe et prouvons la consistence de cet estimateur lorsque le temps d’observation ainsi que la taille de la fenêtre d’observation tendent vers l’infini. Travail en collaboration avec Aline Duarte, Antonio Galves et Guilherme Ost.
      — -
      Estimating the interaction graph of stochastic neural dynamics We address the question of statistical model selection for a class of stochastic models of biological neural nets. Models in this class are systems of interacting chains with memory of variable length. Each chain describes the activity of a neuron, indicating whether it has a spike or not at a given time. For each neuron, the probability of having a spike depends on the entire time evolution of its \it presynaptic neurons since the last spike time of the neuron. When the neuron spikes, its potential is reset to a resting level, and all of its postsynaptic neurons receive an additional amount of potential. The relationship between a neuron and its pre- and postsynaptic neurons defines an oriented graph, the interaction graph of the model. We show how to estimate this graph of interactions, based on an observation of the process up to time $n, $ within a growing sequence of observation windows. We prove the consistency of this estimator and obtain explicit error bounds for the probability of wrong estimation of the graph of interactions. Joint work with Aline Duarte, Antonio Galves and Guilherme Ost.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 6 décembre 2016 11:30-12:30 - Fanny Augeri - Institut Mathématique de Toulouse

      Grandes déviations des traces de matrices aléatoires.

      Résumé : L’étude des traces de matrices aléatoires est maintenant un outil classique pour comprendre le comportement asymptotique du spectre. Depuis la preuve originale du théorème de Wigner par la méthode des moments, jusqu’aux résultats d’universalité au bord du spectre de matrices de Wigner ou de covariance empirique, la "méthode des traces" s’est révélée très efficace dans l’étude macroscopique aussi bien que microscopique du spectre de matrices aléatoires.

      En partant du théorème de Wigner, qui donne la convergence des traces normalisées vers les nombres de Catalan, on s’intéressera au grandes déviations des traces autour de leurs limites respectives. Comme l’application qui à une mesure de probabilité associe sont p ème moment n’est pas continue pour la topologie faible, il n’est pas possible de contracter les principes de grandes déviations connus pour la mesure spectrale, comme dans le cas des ensembles Gaussiens classiques (Ben-Arous - Guionnet, 1997), ou des matrices de Wigner sans queues Gaussiennes (Bordenave-Caputo, 2014). Le problème des grandes déviations des traces implique de chercher d’autres stratégies que l’on exposera dans le cas de trois modèles : celui des matrices de Wigner à entrées Gaussiennes, celui des beta-ensembles à potentiel convexe et croissance polynomiale et le cas des matrices de Wigner sans queues Gaussiennes.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 3 janvier 11:30-12:30 - Alexis Devulder - LMV, UVSQ

      Collisions de plusieurs marches aléatoires récurrentes dans des milieux aléatoires

      Résumé : Nous considérons d marches aléatoires indépendantes sur Z, m d’entre elles étant des marches aléatoires simples symétriques, et les r= d-m autres étant des marches de Sinai, dans I environnements indépendants. Nous montrons que le produit est récurrent, presque sûrement, si et seulement si m\leq 1 ou m=d=2. Dans le cas transient avec r\geq 1, nous prouvons que les marches se rencontrent simultanément infiniment souvent (c’est à dire font une "collision"), presque sûrement, si et seulement si m=2 et r \geq I= 1. En particulier, alors que I n’a pas d’influence pour la récurrence ou la transience, I joue un rôle pour la probabilité d’avoir une infinité de collisions. Il s’agit d’un travail en commun avec Nina Gantert et Françoise Pène.

      Lieu : Batiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 10 janvier 11:30-12:30 - Florent Malrieu - Université de Tours (LMPT)

      Comportement en temps long de processus de Markov déterministes par morceaux

      Résumé : Les processus de Markov déterministes par morceaux (PDMPs) sont des processus aléatoires qui, entre deux sauts (aléatoires), évoluent de façon déterministe. Nous illustrerons quelques propriétés parfois surprenantes de ces processus sur un exemple issu de la modélisation de dynamique des populations, et présenterons quelques techniques permettant l’étude de leur comportement en temps long.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 17 janvier 11:30-12:30 - Nicolas Champagnat - Institut Henry Cartan - Univ. de Lorraine

      Convergence exponentielle vers la distribution quasi-stationnaire de processus de Markov absorbés

      Résumé : On considère un processus de Markov général, absorbé presque sûrement en temps fini. Un exemple d’application typique concerne les dynamiques de populations, absorbées lorsqu’une ou plusieurs (sous-)populations s’éteint(s’éteignent). Le but de l’exposé est de présenter des critères garantissant la convergence exponentielle des tailles de population conditionnellement à la non-absorption, uniforme par rapport à la condition initiale. Ce dernier point est important en pratique car la distribution initiale de la population n’est en général pas connue précisément. On démontre que cette convergence uniforme est équivalente à deux conditions, la première exprimant que le processus descend rapidement de l’infini et s’éloigne des zones avec fort taux d’absorption lorsqu’il n’est pas absorbé, et la seconde que le processus ne peut pas survivre beaucoup mieux que lorsqu’il est issu d’un ensemble compact. On donnera ensuite des critères explicites impliquant ces conditions dans le cas des processus de naissance et mort et des diffusions, en dimension 1 et plus.
      Il s’agit d’un travail en collaboration avec Denis Villemonais (IECL, Univ. Lorraine).

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 24 octobre 11:30-12:30 - Pierre-Antoine Corre - UPMC

      Graphe d’Erdös-Rényi, coalescent multiplicatif et processus de fragmentation associé

      Résumé : Le graphe d’Erdös-Rényi est un modèle simple de graphe aléatoire construit à partir de n noeuds et tel que chaque arête est ouverte avec probabilité p. Dans un premier temps, nous exposerons les liens qui existent entre ce graphe et le coalescent multiplicatif. En second lieu, nous présenterons des résultats de convergence en distribution au sens de Gromov-Hausdorff-Prokhorov des composantes connexes de ce graphe vues comme espaces métriques mesurés vers des objets limites proches des arbres browniens. Enfin, nous établirons des liens entre ces objets limites d’une part et le coalescent multiplicatif et un processus de fragmentation associé d’autre part.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 7 novembre 11:30-12:30 - Raphaël Butez - Université Paris-Dauphine

      Racines de polynômes aléatoires, grandes déviations et universalité

      Résumé : Dans cet exposé nous présenterons quelques propriétés des racines de polynômes aléatoires à coefficients i.i.d. dont le degré tend vers l’infini. Nous verrons que, lorsque les coefficients sont gaussiens, elles forment un gaz de Coulomb en dimension 2 ce qui nous permettra d’obtenir un principe de grandes déviations. Enfin, nous traiterons la question de l’universalité de ce principe de grandes déviations.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 14 novembre 11:30-12:30 - Philippe Marchal - Université Paris 13

      Tableaux de Young et surfaces aléatoires

      Résumé : Un tableau de Young de forme fixée et dont on choisit un remplissage standard aléatoire peut être vu comme une surface aléatoire. Le comportement de celle-ci est très mal connu. On sait montrer que pour une union finie de rectangles, il existe une forme limite et on sait identifier la forme limite dans le cas d’un seul rectangle. Je m’intéresserai aux fluctuations sur le bord dans le cas d’un rectangle et dans les coins pour le cas d’un triangle. Le premier cas fait apparaître des matrices aléatoires et le deuxième des modèles d’urnes atypiques.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 21 novembre 11:30-12:30 - Antoine Marchina - Université Paris-Est-Marne-la-Vallée

      exposé d’Antoine Marchina

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 28 novembre 11:30-12:30 - Philippe Naveau - LSCE-CNRS-UVSQ

      Analysis of extreme climate events by combining multivariate extreme values theory and causality theory

      Résumé : Multiple changes in Earth’s climate system have been observed over the past decades. Determining how likely each of these changes are to have been caused by human influence, is important for decision making on mitigation and adaptation policy. This is particularly true for extreme events, e.g. the 2003 European heatwave. To quantity these issues, we combine causal counterfactual theory (Pearl 2000) with multivariate extreme value theory. In particular, we take advantage of recent advances in the modeling of the multivariate generalized Pareto distributions to propose a conceptual framework to deal with climate-related events attribution.
      (joint work with Anna Kiriliouk and Alexis Hannart)

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 9 janvier 2018 11:30-12:30 - Aurélia Deshayes - LPMA, Paris 6 et 7

      exposé d’Aurélia Deshayes

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 10 avril 2018 11:30-12:30 - Erwan Scornet - Ecole Polytechnique

      exposé d’Erwan Scornet

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

  • jeunes

    • Vendredi 4 novembre 2011 14:00-15:00 - Cécile Mailler

      Arbres binaires de recherche et fonctions booléennes aléatoires

      Résumé : Dans cet exposé, j’introduirai le modèle de l’arbre binaire de recherche aléatoire. Un fois étiqueté aléatoirement avec des connecteurs logiques (ET et OU) et avec des variables booléennes (x_1 et \bar{x}_1, ..., x_k et \bar{x}_k), ces arbres aléatoires induisent une distribution de probabilité - dite des "arbres croissants" - sur l’ensemble des fonctions booléennes à k variables. Je présenterai les propriétés de cette distribution lorsque l’arbre binaire de recherche sous-jacent devient grand.

      Lieu : bâtiment Fermat, LMV, salle de réunion

      [Article]

    • Vendredi 3 février 2012 14:30-15:30 - Daniele Turchetti - LMV

      Les distances qui séparent les nombres : visite guidée au monde p-adique

      Résumé : Derrière l’étude (arithmétique, algébrique, analytique, topologique et, par conséquent de tout cela, géométrique) du corps des nombres rationnels Q se cachent des structures étonnamment pleines de richesse : des espaces métriques où tous les triangles sont isocèles et chaque point d’une boule peut être pris comme le centre de celle-ci. Les règles qui commandent cet endroit sont à la fois bizarres, élégantes et, ce qui est intéressant, fondamentales pour résoudre plusieurs conjectures du début du 20ème siècle.
      Cet exposé est une introduction aux nombres p-adiques, à l’analyse p-adique et vers la fin, à mon domaine de recherche : la géométrie analytique non-archimédienne (à la Berkovich). Pour ce qui concerne la première partie, les prérequis sont un tout petit peu de topologie et de théorie des corps finis, les applications étant notamment à la résolution de polynômes sur les entiers (géométrie diophantienne). Dans la deuxième partie, mes assertions seront plutôt un general nonsense pour attirer l’attention sur des applications à des domaines plus avancées de la mathématique.

      Lieu : batiment Fermat, en salle 2202

      [Article]

    • Vendredi 24 février 2012 14:30-15:30 - Jimena Royo-Letelier

      The Hofstadter’s butterfly

      Résumé : In this talk, we will study the fractal structure of the famous “Hofstadter’s butterfly”. The Hofstadter’s butterfly, discovered in 1976 by D. Hofstadter in his PhD thesis, is a graphical representation of the energy of a crystal electron in an uniform magnetic field. Its beauty comes from some very particular features : symmetry axes and bands of energy clustering at particular sites of the graph. In this talk, we will explain briefly the physical frame -and the mathematical formalism- given raise to Hofstadter’s butterfly, and we show how the clustering pattern is obtained. A brief explanation on what can be mathematically proved will be provided.

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi I

      [Article]

    • Vendredi 30 mars 2012 14:30-15:30 - Gianmarco Chinello - LMV - UVSQ

      Introduction à la théorie des représentations des groupes

      Résumé : Dans cet exposé je ferai une introduction à la théorie des représentations des groupes : je commencerai avec la définition générale, puis j’énoncerai les théorèmes principaux dans le cas où le groupe est fini et je donnerai plusieurs exemples. Dans la deuxième partie j’introduirai mon sujet de thèse en donnant les notions de représentation p-adique et modulaire du groupe linéaire sur un corps p-adique. Le prérequis de la première partie est seulement un peu de théorie des groupes ; par contre dans la deuxième partie j’utiliserai des outils plus avancés comme la structure topologique du corps des nombres p-adiques et peut-être la notion de catégorie.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2204

      [Article]

    • Lundi 4 juin 2012 14:30-15:30 - Jérémy Berthomieu - LMV - UVSQ

      Géométrie projective et solutions d’équations

      Résumé : Je commencerai par introduire la géométrie projective de manière... géométrique et montrerai son intérêt pour la résolution des systèmes polynomiaux à plusieurs variables. De multiples dessins sont au programme.

      [Article]

    • Jeudi 14 juin 2012 14:30-15:30 - Tamara el Bouti - LMV - UVSQ

      Optimisation robuste et application à la reconstruction du réseau artériel humain

      Résumé : Contexte du projet :
      Dans la simulation numérique d’un réseau artériel médical, la simulation numérique est appelée à devenir un nouvel outil important pour l’aide au diagnostic. Cependant, elle ne sera adoptée par le corps médical que si les résultats sont robustes vis à vis des mesures expérimentales et tiennent compte de la spécificité de chaque patient. A partir de mesures expérimentales réalisées par l’Hôpital Européen Georges Pompidou avec le principe d’echotracking , l’objectif principal du projet vise à reconstruire un réseau artériel numérique complet pour un patient donné. L’approche choisie consiste à utiliser des modèles fluides-structures simplifiés et à déterminer les paramètres du réseau (viscosité du sang, rigidité des artères, etc…) à l’aide d’un algorithme d’optimisation robuste. A terme, l’objectif est d’offrir au praticien un outil permettant un diagnostic précoce et fiable des risques cardiovasculaires pour tout patient simplement à partir d’un examen non invasif, en ambulatoire et peu coûteux comme l’echotracking.
      Dans l’exposé je présenterai le sujet de deux points de vue :
      - médical (facteurs prédictifs des maladies cardiovasculaires).
      - mathématique (simulation numérique d’un réseau artériel et introduction du modèle 1D en se servant des méthodes par éléments finis).

      [Article]

    • Mercredi 17 octobre 2012 09:45-10:45 - Aurélien Greuet - LMV

      Résolution de problèmes d’optimisation globale algébrique.

      Résumé : On considère des problèmes d’optimisation globale algébrique : il s’agit de calculer la borne inférieure d’un polynôme à plusieurs variables sous des contraintes polynomiales. Résoudre un tel problème peut avoir plusieurs significations selon le contexte applicatif. On peut chercher par exemple à représenter cette borne inférieure de manière algébrique, ce qui mène à des algorithmes de calcul formel. On peut aussi essayer de certifier des bornes inférieures sur l’inf, via une écriture en somme de carrés. Dans cet exposé, on présentera les outils et les méthodes liés à ces deux approches.

      Lieu : UVSQ - bâtiment Fermat - Amplhi I

      [Article]

    • Mercredi 21 novembre 2012 09:45-10:45 - Jimena Royo-Letelier

      Γ-convergence et condensats des Bose-Einstein -a deux composants

      Lieu : batiment Fermat, salle 2201,

      [Article]

    • Mercredi 19 décembre 2012 10:00-11:00 - Gianmarco Chinello - LMV

      Introduction aux catégories de représentations

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2206

      [Article]

    • Mercredi 6 février 2013 10:00-11:00 - Daniele Turchetti - LMV

      La notion de point en géométrie algébrique

      Résumé : Il s’agit d’une introduction informelle à la géométrie algébrique. Après quelques mots de motivation j’essaierai de parler de la structure d’un schéma affine de façon simple, à travers la description concrète de l’idée de "point" en ce contexte. On verra donc pourquoi cet approche et sa généralité interviennent aussi dans beaucoup de questions de géométrie, mais aussi de théorie des nombres. Aucun pre-requis est demandé pour pouvoir suivre l’exposé.

      Lieu : batiment Fermat, amphi I

      [Article]

    • Mercredi 6 mars 2013 10:00-11:00 - Loïc Poulain d'Andecy - LMV

      Algorithme de Coxeter-Todd : exemples et applications

      Résumé : L’algorithme de Coxeter-Todd est un procédé qui, pour les groupes donnés par générateurs et relations, permet d’obtenir plusieurs informations. Nous expliquerons ce procédé, ainsi que son utilité pour différentes questions concernant l’ordre d’un groupe, les formes normales, les représentations induites. L’exemple traité en détail sera celui du groupe symétrique. On présentera également d’autres exemples simples et on aura l’occasion de faire des dessins.

      Lieu : amphi I

      [Article]

    • Mercredi 4 décembre 2013 11:00-12:00 - Benjamin Groux - LMV

      Introduction aux matrices aléatoires.

      Résumé : La théorie des matrices aléatoires est née au XXe siècle, motivée par des problèmes physiques d’une part et des problèmes statistiques d’autre part, et elle est en plein essor depuis une dizaine d’années. L’exposé consistera en la présentation des principaux résultats de la théorie et une brève introduction aux probabilités libres.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2201

      [Article]

    • Mercredi 22 janvier 2014 10:30-11:30 - Tamara El Bouti - LMV

      exposé de Tamara El Bouti

      Résumé : Je vais présenter une approche qui permet de déterminer numériquement la rigidité artérielle d’un réseau d’artères à partir d’une modélisation monodimensionnelle de la variation temporelle de la section et du débit sanguin des artères. L’approche proposée résout le problème inverse associé au modèle réduit pour déterminer la rigidité de chaque artère, facteur prédictif des maladies cardiovasculaires, à l’aide de mesures non invasives de type echotracking. Je présenterai différents résultats d’optimisation sur des cas expérimentaux, permettant de valider l’approche.

      Lieu : Batiment Sophie Germain, salle G003

      [Article]

    • Mercredi 12 février 2014 10:30-11:30 - Bernd Schober - LMV

      Measuring hypersurface singularities by using polyhedra.

      Résumé : In this talk we try to give an elementary introduction to an invariant measuring the singularities of a hypersurface, defined by some complex polynomial f \in \mathbb{C} [x_1, ... ,x_n] in finitely many variables. In particular we deduce this measure only by using certain polyhedra.

      Lieu : salle G002

      [Article]

    • Mercredi 26 mars 2014 10:30-11:30 - Benedetta Noris - LMV

      On the eigenvalues of Aharonov-Bohm operators with varying poles

      Résumé : The Aharonov–Bohm effect is a quantum mechanical phenomenon in which an electrically charged particle is affected by a magnetic field, despite being confined to a region in which the magnetic field is zero. Experimentally, this can be obtained by the presence of a very thin solenoid. From the mathematical point of view, the magnetic potential is a closed 1-form which is not exact. We study the eigenvalues of the associated magnetic Schrödinger operator : we investigate how the eigenvalues behave as the position of the singular potential moves. This analysis is motivated by its relation with optimal partition problems.
      Joint works with V. Bonnaillie-Noël, M. Nys and S. Terracini.

      Lieu : salle G002

      [Article]

    • Jeudi 23 octobre 2014 15:00-16:00 - Gianmarco Chinello - LMV

      Décomposition de la catégorie des représentations modulaires d’un groupe p-adique

      Résumé : L’exposé consistera en la présentation des différentes notions qui apparaissent dans le titre : les groupes, les corps p-adiques, les représentations (modulaires) et, enfin, les catégories et leurs décompositions. Pour chacune d’elles, j’énoncerai la définition, j’expliquerai les propriétés et je donnerai des exemples. Dans la dernière partie de l’exposé, j’essayerai d’expliquer quel est mon sujet de thèse, en regroupant toutes ces notions, et quelles sont les méthodes pour le démontrer.

      Lieu : LMV - salle de réunion 4305

      [Article]

    • Jeudi 27 novembre 2014 11:00-12:00 - Valérie Robert - Orsay

      Un nouveau modèle statistique pour la pharmacovigilance

      Résumé : Les effets indésirables des médicaments sont le plus souvent découverts après l’autorisation de mise sur le marché de ces médicaments (effets indésirables rares ou spécifiques à une sous-population, conditions d’utilisation différentes de celles étudiées dans les essais cliniques...). Les systèmes de pharmacovigilance ont alors pour but de détecter le plus précocement possible l’existence d’associations entre médicaments et événements indésirables.
      Dans cette optique, des méthodes statistiques exploratoires de génération automatique de signaux (PRR, Evans et al. 2001 ; ROR, Van Puijenbroek et al. 2002...) ont été développées depuis une dizaine d’années. Cependant, ces méthodes possèdent certaines limites telles que le caractère arbitraire des seuils utilisés ou encore la non prise en compte de la co-prescription de médicaments. Enfin, elles sont toutes basées sur une table de contingence qui prennent comme hypothèse une homogénéité des individus à l’origine des notifications. Or il est raisonnable de penser qu’il existe une certaine hétérogénéité dans la population considérée.
      L’objectif est donc de proposer une alternative à ces méthodes de détection automatique en essayant de prendre en compte cette dimension hétérogène du problème contrairement aux méthodes précédentes. Dans ce cadre, nous proposons un nouveau modèle statistique adapté du modèle des blocs latents (Govaert et Nadif, 2003) qui permet une classification simultanée des lignes et des colonnes de deux tableaux de données binaires en imposant le même classement en ligne. Il permettra alors d’établir des sous-groupes d’individus selon leur profil médicamenteux ainsi que des sous-groupes d’effets et de médicaments avec interaction forte.
      Dans cet exposé, nous présenterons dans un premier temps le modèle et donnerons des conditions suffisantes pour obtenir son identifiabilité. Ensuite, nous développerons les algorithmes utilisés pour sa mise en œuvre et nous terminerons par des résultats sur des données simulées.
      Mots clés : pharmacovigilance, co-clustering, modèle des blocs latents.
      Références :
      I. AHMED. Détection automatique de signaux en pharmacovigilance : Approche statistique fondée sur les comparaisons multiples. PhD thesis, Paris 11, 2009.
      G. Govaert and M. Nadif. Clustering with block mixture models. Pattern Recognition, 36 : 463–473, 2003.
      C. Keribin, V. Brault, G. Celeux, and G. Govaert. Estimation and selection for the latent block model on categorical data. Statistics and Computing, pages 1–16, 2014. ISSN 0960-3174. doi : 10.1007/s11222-014-9472-2. URL http://dx.doi.org/10.1007/s11222-01....

      Lieu : Bâtiment E - Salle E105A

      [Article]

    • Jeudi 11 décembre 2014 11:00-12:00 - Benjamin Groux - LMV

      Problématiques et applications de la théorie des matrices aléatoires

      Résumé : La théorie des matrices aléatoires a vu le jour au XXe siècle, motivée par des problèmes physiques d’une part et des problèmes statistiques d’autre part. Actuellement en plein essor, son champ d’applications ne cesse de s’élargir. L’exposé consistera en la présentation des problématiques de la théorie des matrices aléatoires, des résultats fondamentaux et de quelques applications.

      Lieu : Bâtiment E - Salle E105A

      [Article]

    • Mercredi 11 février 2015 10:30-11:30 - Jonas Grabbe - LMV

      On the holonomy groups of Weyl manifold

      Résumé : A conformal structure on a manifold is said to be a conformal product structure if it admits two conformal submersions with orthogonal fibres intersecting transversally. Motivated by this notion, we classify the possible local holonomy groups of Weyl connections. The Berger-Simons theorem and the Merkulov-Schwachhöfer classification of holonomy groups of irreducible torsion-fee connections leaves us with the remaining case, where the Weyl connection D is reducible and non-closed. In this case, Florin Belgun and Andrei Moroianu showed that the Weyl structure is an adapted Weyl structure of a non-closed conformal product.

      Lieu : Bâtiment Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Jeudi 12 février 2015 10:30-11:30 - Marie-Liesse Cauwet - Orsay

      Bias reduction in capacity optimization

      Résumé : The optimization of capacities in large scale power systems is a stochastic problem, because the need for storage and connections varies a lot from one week to another (e.g. wind power) and from one winter to another (e.g. water inflows due to snow melting). It is usually tackled through sample average approximation, i.e. assuming that the system which is optimal on average over the last 40 years (corrected for climate change) is also approximately optimal in general. However, in many cases, data are scarce and high-dimensional ; the sample complexity, i.e. the number of data necessary for a relevant optimization of capacities, increases linearly with the number of parameters, with the time constants of the problem, and can be scarcely available at the relevant scale. This leads to an underestimation of capacities. We propose the use of bias correction in capacity estimation. The present paper investigates the importance of this phenomenon, the efficiency of bias correction tools, and their computational cost.

      Lieu : Bâtiment E - Salle E103B

      [Article]

    • Vendredi 20 mars 2015 10:30-11:30 - Anthony Preux - Orsay

      Un schéma pour les gaz sans pression avec contrainte de congestion

      Résumé : Plusieurs modèles nécessitent une contrainte de congestion : la modélisation d’écoulement multiphasique, les chaines d’approvisionnement, le trafic routier ou encore le mouvement de foule. Les équations de gaz sans pression (Euler system) avec contrainte de congestion permettent de modéliser ces différents problèmes. Elles consistent en plusieurs équations : celle de continuité de la densité et celles pour la quantité de mouvement, auxquelles on rajoute un gradient de pression dans les zones congestionnées empêchant la densité de dépasser une certaine valeur maximale (par exemple, pour le mouvement de foule, un certain nombre de personnes par m²). Des schémas ont déjà été proposés, en dimension 1, avec une contrainte rigide sous forme d’un schéma aux volumes finis et, en dimension 2, avec une contrainte relaxée (la pression est une fonction croissante de la densité). Après une introduction sur les équations de gaz sans pression et sur quelques outils utiles (transport optimal notamment), je vous présenterai un schéma valable en toute dimension pour ces équations, avec une contrainte rigide.

      Lieu : Bâtiment Fermat - Salle 2107

      [Article]

    • Jeudi 9 avril 2015 15:00-16:00 - Florian Bouguet - Rennes 1

      Convergence à l’équilibre de processus de Markov utilisés en pharmacocinétique

      Résumé : Les processus de Markov déterministes par morceaux (PDMPs pour l’abréviation anglaise) sont des processus utilisés dans de nombreux domaines de modélisation : informatique, finance, biologie... Dans cet exposé, nous nous intéresserons à la convergence à l’équilibre d’une certaine classe de PDMPs modélisant l’évolution d’un contaminant chimique dans le corps. D’un côté, le patient ingère des doses de contaminant à un rythme irrégulier et d’un autre côté, son corps essaie de les éliminer. Nous traiterons la convergence en distance de Wasserstein et en variation totale en introduisant des méthodes de couplage adéquates.

      Lieu : Bâtiment Germain - Salle G107

      [Article]

    • Vendredi 29 mai 2015 14:00-15:00 - Keltoum Kaliche - LMV

      Résolution des EDPs elliptiques en domaine non borné par la méthode des éléments finis inversés

      Résumé : Le but de cet exposé est de proposer une méthode efficace pour résoudre des équations elliptiques de second ordre ayant des coefficients variables et cela dans des domaines multi-dimensionnels non bornés, comme par exemple les domaines extérieurs, les demi-espaces ou l’espace tout entier. La méthode repose sur l’utilisation des éléments finis inversés et des espaces de Sobolev avec poids pour décrire le comportement des fonctions dans les régions lointaines.

 Après avoir effectué une analyse numérique rigoureuse montrant la convergence de l’erreur, on montrera quelques résultats numériques qui prouvent l’efficacité de la méthode. On ciblera ensuite quelques applications de cette méthode dans la chimie quantique et le ferromagnétisme.

      Lieu : Bâtiment Germain - Salle G104

      [Article]

    • Jeudi 22 octobre 2015 15:15-16:15 - Tamara El Bouti - UVSQ

      Identification des paramètres de rigidité artérielle, facteurs prédictifs des maladies cardiovasculaires, à partir de mesures non-invasives

      Résumé : Dans cet exposé je vais présenter un modèle 1D de l’écoulement sanguin dans le réseau artériel humain et son interaction avec la paroi des vaisseaux sanguins. Je vais ensuite démontrer comment on peut identifier les paramètres de rigidité artérielle, facteurs prédictifs des maladies cardiovasculaires et difficiles d’accès médical, en résolvant le problème inverse associé aux données cliniques disponibles. Enfin, je vais présenter quelques résultats numériques appliqués sur des cas expérimentaux.

      Lieu : Fermat - Salle 2202

      [Article]

    • Jeudi 19 novembre 2015 15:15-16:15 - Antoine Marchina - UVSQ

      Inégalités de concentration pour des fonctions de variables aléatoires indépendantes

      Résumé : Dans cet exposé, j’exposerai d’abord quelques résultats classiques de concentration pour les sommes de variables aléatoires indépendantes. Ensuite, je présenterai la méthode des martingales qui permet d’obtenir des inégalités de concentration pour des fonctions de n variables plus générales que la somme.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 3 décembre 2015 15:15-16:15 - Chloé Audebert - UPMC - INRIA

      Modélisation hémodynamique du foie lors d’hépatectomies

      Résumé : L’ablation partielle du foie est une chirurgie nécessaire pour traiter certaines maladies du foie. Après la chirurgie, le foie se régénère, mais parfois le nouveau foie est moins performant qu’un foie « normal », ce qui peut mettre en danger la vie du patient. Le foie restant est soumis à des changements de pression et de débit sanguin, dus notamment à la complexité de la circulation sanguine du foie. Ces changements sont supposés être responsable de la régénération non-fonctionnelle du foie. Dans ce contexte, un modèle de circulation sanguine chez le cochon est développé pour mieux comprendre les observations faites au cours de chirurgies expérimentales. La simulation numérique de la chirurgie permet de mieux comprendre l’impact de la chirurgie sur les pressions et débits sanguins.
      Dans un premier temps un modèle d’équations différentielles ordinaires, basé sur une analogie avec l’électricité est considéré. Ce modèle fermé permet de prendre en compte les pertes sanguines, qui font partie de la chirurgie. Les valeurs simulées sont en accord avec les valeurs mesurées aux cours des expériences. Puis, pour mieux représenter les formes des courbes temporelles, un modèle d’équations aux dérivées partielles couplé avec un modèle d’équations différentielles ordinaires est développé, et plusieurs pourcentages d’ablation du foie sont simulés et comparés aux mesures expérimentales.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 17 décembre 2015 15:15-16:15 - Ilaria Chillotti

      Le chiffrement homomorphe

      Résumé : La Cryptographie est le domaine, au milieu entre les mathématiques et l’informatique, qui étudie les techniques nécessaires à protéger et garder secrètes les données pendant une communication. Pour pouvoir faire cela on utilise des schémas de chiffrent qui nous permettent de chiffrer/déchiffrer les données en utilisant des clés publiques/secrètes.
      Avec les schémas de chiffrement classiques ce n’est pas possible, en générale, de manipuler les informations une fois qu’elles ont été chiffrées. On peut penser par exemples au cas où un utilisateur a des données chiffrées dans le Cloud. S’il veut les manipuler, il faut qu’il les télécharge, les déchiffre, qu’il fasse les manipulations souhaitées et qu’il chiffre à nouveau avant de les remettre en ligne. Ce n’est pas du tout pratique ! Le chiffrement homomorphe est une nouvelle famille de schémas de chiffrement qui rende possible les calculs dur des données chiffrées. Les domaines d’application sont nombreux : le cloud computing, le vote électronique, les statistiques sur des données sensibles, etc.
      Dans ma présentation, je ferai une brève introduction à la Cryptographie et je parlerai plus en détail du chiffrement homomorphe et de ses applications.

      Lieu : Salle G210

      [Article]

    • Jeudi 7 janvier 2016 15:15-16:15 - Camilla Fiorini - UVSQ

      Optimisation de stratégies de course

      Résumé : Pour décrire la vitesse et l’énergie anaérobie de deux coureurs qui courent l’un contre l’autre, on propose un modèle mathématique dépendant d’un problème de contrôle optimal pour un système d’équations différentielles. Le modèle est basé sur la conservation de l’énergie et sur la deuxième loi de Newton : les forces de friction, les forces propulsives et les variations du débit d’oxygène sont considérées. Un terme décrivant l’interaction psychologique entre le coureur est inclus dans les équations. Pour valider le modèle on a fait des simulations numériques et on a comparé les résultats obtenus avec des données expérimentales. 

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 18 février 2016 15:15-16:15 - Cyril Hugounenq - UVSQ

      Graphe d’isogénies des courbes ellitpiques

      Résumé : Après avoir introduit les notions de bases sur les courbes elliptiques et défini les isogénies, l’orateur s’attachera à définir les liens entre la structure algébrique des courbes elliptiques et le graphe d’isogénies. Si le temps le permet, l’orateur abordera le lien entre l’action du Frobenius et le graphe d’isogénie.
      L’exposé sera donc avant tout centré sur de la géométrie algébrique, abordera la théorie des ordres dans un corps quadratique imaginaire, ainsi qu’éventuellement des actions de galois à travers le Frobenius.

      Lieu : G104

      [Article]

    • Jeudi 10 mars 2016 15:15-16:15 - Marie Béchereau - ENS Cachan

      Méthodes Lattice Boltzmann (LBM) pour les écoulements multiespèces à fort ratio de densité

      Résumé : Je vais vous présenter les méthodes Lattice Boltzmann appliquées à la mécanique des fluides. On s’intéressera aux raisons qui nous ont poussé à choisir cette méthode, ainsi qu’aux problèmes qui se sont imposés. On regardera ensuite les liens entre ces méthodes et les volumes finis et on terminera avec la validation de ces schémas sur des cas tests classiques.

      Lieu : G003

      [Article]

    • Jeudi 31 mars 2016 15:15-16:30 - Mamadou Ndao - UVSQ

      "Convergence à l’équilibre pour les équations de Fokker-Planck avec un champs de vecteur ne dérivant pas d’un potentiel

      Résumé : L’objectif de cet exposé est double. Il s’agira dans un premier temps de démontrer l’existence et l’unicité d’une solution stationnaire et ensuite de montrer la convergence vers cette solution pour des temps grands. Pour ce faire nous aurons recours à la théorie des semi-groupe, dont dont nous rappellerons quelques propriétés. Le théorème de Krein-Rutmann aussi sera rappelé. Et pour finir nous donnerons quelques perspectives en ce qui concerne la suite de ma thèse.

      Lieu : 2201

      [Article]

    • Jeudi 19 mai 2016 15:15-16:30 - Patricio Guerrero - UVSQ

      Une nouvelle modalité d’imagerie basée sur le rayonnement X diffusé

      Résumé : En imagerie de rayons X, une nouvelle approche est proposée pour effectuer des analyses 3D aux objets ayant une morphologie "plate" : une épaisseur faible comparée à ses dimensions latérales. La morphologie plate empêche de faire des rotations de l’objet lors d’une expérience de rayons X pour réaliser des études 3D. Cela est remplacé par l’information obtenue à partir de la diffusion inélastique des photons. La perte d’énergie de photons, liée à l’angle de diffusion, fournira l’information nécessaire pour une reconstruction 3D sans faire appel à rotations. Mathématiquement, il s’agit d’un problème inverse lié à une transformation de Radon sur des surfaces coniques, c’est-à-dire, une transformation intégrale d’une fonction à support bornée, qui représente l’objet, effectuée sur la surface latéral d’un cône avec angle d’ouverture égal à l’angle de diffusion.

      Lieu : 2201

      [Article]

    • Jeudi 2 juin 2016 15:15-16:30 - Maxime Stauffert - UVSQ

      A large time-step and well-balanced Lagrange-Projection type scheme for the shallow-water equation

      Résumé : This work focuses on the numerical approximation of the Shallow Water Equations (SWE) using a Lagrange-Projection type approach. We propose to extend to this context recent implicit-explicit schemes developed in the framework of compressible flows, with or without stiff source terms. These methods enable the use of time steps that are no longer constrained by the sound velocity thanks to an implicit treatment of the acoustic waves, and maintain accuracy in the subsonic regime thanks to an explicit treatment of the material waves. In the present setting, a particular attention will be also given to the discretization of the non-conservative terms in SWE and more specifically to the well-known well-balanced property. We prove that the proposed numerical strategy enjoys important non linear stability properties and we illustrate its behaviour past several relevant test cases.

      Lieu : 2201

      [Article]

0 | 10
    • Jeudi 13 octobre 2016 15:15-16:15 - Salim Rostam - UVSQ

      Groupe symétrique et son algèbre de Hecke. Algèbre de Hecke carquois cyclotomique.

      Résumé : Le groupe symétrique S_n, groupe des bijections de \{1,..., n\} dans \{1,..., n\}, est la source de nombreuses études. L’un des objectifs est de comprendre sa théorie des représentations : dans cet exposé, je n’aborderai pas vraiment cet aspect, mais je définirai des objets qui y interviennent. Tout d’abord, je ferai quelques manipulations sur les éléments de S_n, le but étant d’obtenir une présentation faisant de S_n un groupe de Coxeter. Me basant sur cette présentation, je définirai l’algèbre de Hecke de S_n : c’est une déformation de l’algèbre du groupe de S_n. Enfin, si le temps le permet, je donnerai la définition d’un cas particulier d’algèbre de Hecke carquois cyclotomique de type A : cette algèbre est définie à partir d’un carquois, c’est-à-dire un graphe orienté, et est (non trivialement !) isomorphe à l’algèbre de Hecke de S_n. L’intérêt d’avoir deux algèbres isomorphes est que chacune apporte des informations sur l’autre.

      Lieu : Salle G003

      [Article]

    • Jeudi 27 octobre 2016 15:15-16:15 - Johann Cuenin - Université Franche-Comté

      Natural exponential families and some characterization problems

      Résumé : Natural exponential families (NEFs) are an important part of statistics’ theory. Indeed, many well-known parametric models, such as Poisson, Gaussian, inverse Gaussian or gamma are part of them. After a reminder of NEfs’ framework, we will focus on two important related functions : the variance function, which is the writing of the variance in terms of the mean and the generalized variance function, which is defined by taking its determinant. We will see how these functions can give informations about the underlying NEF. In particular, we will ask if the generalized variance function can characterize a particular NEF and with what restriction. We will also realize that this problem of characterization is related to the uniqueness of solutions of some Monge-Ampère equations.

      Lieu : Fermat 2104

      [Article]

    • Jeudi 1er décembre 2016 15:15-16:15 - Cécile Carrère - Institut de Mathématiques de Marseille

      Optimisation d’une chimiothérapie in vitro pour contrer la résistance d’une tumeur hétérogène

      Résumé : Lors d’un traitement par chimiothérapie, il arrive couramment que le patient développe au cours du temps une résistance au médicament utilisé. La solution la plus courante est alors de changer de médicament, au risque de prescrire des molécules plus dangereuses pour le reste de l’organisme. De récentes recherches tendent à montrer que les tumeurs contiennent très tôt dans leur développement plusieurs types de cellules, dont certaines résistantes à la chimiothérapie envisagée. En utilisant cette hypothèse, nous avons construit un modèle mathématique simple pour étudier la croissance d’une tumeur in vitro constituée de cellules sensibles et résistantes à une certaine molécule, et sa réponse à un traitement. Une analyse du modèle permet de prévoir le comportement de la tumeur pour différents traitements, puis nous appliquons la théorie du contrôle optimal pour décrire des protocoles de traitements, qui retarderont ou même éviteront l’émergence de tumeurs entièrement résistantes.

      Lieu : 2203

      [Article]

    • Mardi 24 janvier 15:15-16:15 - Francisco Vial Prado - UVSQ

      Betrayal problems (Excalibur Blending of NTRU keys)

      Résumé : In this talk we examine hierarchic structures equipped with a public-key encryption scheme, with decryption rights inherited according to the hierarchic tree. We deal with authorities wanting to sell the secrets of their children to third parties. We propose the first solution that avoids such betrayals, relying on secure two-party computations in cyclotomic polynomial rings (called Excalibur protocols), and we base the security of our protocols on two new polynomial factorization problems. This talk will be given in french.

      Lieu : Salle 301 (Bât. Descartes)

      [Article]

    • Jeudi 23 février 15:15-16:15 - Oscar Jarrín - Université d'Évry Val d'Essonne

      Turbulence dans les équations de Navier-Stokes

      Résumé : La théorie de la turbulence développée par A.N. Kolmogorov en 1941 (théorie K41) a pour but la description d’un fluide en régime turbulent à travers une caractérisation du taux de dissipation d’énergie et du spectre d’énergie de tel fluide. Les lois simples et universelles que cette théorie propose pour comprendre la turbulence ont été traitées par la voix statistique et reposent sur d’hypothèses lesquelles ne sont pas comprises en toute généralité. Dans ce cadre, l’objectif de cet exposé est d’introduire de façon simple un modèle déterministe de la mécanique de fluides dans lequel on veut étudier de façon rigoureuse les lois énonces par la théorie K41. Ce modèle de la mécanique de fluides porte sur les équation de Navier-Stokes.

      Lieu : Amphi H

      [Article]

    • Mercredi 22 mars 14:00-15:00 - Sybille Rosset - UVSQ

      Géométrie et intersections

      Résumé : Je présenterai quelques idées issues de la géométrie, et en particulier de la théorie de l’intersection (classes de Chow et cohomologie quantique), ainsi que certaines de leurs applications (géométrie énumérative).

      Lieu : Amphi H

      [Article]

    • Jeudi 6 avril 14:00-15:00 - Camilla Fiorini - UVSQ

      Analyse de sensibilité pour équations hyperboliques

      Résumé : Dans cet exposé je ferai une introduction sur les équations hyperboliques et je présenterai des techniques standard d’analyse de sensibilité. J’expliquerai pourquoi ces techniques ne peuvent pas être utilisées dans le cas d’équations hyperboliques et je vous présenterai une généralisation.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 20 avril 15:15-16:15 - Élise Barelli - INRIA

      Codes alternants géométriques pour le schéma de McEliece

      Résumé : Le schéma de chiffrement de McEliece est un système de chiffrement à clé publique basé sur l’utilisation de code correcteurs d’erreurs. En 1996, Janwa et Moreno ont proposé l’utilisation des codes géométriques pour ce schéma et en particulier les sous-codes sur un sous corps de codes géométriques, que nous notons codes alternants géométriques. On se demande si ces codes géométriques sont de bons candidats pour le schéma de McEliece et s’il est possible de construire des clés compactes à partir de ces codes.

      Lieu : Amphi H

      [Article]

    • Mercredi 10 mai 14:00-15:00 - Thomas Michel - UVSQ

      Modélisation mathématique de la croissance de sphéroïdes tumoraux

      Résumé : Les sphéroïdes tumoraux sont des cultures de cellules tumorales en 3D utilisées pour l’étude de la biologie du cancer ainsi que pour l’évaluation de nouvelles thérapies. Au cours de la croissance d’un sphéroïde, la diffusion des nutriments dans ce sphéroïde fait apparaître une couronne de cellules en prolifération en périphérie du sphéroïde et un cœur composé de cellules au repos, appelées cellules quiescentes, en son centre. Dans cet exposé, je présenterai un modèle d’équations aux dérivées partielles qui a été développé afin de reproduire ce phénomène. Je présenterai également la méthode qui a été employée afin de calibrer les paramètres du modèle à l’aide de données expérimentales.

      Lieu : G003

      [Article]

    • Jeudi 1er juin 15:15-16:15 - Pierrick Méaux et Romain Gay - École Normale Supérieure

      Annulé

      [Article]

0 | 10
  • EDP

    • Lundi 7 novembre 2011 13:45-16:15 - Laurent Dumas, Otared Kavian, Jimena Royo-Letelier, Hisashi Nishiyama, Tahar Boulmezaoud

      demi-journée EDP

      Résumé : Programme des exposés

      Lieu : en salle 2202

      [Article]

    • Mardi 19 juin 2012 15:00-16:00 - Zaid Dohoo - LMV - UVSQ

      On The Dynamics of Illicit Drug Consumption In a Given Society

      Résumé : We present and analyse a model that describes the illicit drug usage dynamics in a population consisting of both drug users and non-users. Three categories of drug users are considered, namely, the experimental category, the recreational category and the addict category. In this model, consumption of drugs such as Cannabis is considered and the model describes the dynamics of the non (N), experimental (E), recreational (R) and addict (A) user categories, respectively, within a given population. We term it as the NERA model (N : non-users, E : experimental, R : recreational users, A : addicts).
      We then discuss and analyse the stability of the critical points when drug consumption is (i) legal and (ii) illegal in the society.
      Our analysis reveals the existence of a drug-free equilibrium under certain conditions. The model can eventually be used as a policy control mechanism in tackling the consumption of illicit drugs in a given society.

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi I

      [Article]

    • Mardi 23 avril 2013 09:30-10:30 - Christos Sourdis - University of Crete

      The ground state of a Gross-Pitaevskii energy in the Thomas-Fermi limit

      Résumé : We study the ground state which minimizes a Gross-Pitaevskii energy with general non-radial trapping potential, in the Thomas-Fermi limit where a small parameter tends to zero. This ground state plays an important role in the mathematical treatment of recent experiments on the phenomenon of Bose-Einstein condensation, and in the study of various types of solutions to nonhomogeneous defocusing nonlinear Schrodinger equations. Many of these applications require delicate estimates for the behavior of the ground state near the boundary of the condensate, in the vicinity of which the ground state develops irregular behavior in the form of a steep corner layer. We utilize a perturbation argument to go beyond the classical Thomas-Fermi approximation and accurately approximate the layer by the Hastings-McLeod solution of the Painleve-II equation.
      This is a joint work with G. Karali.

      Lieu : batiment Fermat, amphi I

      [Article]

    • Jeudi 19 décembre 2013 10:00-11:00 - Karine Beauchard - École Polytechnique

      Contrôlabilité à zéro d’opérateurs paraboliques dégénérés de type Kolmogorov : temps minimal et condition de contrôle géométrique

      Résumé : Considérons une équation de type Kolmogorov (ou Fokker-Planck) sur un domaine rectangulaire, qui couple une diffusion en variable v avec un transport en variable x à vitesse v^m (m entier). Etudions sa contrôlabilite à zéro, à l’aide d’un terme source localisé sur un ouvert \omega du rectangle. Nous verrons que, selon la forme de \omega, et la valeur de m, cette contrôlabilité peut avoir lieu ou non. En particulier, une condition de contrôle géometrique semble nécessaire lorsque m=1 ou 2 et une vitesse finie de propagation apparaît lorsque m=2.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2104

      [Article]

    • Jeudi 19 décembre 2013 11:00-12:00 - Stéphane Mischler - Université Paris-Dauphine

      Analyse spectrale des semi-groupes et applications

      Résumé : Nous revisiterons la théorie spectrale des semi-groupes d’opérateurs linéaires bornés dans un espace de Banach général et présenterons une série d’énoncés des grands théorèmes classiques (application spectrale, Weyl, petite perturbation, Krein-Rutman) et quelques autres moins classiques (élargissement et rétrécissement de l’espace fonctionnel). Nous présenterons également quelques applications (unicité, comportement asymptotique) de ceux-ci à l’étude des solutions de quelques EDP d’évolution (Boltzmann, Fokker-Planck, Keller-Segel, croissance-fragmentation).

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2104

      [Article]

    • Jeudi 19 décembre 2013 14:00-15:00 - Flavio Dickstein - Université de Rio de Janeiro

      Explosion en temps fini pour l’équation de Ginzburg-Landau

      Résumé : Nous considérons l’équation de Ginzburg-Landau e^{-i\theta }\partial _t u=\Delta  u+ |u|^{\alpha} u dans R^N, o \theta \in [0,\pi/2], \alpha >0. Pour \theta \ne \pi/2, nous montrons que les solutions d’énergie négative explosent en temps fini. Pour u(0) fixée, le comportement du temps d’explosion T_{\max}^\theta quand \theta \to \pi/2 est étudié. Il s’avère que T_{\max}^\theta reste borné (respectivement, va vers l’infini) quand \theta \to \pi/2 dans le cas où l’équation limite de Schrödinger non-linéaire explose en temps fini (respectivement, est globale). Ces résultats ont été obtenus en collaboration avec T. Cazenave, de l’Univ. de Paris VI, et F. Weissler, de l’Univ. de Paris XIII.

      Lieu : bâtiment Fermat, en amphi I

      [Article]

    • Jeudi 19 décembre 2013 15:00-16:00 - Yves Capdeboscq - Université d'Oxford et laboratoire Jacques-Louis Lions

      Sur certains problèmes inverses hybrides de type elliptique.

      Résumé : Après une introduction générales des problèmes inverses hybrides de type elliptique, cet exposé s’attardera sur la question de l’existence de données suffisantes dans le cas elliptique. Plus précisément, nous souhaitons savoir si en fixant a priori des conditions aux bords, indépendamment des paramètres inconnus que nous souhaitons mesurer, il est possible de garantir que suffisamment de données utilisables seront mesurables.

      Lieu : bâtiment Fermat, en amphi I

      [Article]

    • Jeudi 2 octobre 2014 13:45-14:45 - Benjamin Stamm - Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 (LJLL)

      Reporté à une date ultérieure

      [Article]

    • Jeudi 9 octobre 2014 13:45-14:45 - Christophe Prieur - Gipsa-lab

      Stabilité des systèmes hyperboliques avec des commutations

      Résumé : Le but de cet exposé est de présenter des conditions de stabilité pour les EDP hyperboliques linéaires présentant des sauts dans les conditions aux bords et la vitesse. Les conditions mises en oeuvre sont constructives et numériquement vérifiables. Elles reposent sur la théorie de Lyapunov. Nous présenterons également des résultats de contrôle par retour d’état en utilisant des contrôles à commutation pour des lois de conservation.

      PDF - 1.1 Mo

      [Article]

    • Jeudi 16 octobre 2014 13:45-14:45 - Aline Lefebvre-Lepot - Ecole Polytechnique (CMAP)

      Simulation numérique de suspensions : prise en compte des forces de lubrification

      Résumé : Lors de simulations numériques d’écoulements de particules dans un fluide visqueux, se pose inévitablement la question de la gestion des contacts. La force de lubrification (exercée par le fluide sur les particules) permet en théorie, d’empêcher le contact entre des particules lisses. Cependant, suite aux erreurs faites lors des simulations, des contacts numériques ont lieu et il est nécessaire, tant numériquement que physiquement, de développer des méthodes afin de résoudre ce problème.
      Nous présenterons deux stratégies permettant de prendre en compte numériquement les forces de lubrification. La première méthode consiste à utiliser un modèle dit de "contact visqueux", permettant de traiter le contact, tout en prenant en compte la physique du problème, c’est à dire, l’action de la force de lubrification. Nous présenterons ce modèle, un schéma numérique associé ainsi que les résultats numériques obtenus. La seconde stratégie que nous présenterons consiste à résoudre le problème fluide/particules de manière aussi précise que possible (travail en collaboration avec Benoît Merlet). Pour cela, on propose de décomposer le problème d’origine en deux sous problèmes : un problème singulier (quand les distances inter particulaires tendent vers zéro) résolu "hors ligne" et un problème régulier résolu à chaque pas de temps.

      [Article]

    • Jeudi 6 novembre 2014 13:45-14:45 - Jean-Pierre Puel - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (LMV)

      Standing waves pour les equations de Ginzburg Landau complexes

      Résumé : Ce travail est fait en collaboration avec Rolci Cipolatti et Flavio Dickstein. On s’intéresse à l’équation complexe de Ginzburg-Landau qui est un modèle proposé par de nombreux physiciens qui dépend de deux paramètres e^{i\theta} et e^{i\gamma} pour décrire notamment les instabilités d’écoulements fluides. Très peu de choses sont connues sur l’analyse mathématique de cette équation en dehors de l’existence locale de solutions. Nous cherchons ici des solutions particulières sous la forme de « standing waves » e^{i\omega t} u(x) ou u est solution (complexe) d’un problème elliptique non linéaire. Ces solutions sont en particulier globales en temps bien entendu. Nous montrons, à la fois dans le cas de l’espace entier et dans celui d’une boule que pour \gamma proche de \theta il existe des solutions de cette forme proches de l’état fondamental qui est connu lorsque \gamma = \theta. Pour cela nous obtenons des résultats précis non standards sur l’opérateur linéarisé à l’état fondamental qui nous permettent d’utiliser ensuite un théorème de perturbation.

      [Article]

    • Jeudi 13 novembre 2014 13:45-14:45 - Rémi Sainct - IFSTTAR

      Modélisation du trafic routier par un système hyperbolique non conservatif

      Résumé : Le paramétrage des modèles de trafic routier se heurte souvent à la grande variabilité des données recueillies sur le terrain. Pour expliquer cette variabilité, on considère la densité du trafic comme une variable aléatoire dont on connaît la moyenne et la variance (imitant les modèles de type "K-epsilon" en mécanique des fluides), ce qui permet de s’éloigner du "diagramme fondamental" généralement utilisé. Le modèle ainsi obtenu est non conservatif mais possède des entropies. On étudiera le problème de Riemann dans le cas parabolique et dans le cas général, en le comparant avec le modèle conservatif de base. En ajoutant une diffusion, on fait apparaître des termes de production d’entropie que l’on pourra évaluer numériquement. On étudiera analytiquement une version simplifiée du modèle avec diffusion.

      [Article]

    • Jeudi 20 novembre 2014 13:45-14:45 - Raimund Bürger - Universidad de Concepción (CI2MA)

      On linearly implicit IMEX Runge-Kutta methods for a class of degenerate convection-diffusion problems

      Résumé : Multi-species kinematic flow models with strongly degenerate diffusive corrections give rise to systems of nonlinear convection-diffusion equations of arbitrary size. Applications of these systems include models of polydisperse sedimentation and multi-class traffic flow. Implicit-explicit (IMEX) Runge-Kutta (RK) methods are suitable for the solution of these convection-diffusion problems since the stability restrictions, coming from the explicitly treated convective part, are much less severe than those that would be deduced from an explicit treatment of the diffusive term. These schemes usually combine an explicit Runge-Kutta scheme for the time integration of the convective part with a diagonally implicit one for the diffusive part. Recently a scheme of this type was proposed (B., P. Mulet and L.M. Villada, SISC 2013) in which the nonlinear and non-smooth systems of algebraic equations arising in the implicit treatment of the degenerate diffusive part are solved by smoothing of the diffusion coefficients combined with a Newton-Raphson method with line search. This nonlinearly implicit method is robust but associated with considerable effort of implementation and possibly CPU time. To overcome these shortcomings while keeping the advantageous stability properties of IMEX-RK methods, a second variant of these methods is proposed, in which the diffusion terms are discretized in a way that more carefully distinguishes between stiff and non stiff dependence, such that in each time step only a linear system needs to be solved still maintaining high order accuracy in time, which makes these methods much simpler to implement. In a series of examples of polydisperse sedimentation and multi-class traffic flow it is demonstrated that these new linearly implicit IMEX-RK schemes approximate the same solutions as the nonlinearly implicit versions, and in many cases these schemes are more efficient.
      This presentation is based on joint work with Sebastiano Boscarino and Giovanni Russo (University of Catania, Italy), Pep Mulet (University of Valencia, Spain) and Luis Miguel Villada (Universidad del Bio-Bio, Concepción, Chile).

      [Article]

    • Jeudi 27 novembre 2014 13:45-14:45 - Radu Ignat - Université Paul Sabatier - Toulouse 3 (IMT)

      Méthode d’entropie pour l’analyse des couches limites en micromagnétisme

      Résumé : Le micromagnétisme est un modèle variationnel pour l’aimantation m dans les matériaux ferromagnétiques. Les particularités de ce modèle multi-échelle consistent dans la contrainte nonconvexe |m|=1 et le caractère nonlocal de l’énergie pénalisant le flux de m. Ces effets génèrent la formation d’une grande variété de couches limites. Nous présentons une méthode d’entropie pour l’étude de quelques couches limites. L’idée principale vient de la contrainte de divergence de m et la contrainte de module un qui "cachent" une loi de conservation scalaire.

      [Article]

    • Jeudi 4 décembre 2014 13:45-14:45 - Thomas Leroy - Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 (LJLL)

      T. Leroy : Relativistic transfer equation : minimum-maximum principle and convergence to the non equilibrium regime.

      Résumé : In a first part the relativistic transfer equations for photons interacting via emission absorption and scattering with a moving fluid are considered. A minimum-maximum principle is proved for this system, and the nonequilibrium regime is studied : the relativistic correction terms in the scattering operator lead to a frequency drift term modeling the Doppler effects. A convergence result of the solution of the relativistic transfer equations toward the solution of this drift diffusion equation is provided. In a second part several well-balanced schemes are studied for this equation. Due to the drift term, which may vanishes, Greenberg Leroux type schemes are not consistant, and I present a new well-balanced scheme which is proved to be uniformly (with respect to this parameter) convergent.

      [Article]

    • Jeudi 8 janvier 2015 13:45-14:45 - Christophe Clanet - Ecole Polytechnique (LadHyX)

      C. Clanet : Physique de l’haltérophilie

      Résumé : Comment un humain soulève-t-il un poids ? Peut-on utiliser la loi de levée pour caractériser la physiologie du muscle ? Nous abordons ces questions avec des expériences de développé couché et proposons un modèle théorique basé sur la contraction de l’actomyosine pour obtenir les lois physiques décrivant la levée. Les extensions de ce travail aux diagnostics médicaux sont ensuite discutées.

      [Article]

    • Jeudi 15 janvier 2015 13:45-14:45 - Xavier Claeys - Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 (LJLL)

      X. Clays : Formulations multi-trace quasi-locales pour la diffraction d’ondes par des objets composites

      Résumé : Nous considérons des problèmes de diffraction acoustique ou électromagnétique en régime harmonique dans le cas d’un milieu de propagation homogène par morceaux. On s’intéresse à une résolution par équations intégrales. Après avoir motivé l’introduction du formalisme multi-trace pour traiter ce type de problème, on décrira en détail la formulation multi-trace locale introduite initialement dans [Jerez & Hiptmair, 2011]. Nous présenterons ensuite des résultats nouveaux sur le spectre de l’opérateur correspondant dans le cas de géométries sans point jonction. Nous en proposerons ensuite une version régularisée, appelé multi-trace quasi-locale, pour laquelle on peut démontrer des résultats du type inégalité de Garding, et prouver la convergence quasi-optimale des discrétisations par Galerkin sous des hypothèses très générales portant sur la géométrie. Nous terminerons en présentant des résultats numériques.

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Jeudi 8 octobre 2015 13:45-14:45 - Karine Beauchard - ENS Rennes

      Contrôlabilité exacte du système de Schrödinger-Poisson 2D.

      Résumé : Nous étudierons la contrôlabilité exacte du système de Schrödinger-Poisson 2D, qui couple une équation de Schrödinger sur un domaine borné de R^2 avec une équation de Poisson pour le potentiel électrique. Le contrôle agit sur la système via une condition de bord localisée sur le potentiel. Nous démontrerons plusieurs résultats (contrôlabilité locale/globale), avec ou sans nonlinéarité dans l’équation de Schrödinger, avec des conditions de type Dirichlet ou Neuman.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 15 octobre 2015 13:45-14:45 - Ider Tseveendorj - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (PRISM)

      I. Tseveendorj : Use of spherical sets for nonconvex optimization

      Résumé : Convexity is a central concept in optimization. Solving optimization problems leads to separate the constraint set and the set of points better than a given candidate. In the convex optimization case, both sets are convex which makes the separation affordable, namely by a hyperplane. However, when one deals with nonconvex optimization problems, one needs more appropriate tools because both sets (or one them) can be nonconvex. In this presentation we would like to discuss about ways of use spherical sets for the separation in nonconvex optimization instead of hyperplanes in convex optimization.

      [Article]

    • Jeudi 5 novembre 2015 13:45-14:45 - Jean-François Babadjian - Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 (LJLL)

      Méthodes variationnelles en élasto-plasticité

      Résumé : Cet exposé est consacré à la description et à l’étude mathématique d’une classe de modèles variationnels d’élasto-plasticité en mécanique des sols. Contrairement aux modèles classiques typiquement utilisés pour les métaux et alliages, il est nécessaire ici de prendre en compte les dilatations plastiques dues à la sensibilité de ce type de matériaux aux pressions hydrostatiques. Le critère de chargement plastique s’avère dépendre de la contrainte moyenne, et le convexe d’élasticité est non borné et non invariant dans la direction des tenseurs hydrostatiques. Nous établirons le caractère bien posé de ce modèle en régimes dynamiques et quasi-statiques. Nous montrerons en particulier un phénomène de concentration des zones plastiques qui nécessite de relaxer l’énergie potentielle dans la classes des déplacements à déformation bornée (les champs de vecteurs intégrables dont le gradient symétrisé est une mesure). Nous monterons également qu’en dépit de la faible régularité des solutions dans l’espace d’énergie, il est toutefois possible de rendre rigoureux (au sens de la théorie de la mesure) la loi d’écoulement qui caractérise le flot de la variable plastique. Il s’agit d’un travail en collaboration avec Maria Giovanna Mora (Université de Pavie).

      [Article]

    • Jeudi 12 novembre 2015 13:45-14:45 - Vahagn Nersesyan - UVSQ

      Contrôlabilité lagrangienne pour l’équation de Navier-Stokes en dimension 3.

      Résumé : Dans l’approche eulérienne, le mouvement d’un fluide incompressible est généralement décrit par le champs de vitesse qui vérifie le système de Navier-Stokes. Le champ de vitesse génère un flux dans le groupe des difféomorphismes préservant le volume. Ce dernier joue un rôle central dans la description lagrangienne d’un fluide, car permet d’identifier les trajectoires des particules individuelles. Dans cet exposé, nous allons montrer que le champ de vitesse du fluide et le flux des difféomorphismes associé peuvent être contrôlés simultanément par une force extérieure de dimension finie. La preuve est basée sur des méthodes géométriques introduites par Agrachev et Sarychev.

      Lieu : Salle G210

      [Article]

    • Jeudi 19 novembre 2015 13:45-14:45 - Sébastien Boyaval - ENPC & Laboratoire Saint-Venant

      Sébastien Boyaval : Open-channel flows : Saint-Venant equations and beyond

      Résumé : We will discuss a recent model for shallow free-surface viscoelastic flows. It contains the viscous nonlinear shallow-water equations, it is naturally endowed with an energy and it can be numerically simulated using Suliciu relaxation approach. It therefore stands for a paradigm to further consolidate and extend the scope of Saint-Venant approach to open-channel flows, a current trend in mathematical fluid mechanics.

      [Article]

    • Jeudi 26 novembre 2015 13:45-14:45 - Mohamed Ali Jendoubi - Carthage

      Comportement à l’infini des solutions bornées d’une équation différentielle du second ordre avec dissipation lente.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 10 décembre 2015 13:45-14:45 - Victorien Menier - INRIA

      Méthodes Numériques et Adaptation de Maillage pour des Simulations RANS Fiables

      Résumé : Cette présentation porte sur la prédiction haute-fidélité de phénomènes visqueux turbulents modélisés par les équations Reynolds-Averaged Navier-Stokes (RANS). Si l’adaptation de maillage a été appliquée avec succès aux simulations non-visqueuses comme la prédiction du bang sonique ou la propagation d’explosion, prouver que ces méthodes s’étendent et s’appliquent également aux simulations RANS avec le même succès reste un problème ouvert. Dans ce contexte, nous aborderons les problématiques relatives aux méthodes numériques (solveur de mécanique des fluides) et aux stratégies d’adaptation de maillage.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 14 janvier 2016 13:45-14:45 - Julie Valein - Université de Lorraine

      Detectability and state estimation for linear age-structured population diffusion models

      Résumé : We investigate a state estimation problem for an infinite dimensional system appearing in population dynamics. More precisely, given a linear model for age-structured populations with spatial diffusion, we assume the initial distribution to be unknown and that we have at our disposal an observation locally distributed in both age and space. Using Luenberger observers, we solve the inverse problem of recovering asymptotically in time the distribution of population. The observer is designed using a finite dimensional stabilizing output injection operator, yielding an effective reconstruction method. Numerical experiments are provided showing the feasibility of the proposed reconstruction method.
      C’est un travail commun avec Karim Ramdani et Marius Tucsnak.

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 21 janvier 2016 13:45-14:45 - Florian De Vuyst - ENS Cachan (CMLA)

      F. De Vuyst : Développements récents de solveurs multicore-friendly en hydrodynamique compressible

      Résumé : L’évolution des architectures des processeurs vers le multicoeur/manycore nous amène à repenser certains solveurs ’legacy’ difficilement vectorisables et/ou parallélisables. Dans cet optique, nous proposons une variante des méthodes Lagrange+projection (en version projection directe) completement SIMD, et pour laquelle nous exhibons des flux numériques. Pour l’hydrodynamique multimatériaux, nous remplaçons les techniques de reconstructions d’interface classique par des approches par capture d’interface. A ce sujet, nous avons identifié les artefacts rencontrés par les méthodes d’advection antidiffusives (limited downwind, Vofire) ou compressives (superbee, hyperbee) et proposons une méthode préservant les formes, sans artefact, s’appuyant sur une reconstruction de gradient multidimensionnelle + limiteurs de pentes multidimensionnels. En résumé, la contrainte de l’évolution des processeurs multicoeurs/manycore nous amène à concevoir de nouvelles méthodes numériques innovantes pour lesquelles d’intéressantes propriétés mathématiques et numériques apparaissent.

      [Article]

    • Jeudi 28 janvier 2016 13:45-14:45 - Ulrich Razafison - Université de Franche-Comté

      U. Razafison : Simulations numériques de lois de conservations avec contraintes non locales sur le flux : application au trafic piétonnier

      Résumé : Dans cet exposé, nous nous placerons dans le cadre du trafic piétonnier et nous présenterons un modèle permettant décrite la chute de capacité (c’est-à-dire le flux de piétons maximal par unité de temps) d’une sortie de salle lors d’une évacuation. Le modèle repose sur une loi de conservation et la capacité de la sortie est décrite par une contrainte sur le flux, qui est supposée non locale dans le sens où cette contrainte dépend de la solution du modèle elle-même. La chute de capacité se produit pour les hautes densités de piétons exprimant la congestion de la sortie. Par des simulations numériques, nous montrerons que le modèle est capable de reproduire deux effets liés à la chute de la capacité et qui ont déjà été observés et reproduits expérimentalement : l’effet ’’Faster-Is-Slower" qui stipule qu’une augmentation de la vitesse des piétons peut entraîner une augmentation du temps d’évacuation, et une variante du "paradoxe de Braess" qui indique que placer un obstacle avant la sortie peut faire diminuer la pression des piétons sur la sortie et entraîner une diminution du temps d’évacuation.

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Jeudi 29 septembre 2016 13:45-14:45 - Carmen Oana TARNICERIU - Alexandru Ioan Cuza University of Iasi, Roumanie

      Theoretical connections between neuronal models corresponding to different expressions of noise

      Résumé : An important challenge in mathematical neuroscience is to properly illustrate the stochastic nature of neurons. Among different approaches, the noisy leaky integrate-and-fire and the escape rate models are probably the most popular. These two models are usually chosen to express different noise action over the neural cell. We investigate the link between the two formalisms in the case of neurons subject to time independent stimuli, as well as in the time dependent stimuli case.

      Lieu : 2203

      [Article]

    • Jeudi 6 octobre 2016 13:45-14:45 - Faker BEN BELGACEM - Université de Technologie de Compiègne

      Identification de Sources dans les Modèles de Transport d’Oxygène.

      Résumé : L’objectif est de prouver l’unicité de solution pour un système parabolique mal-posé. Ce résultat sert à établir l’identifiabilité pour le problème de detection de sources ponctuelles de pollution organique dans les eaux de surface

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment FermatUVSQ, Bâtiment Fermat 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 13 octobre 2016 13:45-14:45 - Patrick JOLY - Equipe POEMS, ENSTA - INRIA

      Periodic topographic open wave guides : theoretical and computational aspects

      Résumé : We consider the propagation of waves in a periodic structure that can be represented as a infinite thick graph. We show that, provided that adequate boundary conditions are satisfied, the introduction of a lineic geometric perurbation of this reference structure can create the apparition of guided waves associated to frequencies inside any band gap of the periodic medium. The proof is based on an asymptotic analysis with respect to the thickness of the graph. We also explain how to compute such waves. The method is based on specific transparent conditionds for periodic media.

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment FermatUVSQ, Bâtiment Fermat 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 3 novembre 2016 13:45-14:45 - Thomas MICHEL - Université de Bordeaux et UVSQ (LMV)

      Calibration d’un modèle d’équations aux dérivées partielles pour la croissance de sphéroïdes tumoraux

      Résumé : Les sphéroïdes tumoraux sont des cultures de cellules tumorales en 3D utilisées pour l’étude de la biologie du cancer ainsi que pour l’évaluation de nouvelles thérapies. Grâce à leur structure spatiale, les sphéroïdes tumoraux sont capables de rendre compte de phénomènes qui n’ont pas lieu dans le cas de cultures de cellules en 2D. Par exemple, la diffusion des nutriments dans un sphéroïde fait apparaître une couronne de cellules en prolifération en périphérie du sphéroïde et un cœur composé de cellules au repos, des cellules quiescentes, en son centre. Afin de décrire quantitativement la distribution des cellules proliférantes à l’intérieur d’un sphéroïde en fonction de la concentration en nutriments, nous avons développé un modèle d’équations aux dérivées partielles basé sur l’observation de données expérimentales. Les données expérimentales dont nous disposons sont constituées de la répartition des cellules proliférantes dans un sphéroïde, obtenue à l’aide d’un marqueur de prolifération. Dans cet exposé, nous présentons le modèle que nous avons développé ainsi que la méthode qui a été employée pour intégrer les données expérimentales et calibrer les paramètres du modèle à partir des données. Nous terminons par une discussion sur les résultats de la calibration du modèle.

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment Fermat. UVSQ, 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 10 novembre 2016 13:45-14:45 - Yutaka Yamamoto - Kyoto University

      Signal Processing via Sampled-data Control - Beyond the Shannon Paradigm

      Résumé : There has been remarkable progress in sampled-data control theory in the last two decades. The main achievement here is that there exists a digital (discrete-time) control law that takes the intersample behavior into account and makes the overall analog (continuous-time) performance optimal, in the sense of H-infinity norm. This naturally suggests its application to digital signal processing where the same hybrid nature of analog and digital is always prevalent. A crucial observation here is that the perfect band-limiting hypothesis, widely accepted in signal processing, is often inadequate for many practical situations. In practice, the original analog signals (sounds, images, etc.) are neither fully band-limited nor even close to be band-limited in the current processing standards.
      The present talk describes how sampled-data control theory can be applied to reconstruct the lost high-frequency components beyond the so-called Nyquist frequency, and how this new method can surpass the existing signal processing paradigm. We will also review some concrete examples for sound processing, recovery of high frequency components for MP3/AAC compressed audio signals, and super resolution for image (still/moving) processing. We will also review some crucial steps in leading this technology to the commercial success of 65 million sound processing chips.

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment Fermat. UVSQ, 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles

      [Article]

    • Jeudi 17 novembre 2016 13:45-14:45 - Camille Laurent - Paris 6

      C. Laurent "Prolongement unique, intensité des ondes à l’ombre d’un obstacle et contrôle approché."

      Résumé : Le prolongement unique est souvent prouvé par des inégalités de Carleman ou le théorème de Holmgren. Le premier nécessite la condition de forte pseudoconvexité de l’hypersurface. Le second demande seulement que l’hypersurface soit non caractéristique mais impose des coefficients analytiques.
      Motivés par l’exemple des ondes, plusieurs auteurs (Tataru, Robbiano-Zuily, Hörmander) ont finalement prouvé de façon très générale qu’il pouvait y avoir aussi prolongement unique dans des situations intermédiaires où les coefficients sont analytiques dans certaines des variables. En particulier, pour l’équation des ondes, cela a permis de prouver le prolongement unique le long d’une hypersurface non caractéristique pour une métrique non nécessairement analytique.
      Dans cet exposé, après avoir présenté ces divers travaux, je décrirai des travaux récents avec Matthieu Léautaud où l’on quantifie ce prolongement unique. Cela fournit des estimées de stabilité logarithmiques optimales (en général).

      Lieu : 2203, bâtiment Fermat

      [Article]

    • Jeudi 24 novembre 2016 13:45-14:45 - Sébastien Guisset - Laboratoire de Mathématiques de Versailles

      Modélisation et simulation numériques pour l’étude du transport de particules dans un plasma

      Résumé : Le but de ce travail est de construire un schéma volumes finis explicite d’ordre élevé pour des systèmes de lois de conservation avec terme source qui peuvent dégénérer vers des équations de diffusion sous des conditions de compatibilités. Cette dégénérescence est observée en temps long et/ou lorsque le terme source devient prépondérant. Par exemple, ce comportement peut être observé sur le modèle d’Euler isentropique avec friction, ou sur le modèle M1 pour le transfert radiatif ou encore avec l’hydrodynamique radiative. On propose une théorie générale afin de développer un schéma d’ordre un préservant l’asymptotique (au sens de Jin) pour suivre la dégénérescence. On montre qu’il est stable et consistant sous une condition CFL hyperbolique classique dans le régime de transport comme proche de la diffusion pour tout maillage 2D non structuré. De plus, on justifie qu’il préserve aussi l’ensemble des états admissibles, ce qui est nécessaire pour conserver des solutions physiquement et mathématiquement valides. Cette construction se fait en utilisant le schéma non-linéaire de Droniou et Le Potier pour discrétiser l’équation de diffusion limite. Des résultats numériques sont présentés pour valider le schéma dans tous les régimes.

      Lieu : Salle 2203 (Bâtiment Fermat) Université de Versailles SQY, 45 avenue des Etats-Unis, 78000 Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 1er décembre 2016 13:45-14:45 - Fioralba Cakoni - Rutgers University

      Eigenvalue Problems in Inverse Scattering Theory for Inhomogeneous Media

      Résumé : In the recent years there has been considerable interest in the transmission eigenvalue problem associated with the scattering by an inhomogneous media. Transmission eigenvalues are related to non-scattering frequencies, they can be determined from the scattering operator and carry information about the refractive index of the scattering medium [1]. However the use of transmission eigenvalues in nondestructive testing has two major drawbacks. The first drawback is that in general only first few transmission eigenvalues can be accurately determined from the measured data and the determination of these eigenvalue means that the frequency of the interrogating wave must be varied in a frequency range around these eigenvalues. In particular, multifrequency data must be used in an a priori determined frequency range. The second drawback is that only real transmission eigenvalues can be determined from the measured scattering data which means that transmission eigenvalues cannot be used for the nondestructive testing of inhomogeneous absorbing media. In our presentation we show how to overcome these difficulties by modifying the far field operator (or the scattering operator). Properties of the modified far field operator are linked to a new eigenvalue problem, such as the Stekloff eigenvalue problem [2] or a different version of the transmission eigenvalue problem. The key idea is that, as oppose to transmission eigenvalues, the eigenvalue parameter in these problems is not related to interrogating frequencies. Nevertheless, these new eigenvalues (possibly complex) can still be determined form scattering data and hence can be used to determine changes in the refractive index of more general type of inhomogeneous media.
      References :
      [1] F. Cakoni, D. Colton and H. Haddar, CBMS Series, SIAM Publications, 88 (2016).
      [2] F. Cakoni, D. Colton, S. Meng and P. Monk, SIAM J. Appl. Math, 76, 1737-1763 (2016).

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment Fermat. UVSQ, 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles

      [Article]

    • Jeudi 8 décembre 2016 13:45-14:45 - Kais AMMARI - Laboratoire de Mathématiques de Versailles et Université de Monastir (Tunisie)

      Stabilization and dispersive effects of Schrödinger operator on multi-structures

      Résumé : In this talk we analyse the spectrum of the dissipative Schrödinger operator on binary tree-shaped networks. As applications, we study the stability of the Schrödinger system using a Riesz basis as well as the transfer function associated to the system. Moreover, we study the dispersive effects associated to the Schrödinger operator with potential on star-shaped network and to the free Schrödinger operator on a tadpole graph.

      Lieu : Salle 2203, Bâtiment FermatUVSQ, 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 15 décembre 2016 13:00-14:30 - Pot d'équipe

      Moment de convivialité avant les fêtes de fin d’année

      Lieu : Salle de réunion du LMV, bât. Fermat. UVSQ, 45, avenue des Etats-Unis 78000, Versailles

      [Article]

0 | 10 | 20
    • Jeudi 5 octobre 14:00-15:00 - Ronan Modolo - LATMOS, UVSQ

      R. Modolo : A global model for Solar wind - Mars interaction

      Résumé : Since the sixties several planetary missions have explored the neutral and ionized environment of Mars and have led to a comprehensive picture of Mars’ atmosphere/ionosphere/solar wind coupling. The interaction of the Solar Wind with Mars clearly contributes to the erosion of the gaseous envelop and has potentially an important impact on the atmospheric evolution of the planet. The electromagnetic coupling with the Martian atmosphere takes place through ionization processes : ionization by solar photons, electron impact ionization (incident plasma electrons ionize the upper atmosphere), and charge exchange between ionized and neutral particles producing a cold ion and a fast neutral. Since September 2014, MAVEN spacecraft has been observing the Martian upper atmosphere and its interaction with the solar wind [Jakosky et al., 2015]. One of the main goal of the mission is to determine the role that loss to space of volatiles from the Mars atmosphere has played along Mars’ history. Modelling e-fforts have been conducted to support the analysis of in situ measurements and to understand the impact of specifi-c parameters (solar EUV, dynamic pressure,...) on the Martian environment. Global simulation models of Mars’ interaction with the solar wind have been developped with various formalisms since the 80’s. A three-dimensional multi-species hybrid model dedicated to the description of the plasma dynamic induced by Mars’ interaction with the solar wind was developped few years ago [Modolo et al., 2005, 2006]. This approach, based on a kinetic description of the ions and a fluid description of the electrons, takes into account self-consistently the Hall term which breaks the symmetry of the system. Recently a modelling eff-ort have been undertaken to improve the spatial resolution of the hybrid model as well as the ionospheric description leading to the LatHyS (Latmos  Hybrid Simulation) model [Modolo et al, 2016]. I will present the simulation model and its formalism, as well as a panorama of simulation results and their comparison with in situ measurements.

      Lieu : Salle G210, Bâtiment Germain.45, avenue des Etats-Unis, 78000 Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 19 octobre 14:00-15:00 - Frédéric Lagoutière - Université Claude Bernard Lyon 1

      F. Lagoutière : Équations d’agrégation avec potentiel peu régulier : analyse et approximation.

      Résumé : Je présenterai quelques résultats que j’ai obtenus récemment en collaboration avec José Antonio Carrillo, François Delarue, François James et Nicolas Vauchelet. Ils concernent des équations d’agrégation, qui sont des équations de transport, conservatives, où le champ de transport est obtenu par convolution de la solution elle-même (l’équation étant donc non linéaire) par le gradient d’un potentiel qui peut n’être pas régulier. Ceci a pour conséquence que le champ de vitesse présente des discontinuités en espace. Nous verrons que les problèmes de Cauchy associés à ce type d’équations sont bien posés, en un sens proposé par Poupaud et Rascle, en se basant sur la théorie des EDO de Filippov. Nous verrons ensuite que ces solutions, non régulières (mesures bornées), s’approchent bien (à l’ordre 1/2 en le pas du maillage) par des schémas diffusifs (du genre décentré amont), en distance de Wasserstein.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 9 novembre 15:00-16:00 - Mireille Tixier - UVSQ

      M. Tixier : Lois de comportement d’un polymère électro-actif

      Résumé : Un polymère électro-actif ionique peut être utilisé comme capteur ou comme actionneur. Pour ce faire, on place une fine couche de ce matériau saturé d’eau entre deux électrodes. La saturation en eau entraîne une dissociation quasi complète du polymère et la libération de cations de petite taille. L’application d’un champ électrique perpendiculaire à la lame provoque la flexion de celle-ci et vice-versa. Ce phénomène fait intervenir des couplages multiphysiques de type électro-mécano-chimiques. En collaboration avec Joël Pouget, j’ai modélisé ce système par la mécanique des milieux continus. La thermodynamique des processus irréversibles linéaires nous a permis d’en déduire ses lois de comportement. Nous avons validé ce modèle dans le cas statique en l’appliquant au cas d’une lame encastrée - libre soumise à une différence de potentiel continue entre ses deux faces.

      Notes de dernières minutes : Attention séminaire à 15h cette semaine

      [Article]

    • Jeudi 16 novembre 14:00-15:00 - Matthieu Léautaud

      M. Léautaud

      Lieu : G210

      [Article]

    • Jeudi 23 novembre 14:00-15:00 - Maëlle Nodet - Université Grenoble Alpes

      M. Nodet :Quelques contributions à l’assimilation de données images

      Résumé : "Assimiler des données" est un problème inverse qui consiste à combiner diverses informations sur un système physique donné en vue d’effectuer des prévisions de l’évolution de ce système. Par exemple, en météorologie, on combine l’information contenue dans les mesures et observations de l’atmosphère et dans les équations de la mécanique des fluides en vue de prévoir le temps futur. Dans cet exposé, je présenterai l’assimilation de données puis je donnerai deux exemples de problèmes d’assimilation dans le cas où les observations du système sont des images (comme des images satellites, des photos, etc.), autrement dit des données denses en espace.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 30 novembre 14:00-15:00 - Yacine Chitour - Laboratoire L2S, CentraleSupélec

      Y. Chitour : TBA

      Lieu : Salle G210, Bâtiment Germain.45, avenue des Etats-Unis, 78000, Versailles.

      [Article]

  • Séminaire différentiel

    • Mardi 13 novembre 2012 11:00-12:30 - Charlotte Hardouin - IMT

      Approche galoisienne de l’hypertranscendance discrète

      Résumé : Travail en collaboration avec L. Di Vizio (UVSQ) et M. Wibmer (Aachen)

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi F.

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2012 14:30-15:30 - Benjamin Schraen - LMV

      Représentations p-adiques du groupe de Galois d’un corps p-adique

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi F.

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2012 16:00-17:00 - Eugen Hellmann - Bonn, Paris VI

      Construction of Galois representations via p-adic differential equations

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi F.

      [Article]

    • Mardi 12 février 2013 11:00-12:00 - J.-B. Bost - Université Paris-Sud

      Frobenius non-standard et variétés aux différences : une introduction

      Résumé : Ce premier exposé constituera une introduction à l’article de E. Hrushovski "The Elementary Theory of the Frobenius Automorphisms". Je présenterai le résultat principal de ce travail --- les estimations de Lang-Weil tordues --- ainsi que leurs spectaculaires conséquences pour la théorie des modèles des corps aux différences. J’essaierai aussi d’introduire quelques rudiments de la "théorie des schémas aux différences" qui jouent un rôle central dans les applications et les preuves de ces résultats, et de donner un aperçu de la démonstration de E. Hrushovski.

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi I

      [Article]

    • Mardi 12 février 2013 14:00-15:00 - M. Hils - Institut de Mathématiques de Jussieu

      Frobenius non-standard et variétés aux différences : aspects modèle-théoriques

      Résumé : Dans l’exposé, je traiterai de quelques ingrédients modèle-théoriques de la preuve des estimations de Lang-Weil tordues (par Hrushovski), résultat principal pour établir la généricité du Frobenius non-standard et ainsi déterminer la théorie du premier ordre du Frobenius quand $p$ tend vers l’infini.
      La théorie des modèles sert principalement dans des arguments de "déplacement", où on utilise des spécialisations transformelles. Je discuterai des corps valués avec endomorphisme contractant, d’un point de vue algébrique et logique. Notamment, on verra une notion de dimension très fine dans ce contexte, la "dimension inertielle", et je parlerai des concepts modèle-théoriques clé qui sont liés à la dimension inertielle.

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi I

      [Article]

    • Mardi 12 février 2013 15:30-16:30 - F. Loeser - Institut de Mathématiques de Jussieu

      Quelques applications du théorème de Hrushovski sur le Frobenius

      Résumé : Nous présenterons quelques applications plus ou moins classiques du théorème de Hrushovski concernant les équations aux différences algébriques (Hrushovski) et la dynamique algébrique (Fakhruddin-Poonen, Amerik).

      Lieu : Bâtiment Fermat, Amphi I

      [Article]

    • Mardi 21 janvier 2014 11:00-12:00 - M. Wibmer - RWTH Aachen

      Skolem-Mahler-Lech type theorems and Picard-Vessiot theory

      Résumé : After recalling some basics of the Galois theory of linear difference equations, I will explain how this theory can be applied to study holonomic sequences. In particular, I will point out a connection between this Galois theory and a generalization of the Skolem-Mahler-Lech theorem to rational function coefficients.

      Lieu : Bâtiment Buffon, amphi Bertin

      [Article]

    • Mardi 21 janvier 2014 14:00-15:00 - A. Bostan - SpecFun, INRIA Saclay

      Computer Algebra for Lattice Path Combinatorics

      Résumé : Classifying lattice walks in restricted lattices is an important problem in enumerative combinatorics. Recently, computer algebra methods have been used to explore and solve a number of difficult questions related to lattice walks. In this talk, we will give an overview of recent results on structural properties and explicit formulas for generating functions of walks in the quarter plane, with an emphasis on the algorithmic methodology.

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi H

      [Article]

    • Mardi 21 janvier 2014 15:30-16:30 - M. Bousquet-Mélou - CNRS et Université Bordeaux 1

      Permutations sortable by two parallel stacks and quarter plane walks

      Résumé : The problem of enumerating the permutations that can be sorted using two stacks in parallel has stood open since it was raised in the early 1970s. We solve it by giving a pair of functional equations that characterizes the generating function of permutations that can be sorted with two parallel stacks. The first component of this system describes the generating function Q(a,u) of square lattice loops confined to the positive quadrant, counted by the length and the number of northeast corners. Our analysis of the asymptotic number of sortable permutations relies at the moment on two intriguing conjectures dealing with the series Q(a,u). We prove that these conjectures hold for closed walks confined to the upper half-plane, or not confined at all. They remain open for quarter plane walks. Given the recent activity on walks confined to cones, we believe them to be attractive per se.

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi H

      [Article]

    • Mardi 11 octobre 2016 11:00-12:00 - Frank Loray (IRMAR — CNRS & Univ. Rennes 1) Structures projectives et voisinages de courbes rationnelles

      Journée "Équations différentielles et géométrie complexe"

      Résumé : On s’intéresse à un avatar local de la dualité entre points et droites du plan projectif que l’on trouve dans les travaux de Cartan, Arnold et la thèse de Le Brun. Les droites sont remplacées par un système de géodésiques locales pour une connection projective (=structure projective) sur un germe de surface et l’espace dual (espace des géodésiques) est une surface dont les géodésiques sont courbes d’auto-intersection +1. Dans un travail en cours avec Maycol Falla Luza, nous essayons de mieux comprendre le dictionnaire entre ces deux objets.

      Lieu : Bât. Fermat salle 2205

      [Article]

    • Mardi 11 octobre 2016 14:15-15:15 - Guy Casale (IRMAR — Univ. Rennes 1), Irreductibilité des équations de Painléve discrètes

      Journée "Équations différentielles et géométrie complexe"

      Résumé : Résumé : J’expliquerai pourquoi une équation différentielle avec un "gros" pseudogroupe de Malgrange est irréductible ainsi que son analogue pour les équations aux différences. Un théorème de spécialisation de Damien Davy permet de calculer ce pseudogroupe pour les équations de Painlevé (ayant des paramètres tres généraux). Il obtient ainsi une nouvelle preuve de l’irréductibilité des équations de Painlevé. Les équations de Painlevé discrètes confluent vers des équations de Painlevé lorsque le pas h tend vers 0. L’étude de la limite du pseudo-groupe de Malgrange lorsque h tend vers 0, nous permet de montrer que, de manière très générale, le pseudo-groupe de Malgrange d’une équation de Painlevé discrète est "gros".

      Lieu : Bât. Fermat, amphi F

      [Article]

    • Mardi 11 octobre 2016 15:30-16:30 - Gaël Cousin, Orbites finies des groupes de tresses sur les Aff(C)-variétés de caractères de la sphère épointée.

      Journée "Équations différentielles et géométrie complexe"

      Résumé : Je présenterai un travail en commun avec Delphine Moussard. Il s’agit d’une étude exhaustive des orbites mentionnées dans le titre. On se ramène à étudier une famille de représentations linéaire du groupe de tresses pures sur le disque. Le cas de la sphère épointée quatre fois a été étudié par H.A. Schwarz. Par confluence on en tire des informations fortes pour les autres cas. La théorie des groupes de réflexions complexes permet de conclure. On donnera des tables d’orbites, avec caractérisation géométriques de leurs éléments et taille de l’orbite. On expliquera les liens avec certains problèmes d’algébricité dans la théorie des équations différentielles (fonctions hypergeométriques, déformations isomonodromiques).
      Mentionnons que cette action a aussi été étudiée par Deligne et Mostow dans une autre but : pour donner des réseaux non-arithmétiques de PU(1,d) (hors programme).

      Lieu : Bât. Fermat, amphi F

      [Article]

    • Mardi 21 février 11:00-12:00 - Eduardo Corel (UPMC) - Membranes de Gérard-Levelt: calcul tropical d'invariants de systèmes différentiels linéaires

      Journée « Développements récents en théorie de Galois différentielle »

      Résumé : J’exposerai une application inattendue de la géométrie tropicale au calcul du rang de Katz d’une connexion méromorphe. Celle-ci repose sur une interprétation géométrique de résultats classiques de Gérard et Levelt comme une procédure de projection tropicale sur un sous-ensemble convexe (la membrane de Gérard-Levelt) de l’immeuble affine de Bruhat-Tits associé.

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Mardi 21 février 14:15-15:15 - Thomas Dreyfus (Lyon 1) - Nature des séries génératrices des marches dans le quart de plan.

      Journée « Développements récents en théorie de Galois différentielle »

      Résumé : L’étude de la nature des séries génératrices des marches dans le quart de plan est un sujet de recherche fécond. Plus précisément, on fixe un certains nombres de directions, et on considère la série génératrice qui encode le nombre de chemins allant de l’origine à un point donné en suivant ces directions. La question naturelle est alors de savoir si cette série génératrice est algébrique, solution d’une équation différentielle linéaire, ou même solution d’une équation différentielle polynomiale. Dans les deux premiers cas, le problème avait déjà été résolu mais la question restait entière pour le troisième. Dans cet exposé, nous verrons comment la théorie de Galois différentielle permet de déterminer, suivant les directions autorisées, si la série génératrice est solution d’une équation différentielle polynomiale ou non. Il s’agit d’un travail en commun avec C. Hardouin, J. Roques, M. Singer.

      Lieu : Amphi F, Bâtiment Fermat

      [Article]

    • Mardi 21 février 15:30-16:30 - Jacques-Arthur Weil (Limoges) - Formes réduites de systèmes différentiels linéaires, aspects effectifs

      Journée « Développements récents en théorie de Galois différentielle »

      Lieu : Amphi F, Bâtiment Fermat

      [Article]

    • Mardi 3 octobre 10:00-17:00 -

      Algèbre différentielle et calcul formel

      [Article]

  • Colloquium

    • Mardi 15 janvier 2013 15:30-16:30 - Patrick Gérard - Université Paris-Sud et Institut Universitaire de France

      Perte de dispersion, systèmes intégrables et problèmes spectraux inverses

      Résumé : La dispersion est une propriété très utile dans l’étude d’une grande classe d’équations aux dérivées partielles d’évolution, telles que les équations de Schrödinger non linéaires ou l’équation des ondes non linéaires multidimensionnelles. Lorsque cette propriété vient a` manquer, on dispose aujourd’hui de très peu de méthodes pour étudier la dynamique de l’équation. Je présenterai un exemple simple d’une telle équation, qui débouche de façon inattendue sur l’étude d’une dynamique complètement intégrable sur l’espace de Hardy du disque unité. Je montrerai comment cette dynamique est liée a` la résolution de problèmes spectraux inverses pour les opérateurs de Hankel. Cet exposé est inspiré de travaux en collaboration avec Sandrine Grellier.

      Lieu : Amphi H, Batiment Fermat, Campus de l'UFR de Sciences

      Notes de dernières minutes : Apres l’exposé nous nous retrouverons pour une galette de rois.

      [Article]

    • Mardi 19 février 2013 15:30-16:30 - Philippe Biane - Université Paris-Est, CNRS

      Addition, multiplication, scattering inverse et E_8

      Résumé : Partant de la comparaison entre addition et multiplication au moyen de la transformation de Fourier, on est amené, via la théorie du scattering inverse, à considérer des polynômes orthogonaux, des q-séries et même de jolies transformations rationnelles en deux variables que l’on interprète comme une translation dans une action non-linéaire du groupe E_8 affine. L’exposé sera élémentaire.

      Lieu : Amphi H, Batiment Fermat, Campus de l'UFR de Sciences

      Notes de dernières minutes : Nous nous retrouverons a 16h30 pour un goûter dans la salle de réunion du laboratoire, au bâtiment Fermat.

      [Article]

    • Mardi 2 avril 2013 15:30-16:30 - Guy Henniart - Université Paris-Sud

      Conjectures de Langlands et avatars récents

      Lieu : Amphi H, Batiment Fermat, Campus de l'UFR de Sciences

      Notes de dernières minutes : Nous nous retrouverons a 16h30 pour un goûter dans la salle de réunion du laboratoire, au bâtiment Fermat.

      [Article]

    • Mardi 21 mai 2013 15:30-16:30 - Matt Papanikolas - Texas A&M University et Université de Saint-Etienne

      Power sums of polynomials and their hyperderivatives over finite fields

      Résumé : Polynomial power sums, or rather sums of monic polynomials of fixed degree over a finite field raised to a positive integer power, possess a wide variety of unexpected properties. For example, Carlitz observed that they frequently vanish and provided a criterion for vanishing in terms of the p-adic digits of the power taken. Subsequent work of Carlitz, Gekeler, Lee, and Thakur investigated degrees and precise formulas for polynomial power sums in the nonvanishing cases. Taken together these two types of results provide important information about Carlitz zeta values at negative integers.
      We will discuss extensions of these results to power sums of polynomials and their hyperderivatives. Using various identities involving symmetric polynomials, we find exact formulas (as well as vanishing criteria) for these sums. These lead to new identities for Carlitz binomial coefficients and special values of Goss L-series at positive and negative integers.

      Lieu : Salle 2201, Batiment Fermat, Campus de l'UFR de Sciences

      [Article]

    • Mardi 1er octobre 2013 15:30-16:30 - Nicolas LERNER - IMJ

      Instabilité des solutions kovalevskiennes d’équations aux dérivées partielles.

      Résumé : Le théorème de Cauchy-Kovalevskaya fournit des solutions analytiques pour des classes d’EDP analytiques. Théorème extraordinairement général, ce résultat possède un certain nombre de limitations, en particulier lorsque les conditions de stabilité d’Hadamard sont violées. On examinera notamment dans cet exposé l’effet de petites perturbations des données sur les solutions.

      Lieu : Amphi H, Bâtiment Fermat

      [Article]

    • Mardi 12 novembre 2013 14:30-15:15 - Christophe Chalons - LMV

      Schémas préservant l’asymptotique parabolique pour les équations d’Euler avec termes source raides

      Résumé : On s’intéresse au développement de méthodes numériques stables à grands pas de temps et préservant l’asymptotique pour les systèmes hyperboliques avec termes source raides. On se focalisera plus précisément sur le système de la dynamique des gaz avec termes source de friction et de gravité. Par préservant l’asymptotique, nous entendons ici que les schémas doivent être capables de reproduire au niveau discret le même comportement asymptotique de type parabolique que celui des solutions en temps long du système hyperbolique de départ. Par stables à grands pas de temps, nous entendons ici que la condition de stabilité ne sera pas pilotée par les ondes acoustiques comme c’est le cas habituellement dans les méthodes de Godunov, mais par les ondes lentes. Ces ondes prédominent en effet dans les applications qui nous intéressent.

      Lieu : amphi F

      [Article]

    • Mardi 12 novembre 2013 15:15-16:00 - Paolo Vannucci - LMV

      L’application des invariants polaires à l’analyse et l’optimisation de structures anisotropes.

      Résumé : Le formalisme polaire a été introduit par G. Verchery en 1979 ; à la base, c’est une technique de variable complexe qui, par une opportune transformation, rend relativement simple la recherche des invariants d’un tenseur en \mathbb R ^2. Cette technique a été principalement utilisée en analyse et optimisation de structures anisotropes, où elle s’est révélée particulièrement efficace, grâce à la représentation algébrique qu’elle donne d’un tenseur du type de l’élasticité. Lé séminaire, après une rapide introduction au formalisme polaire, rappelle les principaux résultats théoriques qui ont pu être dégagés grâce à son utilisation et ensuite montre comment il a été appliqué à l’optimisation de structures stratifiés anisotropes, conjointement à des stratégies d’optimisation métahéuristiques (GA ou PSO) ou basées sur des principes variationnels de l’élasticité. Les exemples portent sur des problèmes de poids minimum avec loi de comportement donnée, sur des problèmes de conception de champs optimaux d’anisotropie et sur des problèmes de systèmes modulaires.

      Lieu : amphi F

      [Article]

    • Mardi 19 novembre 2013 15:30-16:30 - Jean-Pierre Ramis - Académie des sciences et IMT

      Développements asymptotiques et équations différentielles. De Poincaré à Galois

      Lieu : Amphi H, Bâtiment Fermat

      [Article]

    • Mardi 21 janvier 2014 15:30-16:30 - M. Bousquet-Mélou - CNRS et Université Bordeaux 1

      Permutations sortable by two parallel stacks and quarter plane walks

      Résumé : The problem of enumerating the permutations that can be sorted using two stacks in parallel has stood open since it was raised in the early 1970s. We solve it by giving a pair of functional equations that characterizes the generating function of permutations that can be sorted with two parallel stacks. The first component of this system describes the generating function Q(a,u) of square lattice loops confined to the positive quadrant, counted by the length and the number of northeast corners. Our analysis of the asymptotic number of sortable permutations relies at the moment on two intriguing conjectures dealing with the series Q(a,u). We prove that these conjectures hold for closed walks confined to the upper half-plane, or not confined at all. They remain open for quarter plane walks. Given the recent activity on walks confined to cones, we believe them to be attractive per se.

      [Article]

    • Mardi 18 février 2014 15:30-16:30 - Benoit Perthame - JLL, Universite Paris 6

      Modeles EDP de reseaux neuronaux

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi H

      [Article]

    • Mardi 10 juin 2014 15:30-16:30 - Isabelle Gallagher

      Systèmes de particules et mécanique des fluides

      Résumé : Cet exposé s’inscrit dans la thématique proposée par D. Hilbert en 1900, consistant à chercher à obtenir des équations de la mécanique des fluides à partir des équations de la mécanique classique régissant le mouvement des particules élémentaires de fluide, dans la limite d’un grand nombre de particules. Jusqu’à récemment ce type de limite n’était connu qu’avec l’ajout d’aléa dans la dynamique classique. En utilisant l’équation de Boltzmann comme modèle de description intermédiaire, on a pu obtenir avec Thierry Bodineau et Laure Saint Raymond, un premier résultat purement déterministe, en montrant que la distribution d’une particule marquée dans un gaz initialement à l’équilibre converge vers la solution de l’équation de la chaleur, et la trajectoire de la particule vers un mouvement brownien, dans la limite où le nombre de particules du gaz tend vers l’infini.
      Dans cet exposé nous présenterons quelques étapes de la démonstration, qui repose en particulier sur le théorème de Lanford permettant d’obtenir l’équation de Boltzmann à partir d’un système de particules.

      Lieu : batiment Fermat, amphi I

      Notes de dernières minutes : A la suite du colloquium il y aura l’habituel gouter, dans la salle de réunion du laboratoire, au bâtiment Fermat.

      [Article]

    • Mardi 30 septembre 2014 15:30-16:30 - Régis de la Bretèche - Paris 7

      Découverte solitaire ou travail collectif : l’exemple des petits écarts entre nombres premiers (d’après Zhang, Maynard, Tao, Polymath 8)

      Résumé : En avril 2013, Yitang Zhang découvre un raffinement de la méthode de Goldston Pintz Y\i ld\i r\i m qui permet de montrer inconditionnellement qu’il existe une infinité de nombres premiers consécutifs dont la différence est inférieure à 70 millions. Cette découverte est un projet considérable. S’en suit une démarche exceptionnelle de recherche collaborative ouverte appelée polymath8 à partir du blog du mathématicien Terrence Tao. En six mois la borne est divisée par plus de 10 mille grâce à ce travail collectif. Au moment où sa valeur commence à se stabiliser à 4680, James Maynard post doc à Montréal rend publique une nouvelle méthode plus simple qui permet de descendre à 600. Mais polymath8 n’a pas dit son dernier mot et réussit à abaisser encore la borne à 246 en optimisant numériquement la méthode de Maynard.
      Dans cet exposé, seront détaillées quelques étapes de ces progrès spectaculaires, seront posées quelques questions concernant une possible nouvelle manière de faire de la recherche en mathématiques : Découverte solitaire (Zhang, Maynard) ou travail collectif (Polymath8).

      Lieu : batiment Fermat, amphi J

      [Article]

    • Mardi 4 novembre 2014 15:30-16:30 - Bernard Teissier - Directeur de recherche émérite au CNRS (IMJ)

      Peut-on décider de l’irréductibilité d’un polynôme à partir de la taille de ses coefficients ?

      Résumé : Je parlerai de critères d’irréductibilité, principalement pour des polynômes à coefficients dans des corps valués, de Newton à Abhyankar en passant par Eisenstein, et terminerai par des résultats plus récents.

      Lieu : Batiment Fermat, amphi G

      [Article]

    • Mardi 31 mars 2015 15:30-16:30 - Fabrice Orgogozo (chargé de recherche au CNRS) - CMLS, École Polytechnique

      Nombre de solutions modulo p d’équations polynomiales et la « forme » des variétés algébriques : la cohomologie étale de Alexander Grothendieck

      Résumé : Partant d’exemples simples, nous constaterons avec Weil le lien surprenant entre le nombre de solutions modulo p d’équations polynomiales à coefficients entiers et la « forme » de l’ensemble de ses solutions complexes. Nous expliquerons ensuite quelques idées clefs qui ont permis à Grothendieck de construire une théorie — la cohomologie étale — faisant notamment le pont entre ces deux aspects (comptage et géométrie complexe). Enfin, bien que plus de 50 années se soient écoulées depuis sa naissance, nous verrons que cette théorie recèle encore quelques problèmes d’énoncés élémentaires mais largement ouverts. Nous tâcherons de rendre l’exposé compréhensible sans connaissance préalable de géométrie algébrique.

      Lieu : amphi H

      [Article]

    • Mardi 19 mai 2015 15:30-16:30 - David Hernandez - Paris 7

      Spectre des systèmes quantiques et représentations linéaires.

      Résumé : La structure des valeurs propres d’un système quantique, c’est-à-dire de son spectre, est essentielle à sa compréhension. Baxter, dans un article célèbre de 1971, les a calculé pour le modèle "de la glace". Il a montré qu’elles ont une forme remarquable et régulière faisant intervenir des polynômes. Dans les années 80-90, il a été conjecturé que de tels polynômes permettent de décrire le spectre de nombreux systèmes quantiques plus généraux. Nous allons voir comment, en adoptant le point de vue mathématique moderne de la théorie des représentations, ces polynômes (de Baxter) apparaissent naturellement. Ceci a permis de démontrer très récemment (en 2013) la conjecture générale.

      Lieu : Batiment Fermat, amphi J

      [Article]

    • Mardi 16 juin 2015 15:30-16:30 -

      Exposés de l’équipe CRYPTO

      Résumé : L’équipe CRYPTO du PRISM viendra présenter ses thématiques de recherche.

      Lieu : batiment Fermat, amphi G

      [Article]

    • Mardi 6 octobre 2015 15:30-16:30 - Nicolas Perrin - LMV - UVSQ

      Combinatoire et géometrie énumérative

      Résumé : La géométrie énumérative a pour but de compter le nombre de points, droites et autres objets géométriques qui satisfont certaines contraintes elles aussi géométriques : par exemple, il existe une unique droite passant par deux points donnés. Dans cet exposé, je présenterai quelques outils combinatoires et leur utilisation en géométrie énumérative.

      Lieu : Amphi G - Bâtiment FERMAT

      [Article]

    • Mardi 3 novembre 2015 15:30-16:30 - Michael TSFASMAN (CNRS - LMV UVSQ)

      Théorie de nombres et géométrie algébrique asymptotiques "appliquées"

      Lieu : Bâtiment Fermat - amphi G

      [Article]

    • Mardi 1er décembre 2015 15:30-16:30 - Jean-Michel CORON (LJLL - Paris6)

      Stabilisation des systèmes de contrôle : des clepsydres à la régulation des rivières

      Lieu : Bâtiment Fermat - amphi G

      [Article]

    • Mardi 2 février 2016 15:30-16:30 - Luc Robbiano (LMV) - UVSQ

      Problème mal posé et équation des ondes

      Résumé : Luc Robbiano, lauréat du Prix Langevin de l’Académie des Sciences, nous expliquera les résultats qui lui ont valu cette récompense.

      Lieu : Amphi FBâtiment Fermat

      Notes de dernières minutes : Le colloquium sera suivi par le goûter habituel. Cette fois-ci, nous profiterons de la Chandeleur pour organiser un goûter à thème.

      [Article]

    • Mardi 15 mars 2016 15:30-16:30 - Nicolas Curien (Orsay)

      L’intrigante géométrie planaire aléatoire

      Résumé : Une carte planaire est un dessin (plongement propre) d’un graphe fini connexe dans le plan. Motivé par le célèbre théorème des quatre couleurs, W. T. Tutte a réussi dans les années 60 à énumérer les cartes planaires et ainsi fonder l’étude systématique de ces objets. Depuis, les cartes sont apparues dans d’autres domaines des mathématiques comme les intégrales matricielles, la géométrie algébrique, l’analyse complexe et la physique théorique.
      En particulier, en gravité quantique 2D, les physiciens considèrent les cartes planaires comme une discrétisation naturelle d’une surface de Riemann fluctuante. Cette démarche a donné naissance au début des années 2000 à la théorie probabiliste des cartes planaires aléatoires. Le but est de comprendre les propriétés géométriques à grande échelle de grandes cartes planaires choisies uniformément au hasard dans une certaine classe. En 2011, Le Gall et Miermont ont ainsi montré que les cartes planaires aléatoires admettent une limite d’échelle universelle, une surface continue fractale aléatoire appelée la "carte brownienne".
      Dans la première partie de cet exposé, nous brosserons un historique des méthodes d’énumération de cartes planaires en passant par l’approche initiale de Tutte, les intégrales de matrices et les méthodes bijectives développées par Schaeffer. Nous plongerons ensuite dans la géométrie fascinante des cartes aléatoires et esquisserons quelques conjectures dues à Duplantier et Sheffield sur les liens avec le champ libre gaussien.

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • Cryptographie

    • Jeudi 26 novembre 2015 11:00-12:00 - Aurore Guillevic - INRIA Saclay, LIX

      Individual discrete logarithms in non-prime finite fields with the NFS algorithm

      Résumé : This talk is about computing discrete logarithms in non-prime finite fields. These fields arise in pairing-based cryptography. In this setting, the pairing-friendly curve is defined over GF(q) and the pairing takes its values in an extension GF(qk), where k is the embedding degree.
      For example, GF(p2) is the embedding field of supersingular elliptic curves in large characteristic ; GF(p3), GF(p4), GF(p6) are the embedding fields of MNT curves, and GF(p12) is the embedding field of the well-known Barreto-Naehrig curves. In small characteristic, GF(24n), GF(36m) are considered.
      To compute discrete logarithms in these fields, one uses the Number Field Sieve algorithm (NFS) in large characteristic (e.g. GF(p2)), the NFS-High-Degree variant (NFS-HD) in medium characteristic (e.g. GF(p12)) and the Quasi Polynomial-time Algorithm (QPA) in small characteristic when applicable. These algorithms are made of four steps : polynomial selection, relation collection, linear algebra modulo the prime order of the target group and finally, individual logarithm computation.
      All these finite fields are extensions, hence have subfields. We use their structure to speed-up the individual discrete logarithm computation. We obtain an important speed-up in practice and the best case is when the embedding degree k is even. We will illustrate the improvements with the practical case of GF(p4) with p4 of 400 bits (120 decimal digits).

      [Article]

    • Jeudi 26 novembre 2015 11:00-12:00 - Cécile Pierrot - UPMC

      Cécile Pierrot (UPMC) Simplified Settings for Discrete Logarithms in Small Characteristic Finite Fields

      Résumé : Public key cryptography is based on hard problems, such as the discrete logarithm problem (DLP). In this talk, I focus on the discrete logarithm problem in finite fields :
      Given GF(q^k) and a generator g of GF(q^k)*, we say that we solve the DLP in GF(q^k) if, for any arbitrary element h in GF(q^k)*, we are able to recover an integer x such that : g^x = h.
      When the characteristic is small compared to the extension degree, the best complexity that can be achieved is quasipolynomial in log(q^k). I present here a simplified version of this quasipolynomial algorithm that has several advantages :

      1. I swear it is simple, or at least I will do my best to make it understandable.
      • Together with additional ideas, simplifying the original settings permits to decrease the complexity of relation collection, linear algebra and extension phases, that dominate in practice all discrete logarithms computations. Namely, the complexity is reduced from O(q^7) to O(q^6).
      • With our simplified settings, the complexity achieved in the general case became similar to the complexity known for Kummer (or twisted Kummer) extensions. Thus it permitted to achieve a discrete log computation in GF_(3^{(5\cdot 497)}), that is not only the highest cardinality reached in characteristic 3, but also not a special extension field as previous target fields were.

      This is a joint work with Antoine Joux.

      [Article]

    • Jeudi 3 décembre 2015 11:00-12:00 - Sébastien Duval - INRIA Paris

      Construction de S-Boxes à bas coût par des réseaux Feistel et MISTY

      Résumé : En chiffrement symétrique, l’une des approches classiques est de chiffrer les messages par blocs de bits. Dans ce contexte, C. Shannon a établi des critères de sécurité appelés confusion et diffusion. La confusion est généralement obtenue par des fonctions non-linéaires, aussi appelées S-Boxes.
      L’une des problématiques de la cryptographie actuelle est la popularisation de machines aux moyens très restreints, comme par exemple les puces RFID. Ces environnements ajoutent aux critères de sécurité un critère de coût. Malheureusement, les chiffrements usuels comme le standard AES ont un coût d’implémentation généralement trop élevé pour de tels moyens. La majorité du coût d’implémentation se situe dans la S-Box, et il est donc naturel de tenter d’implémenter des S-Boxes à bas coût.
      La difficulté majeure des S-Boxes classiques comme celle de l’AES est leur taille : ces fonctions travaillent sur 8 bits, et il est difficile d’étudier (et coûteux d’implémenter) des fonctions non-linéaires de GF(2⁸) dans GF(2⁸). Utiliser des S-Boxes de taille plus petite est envisageable mais impose de nouvelles contraintes.
      Dans mes travaux, j’ai étudié un compromis : construire des S-Boxes de 8 bits à partir de S-Boxes de 4 bits. L’avantage est que les S-Boxes de 4 bits sont peu chères à implémenter et beaucoup plus simples à étudier. Pour passer de S-Boxes de 4 bits à des S-Boxes de 8 bits en garantissant une bonne sécurité, plusieurs structures existent. J’ai étudié les deux structures offrant un coût peu élevé : les réseaux de Feistel et les réseaux MISTY.
      Mes travaux apportent de nouveaux résultats théoriques sur la sécurité des réseaux de Feistel et des réseaux MISTY face aux attaques statistiques classiques (différentielles et linéaires), entre autres des conditions nécessaires pour construire à bas coût des fonctions de 8 bits offrant une bonne sécurité à partir de fonctions de 4 bits. Grâce à ces résultats théoriques, j’ai pu obtenir des implémentations pratiques de S-Boxes de 8 bits avec une excellente sécurité et un coût d’implémentation faible, plus performantes que les S-Boxes utilisées à l’heure actuelle dans les chiffrements par blocs.

      [Article]

    • Jeudi 10 décembre 2015 11:00-12:00 - Vincent Grosso - UCLouvain

      Masquage pour la protection des chiffrements par bloc

      Résumé : Depuis la fin des années 90 les attaques par canaux auxiliaires sont une menace pour les implémentations cryptographiques. Ces attaques utilisent les observations de phénomènes physiques d’un appareil lors de l’exécution d’un programme cryptographique. Ces observations peuvent fournir de l’information sur la clef. Le masquage est une contre-mesure classique contre les attaques par canaux auxiliaires. L’idée du masquage est de rendre aléatoire l’état interne de l’appareil de telle façon que la combinaison de plusieurs observations devient nécessaire pour réaliser une attaque. Le masquage a un impact sur l’efficacité des implémentations. Dans cet exposé nous nous intéresserons à différentes techniques pour réduire le surcoût lié au masquage.

      Lieu : Batiment Descartes, salle 301

      [Article]

    • Jeudi 18 février 2016 11:00-12:00 - Nicolas Courtois - University College London

      How to Compute Private Keys In Bitcoin

      Résumé : We study various methods which allow us to recover thousands of ECDSA private keys in bitcoin blockchain. In particular we explain our work on cracking brain wallets and accelerating the elliptic curve computations in secp256k1, and a number of advanced combination attacks which operate on a certain graph, and can in addition benefit from HD wallet key management method in order to break, if certain events occur, up to all keys in up to whole larger security domains.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      Notes de dernières minutes : Transparents : http://www.nicolascourtois.com/bitcoin/paycoin_dig_sign_combination_attacks_cold_storage_3d.pdf

      [Article]

    • Jeudi 24 mars 2016 11:00-12:00 - Dhiman Saha - IIT Kharagpur

      Key Recovery Attack against 2.5-round π-Cipher

      Résumé : This work presents a guess and determine attack against some variants of π-Cipher which is a second round candidate of the on-going CAESAR competition for authenticated ciphers. The attack exploits low diffusion in the internal permutation when reduced to 2.5 rounds. The ideas presented manage to exploit the parallel structure to extract the common internal state which finally leads to a key-recovery. In general for variants with ω-bit words the attack has a time complexity of little higher that 2^ω and requires only one known plaintext with at least 16ω blocks. This translates to a attack with time complexity 2⁷² against the variant π16-Cipher096 (using 16-bit words) reduced to 2.5 rounds, while the authors claim 96 bits of security with 3 rounds in their second-round submission. This implies a very limited security margin for this variant of π-Cipher.
      The attack can also be applied to lightweight variants that are not included in the CAESAR proposal, and use only two rounds. The lightweight variants π16-Cipher096 and π16-Cipher128 claim 96 bits and 128 bits of security respectively, but our attack can break the full 2 rounds with complexity 2⁷².
      Finally, the attack can be applied to reduced versions of two more variants of π-Cipher that were proposed in the first-round submission with 4 rounds : π16-Cipher128 (using 16-bit words) and π32-Cipher256 (using 32-bit words). The attack on 2.5 rounds has complexity 2⁷² and 2¹³⁷ respectively, while the security claim for 4 rounds are 128 bits and 256 bits of security.
      This is a joint work with Christina Boura, Avik Chakraborti, Gaëtan Leurent, Goutam Paul, Hadi Soleimany and Valentin Suder.
      Télécharger les transparents de l’exposé.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 31 mars 2016 11:00-12:00 - Cyril Hugounenq - UVSQ

      Calcul d’isogénies en temps quadratique à l’aide de volcans d’isogénies

      Résumé : Le but de ce travail conjoint avec Luca De Feo, Jérôme Plût et Eric Schost est de résoudre le problème suivant :
      Soient E, E’ deux courbes elliptiques que l’on sait r-isogènes, on veut alors calculer la r-isogénie en un temps quadratique en r.
      Couveignes [1994] avait proposé un algorithme permettant de résoudre ce problème en temps quasi quadratique, cependant celui-ci était exponentiel en p la caractéristique du corps sur lequel étaient définies les courbes elliptiques. En effet Couveignes interpolait l’isogénie en considérant les groupes cycliques de p^k-torsion et prenait en compte pour l’interpolation la loi de groupe.
      Notre approche est de travailler avec la ℓ^k torsion, cependant si l’on fait cela naïvement on aura alors un trop grand nombre d’essais d’interpolation à considérer. L’exposé va donc montrer comment à l’aide des volcans d’isogénie résoudre ce problème à faible coût.
      Les volcans d’isogénie ont été introduit par Eric Kohel dans sa thèse [1996], puis ont été étudiés notamment par Fouquet et Morain [2001] afin de trouver des algorithmes qui permettent de décrire la structure du volcan. Une étude sur le lien entre le volcan et la structure algébrique de la courbe a été faite notamment par Miret, Moreno, Sadornil, Tena et Valls [2005] ou encore Ionica et Joux [2010], qui ont amélioré dans certains cas l’algorithme de Fouquet et Morain.
      L’exposé va présenter dans un premier temps les volcans de ℓ-iosgénies, le lien entre le niveau d’une courbe dans le volcan et sa structure algébrique d’après les travaux de Miret, Moreno, Sadornil, Tena, Valls, et Ionica, Joux.
      Dans un deuxième temps on va voir comment l’on peut trouver des informations sur le volcan à l’aide de l’étude de l’action du Frobenius sur la ℓ^∞-torsion. On verra alors comment considérer un ensemble restreint de points à interpoler.
      Si le temps le permet l’exposé abordera comment prendre avantage des constructions de tours 2-adiques (ℓ-adique) d’après le travail de Doliskani-Schost [2015], afin de réduire le coût de l’interpolation.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 14 avril 2016 11:00-12:00 - Thomas Camus - UJF

      Algorithmique des réseaux sur un anneau d’entiers algébriques

      Résumé : Les réseaux sur un anneau d’entiers algébriques (ou réseaux algébriques) sont une généralisation de la notion de ℤ-réseau euclidien. Nous présenterons quelques résultats théoriques et algorithmiques qui prolongent les propriétés classique des ℤ-réseaux. Nous insisterons notamment sur la détermination des automorphismes d’un réseau algébrique.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301Les réseaux sur un anneau d'entiers algébriques (ou réseaux algébriques) sont une généralisation de la notion de ℤ-réseau euclidien. Nous présenterons quelques résultats théoriques et algorithmiques qui prolongent les propriétés classique des ℤ-réseaux. Nous insisterons notamment sur la détermination des automorphismes d'un réseau algébrique.

      [Article]

    • Jeudi 21 avril 2016 11:00-12:00 - Ilaria Chilotti - UVSQ

      An homomorphic LWE based E-voting Scheme

      Résumé : I’ll present a new post-quantum electronic-voting protocol. This work is the result of a collaboration with Nicolas Gama, Mariya Georgieva and Malika Izabachène. Our construction is based on LWE fully homomorphic encryption and the protocol is inspired by existing e-voting schemes, in particular Helios. The strengths of our scheme are its simplicity and transparency, since it relies on public homomorphic operations. Furthermore, the use of lattice-based primitives greatly simplifies the proofs of correctness, privacy and verifiability, as no zero-knowledge proof are needed to prove the validity of individual ballots or the correctness of the final election result. The security of our scheme is based on classical SIS/LWE assumptions, which are asymptotically as hard as worst-case lattice problems and relies on the random oracle heuristic. We also propose a new procedure to distribute the decryption task, where each trustee provides an independent proof of correct decryption in the form of a Publicly Verifiable Ciphertext Trapdoor. In particular, our protocol requires only two trustees, unlike classical proposals using threshold decryption via Shamir’s secret sharing.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 26 mai 2016 10:30-11:30 - Jérôme Plût - ANSSI

      Une attaque en récupération de clé contre le schéma ASASA avec expansion de message

      Résumé : (travail commun avec H. Gilbert et J. Marim-Treger)
      La construction ASASA (Biryukov, Bouillaguet, Khovratovich 2014) est une tentative de rapprocher la cryptographie symétrique et asymétrique. Ce chiffrement symétrique utilise des boîtes S définies par des polynômes quadratiques afin de proposer également une implémentation « en boîte-blanche » et une version asymétrique du chiffrement. Une particularité de la construction est l’expansion de message : un clair de 128 bits devient un chiffré de 512 bits.
      Nous présenterons une cryptanalyse totale de la construction ASASA, récupérant la clé secrète à partir de la clé publique seule. Cette attaque utilise uniquement des outils simples (algèbre linéaire). De façon intéressante, elle peut s’interpréter à la fois comme une cryptanalyse différentielle, ou comme des différentielles algébriques, et pourrait donc intéresser les spécialistes de cryptographie symétrique aussi bien qu’asymétrique.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

0 | 10
    • Jeudi 17 novembre 2016 11:00-12:00 - Ilaria Chilotti - UVSQ

      Faster Fully Homomorphic Encryption : Bootstrapping in less than 0.1 Seconds

      Résumé : In this paper, we revisit fully homomorphic encryption (FHE) based on GSW and its ring variants. We notice that the internal product of GSW can be replaced by a simpler external product between a GSW and an LWE ciphertext. We show that the bootstrapping scheme FHEW of Ducas and Micciancio (Eurocrypt 2015) can be expressed only in terms of this external product. As a result, we obtain a speed up from less than 1 second to less than 0.1 seconds. We also reduce the 1GB bootstrapping key size to 24MB, preserving the same security levels, and we improve the noise propagation overhead by replacing exact decomposition algorithms with approximate ones. Moreover, our external product allows to explain the unique asymmetry in the noise propagation of GSW samples and makes it possible to evaluate deterministic automata homomorphically as in (ePrint 2014/283) in an efficient way with a noise overhead only linear in the length of the tested word. Finally, we provide an alternative practical analysis of LWE based scheme, which directly relates the security parameter to the error rate of LWE and the entropy of the LWE secret key. (Full paper : http://eprint.iacr.org/2016/870.pdf)

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 1er décembre 2016 11:00-12:00 - Valentin Suder - UVSQ

      Orthomorphismes réguliers sur GF(2^n)

      Résumé : Dans ce travail, nous nous intéressons à l’étude des orthomorphismes —aussi appelés permutations complètes— du corps fini GF(2^n). Un orthomorphisme est une fonction bijective x ↦ f(x) de GF(2^n) telle que la fonction x ↦ f(x)+x est aussi bijective. Depuis que le concept d’orthomorphisme a été introduit par Mann dans les années 40, pour aider la construction de carrés latins orthogonaux, d’autres applications de ces objets combinatoires ont été trouvées. Malgré la multitude d’articles se concentrant sur l’étude des orthomorphismes, il apparait que peu de propriétés ou de classes sont connues. Parmi ces classes, la plupart sont des fonctions monômiales, binômiales voire trinômiales.
      Dans cet exposé, nous commencerons par introduire la notion d’orthomorphisme, les propriétés de bases, et montrerons les applications les plus courantes. Nous parlerons notamment de deux attentes pour utiliser les orthomorphismes en cryptographie. Il sera ensuite présenté quelques classes classiques et connues d’orthomorphismes. Dans une seconde partie, nous démontrerons quelques nouvelles propriétés des orthomorphismes. Nous introduirons aussi une nouvelle idée qui permet de construire un très grand nombre de permutations complètes sur GF(2^n) lorsqu’il existe un entier d divisant 2^n-1. Plus spécifiquement, nous nous intéressons aux partitions d-régulières de GF(2^n), c’est-à-dire aux partitions des éléments non-nuls en ensembles de d éléments qui se somment à zéro. Nous regarderons tout d’abord le cas où les partitions sont les cosets d’un sous-groupe de GF(2^n)*.
      Nous conclurons en proposant un certains nombre de conjectures et d’observations sur ces nouvelles classes d’orthomorphismes.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 9 février 11:00-12:00 - Francisco Vial Prado - UVSQ

      The Betrayal Problem (Excalibur Blending of FHE-NTRU keys)

      Résumé : In this talk we examine hierarchic structures equipped with a public-key encryption scheme, with decryption rights inherited according to the hierarchic tree. We deal with authorities wanting to sell secrets of their children to third parties. We propose the first construction that avoids such betrayals, relying on secure two-party computations in cyclotomic polynomial rings (called Excalibur protocols), and we base the security of our protocols on standard assumptions, in addition to two new polynomial factorization problems in cyclotomic rings. This talk will be given in french.
      Keywords : secure multi-party computation, cyclotomic rings, fully homomorphic encryption.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle Archimède

      [Article]

    • Jeudi 23 février 11:00-12:00 - Colin Chagneau - UVSQ

      Is AEZ v4.1 Sufficiently Resilient Against Key-Recovery Attacks ?

      Résumé : AEZ is a authentication encryption oriented block cipher submitted to the CAESAR competition and well suited for software implementation. It was selected for the second round when we analyse the resilience of the last version, namely AEZ v4.1, against key-recovery. We showed that, while it was partly updated in order to thwart key-recovery attack based on birthday paradox published at Asiacrypt 2015 by Fuhr, Leurent and Suder, such attacks remain and lead to a full recovery of the secret. Basically our attack proceeds in two steps, the first one leverages the use of a tweakable block cipher to prompt a collision and retrieve one of the three sub-keys ; the second attack a 4-round AES weakened by the knowledge of this sub-key and retrieve the full secret materials. Despite our attack does not violate the security claims of AEZ since no one was made for beyond-birthday security, it emphasizes an unwanted property of AEZ and its weakness against key-recovery attack.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Jeudi 20 avril 11:00-12:00 - Gaëtan Leurent (Inria Paris)

      Breaking Symmetric Cryptosystems Using Quantum Algorithms

      Résumé : Due to Shor’s algorithm, quantum computers are a severe threat for public key cryptography. This motivated the cryptographic community to search for quantum-safe solutions. On the other hand, the impact of quantum computing on secret key cryptography is much less understood. The main known applicable result is Grover’s algorithm that gives a quadratic speed-up for exhaustive search. In this talk, we examine more closely the security of symmetric ciphers against quantum attacks, both against primitives, and against modes of operation.
      First we show that a quantum procedure called Simon’s algorithm can dramatically speed up several attacks. We consider a model where an adversary can query an oracle implementing a cryptographic primitive in a quantum superposition of different states. This model gives a lot of power to the adversary, but recent results show that it is nonetheless possible to build secure cryptosystems in it. We show that the most widely used modes of operation for authentication and authenticated encryption (e.g. CBC-MAC, PMAC, GMAC, GCM, and OCB) are completely broken in this security model.
      Next, we investigate quantum cryptanalysis techniques, because our trust in symmetric ciphers relies mostly on their ability to resist cryptanalysis techniques. More specifically, we consider quantum versions of differential and linear cryptanalysis. We show that it is usually possible to use quantum computations to obtain a quadratic speed-up for these attack techniques, but the situation must be nuanced : we don’t get a quadratic speed-up for all variants of the attacks.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle Ératosthène

      [Article]

    • Vendredi 27 octobre 11:00-12:00 - Alexandre Gélin - UVSQ

      Calcul de Groupes de Classes d’un Corps de Nombres et Applications à la Cryptologie

      Résumé : Dans cet exposé, nous nous intéressons au calcul du groupe de classes d’un corps de nombres. Nous débutons par décrire un algorithme de réduction du polynôme de définition d’un corps de nombres. Il existe une infinité de polynômes qui définissent un corps de nombres fixé, avec des coefficients arbitrairement gros. Notre algorithme calcule celui qui a les plus petits coefficients. L’avantage de connaître un petit polynôme de définition est qu’il simplifie les calculs entre éléments de ce corps de nombres, en impliquant des quantités plus petites. En outre, la connaissance d’un tel polynôme permet l’utilisation d’algorithmes plus efficaces que dans le cas général pour calculer le groupe de classes.
      L’algorithme général pour calculer la structure du groupe de classes repose sur la réduction d’idéaux, vus comme des réseaux. Nous décrivons et simplifions l’algorithme présenté par Biasse et Fieker en 2014 à ANTS et approfondissons l’analyse de complexité. Nous nous sommes aussi intéressés au cas des corps de nombres définis par un polynôme à petits coefficients. Nous décrivons un algorithme similaire au crible par corps de nombres (NFS) dont la complexité en fonction des paramètres du corps de nombres peut atteindre L(1/3).
      Enfin, nos algorithmes peuvent être adaptés pour résoudre un problème lié : le Problème de l’Idéal Principal. Étant donné n’importe quelle base d’un idéal principal (généré par un seul élément), nous sommes capables de retrouver ce générateur. Cette application de nos algorithmes fournit une attaque efficace contre certains schémas de chiffrement homomorphe basés sur ce problème.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

groupe de travail

    • Mardi 5 novembre 2013 10:30-12:00 - Sadek Al Harbat - Université Paris 7 - Denis Diderot

      Algèbres de Temperley-Lieb affines I

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 12 novembre 2013 10:00-11:00 - Sadek Al Harbat - Université Paris 7 - Denis Diderot

      Algèbres de Temperley-Lieb affines II

      Lieu : 2205

      [Article]

    • Mardi 26 novembre 2013 10:00-11:00 - Vincent Cossart - UVSQ

      Exposé annulé !

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 30 septembre 2014 11:30-12:30 - Benjamin Schraen - UVSQ

      Introduction à la théorie de Deligne-Lusztig (Benjamin Schraen)

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 18 octobre 2016 10:00-11:00 - Nicolas Perrin - UVSQ

      GT groupes algébriques — exposé introductif

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 novembre 2016 10:00-11:00 - Sybille Rosset - UVSQ

      GT groupes algébriques — premières définitions

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 22 novembre 2016 10:00-11:00 - Sybille Rosset - UVSQ

      GT groupes algébriques — premières définitions

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 29 novembre 2016 10:00-11:00 - Bastien Drevon - UVSQ

      GT groupes algébriques — algèbres de Lie

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 6 décembre 2016 10:00-11:00 - Bastien Drevon - UVSQ

      GT groupes algébriques — algèbres de Lie

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 10 janvier 10:00-11:00 - Salim Rostam - UVSQ

      GT groupes algébriques : espaces homogènes

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 31 janvier 11:30-12:30 - Maria Chlouveraki - UVSQ

      GT groupes algébriques : éléments semisimples et unipotents

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 7 février 10:00-11:00 - Maria Chlouveraki - UVSQ

      GT groupes algébriques : éléments semisimples et unipotents

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 7 mars 11:30-12:30 - Vincent Sécherre - UVSQ

      GT groupes algébriques : groupes résolubles I

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 21 mars 11:30-12:30 - Vincent Sécherre - UVSQ

      GT groupes algébriques : groupes résolubles II

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

0 | 10
    • Mardi 24 octobre 10:00-11:00 - Salim Rostam - UVSQ

      Salim Rostam : Chapitre 0

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

événement important

    • Du 8 décembre 2016 14:00 au 9 décembre 2016 18:00 - Bernard Teissier, Bernd Schober, Mark Spivakovsky, Dale Cutkosky, Shuji Saito, José Manuel Aroca

      Colloque en l’honneur de Vincent Cossart

      Résumé : Programme : http://lmv.math.cnrs.fr/conferences...

      Lieu : Batiment Fermat amhi F le jeudi 8/12, batiment Buffon, amphi Bertin le vendredi 9/12

      [Article]

    • Mardi 24 septembre 2013 09:30-12:30 -

      Pas de séminaire (soutenances de mémoires de M2 Algèbre Appliquée 2012-2013)

      [Article]

  • Journées Mathématiques

    • Lundi 17 octobre 2011 14:00-17:15 - Robin HARTSHORNE, Vincent COSSART, Jacques PATARIN, Yoann MARQUER

      Petites histoires

      Résumé : Programme lundi

      Lieu : Amphi G

      [Article]

    • Mercredi 19 octobre 2011 14:00-17:15 - Amandine AFTALION, Alexis DEVULDER, Nicolas GAMA

      Mathématiques pour quoi faire ?

      Résumé : Programme mercredi

      Lieu : Amphi Bertin

      [Article]

    • Jeudi 20 octobre 2011 09:30-12:45 - Martin ANDLER, Robin HARTSHORNE, Michèle AUDIN

      Histoires de Mathématiques

      Résumé : Programme jeudi

      Lieu : Amphi I

      [Article]

  • soutenance de thèse

    • Jeudi 17 octobre 2013 10:30-11:30 - Cécile Mailler

      Arbres booléens aléatoires et urnes de Pólya : approches combinatoire et probabiliste

      Résumé : Cette thèse étudie deux objets aléatoires discrets : les arbres booléens aléatoires et les urnes de Pólya. Ces deux objets, tous deux en lien avec l’informatique fondamentale, sont étudiés dans ce mémoire via des méthodes de combinatoire analytique et de probabilités.

      Les arbres booléens sont des arbres étiquetés de façon à représenter des expressions booléennes. Chaque arbre booléen représente donc une fonction booléenne. Dans la première partie de cette thèse, nous définirons et comparerons plusieurs distributions de probabilité sur l’ensemble des fonctions booléennes via leur représentation par des arbres booléens. Nous verrons que toutes ces distributions chargent préférentiellement les fonctions booléennes de faible complexité, et que certaines d’entre elles sont dégénérées au sens où elles ne chargent qu’un petit nombre de fonctions booléennes. L’étude de ces modèles se fait principalement via des outils de combinatoire analytique, mais nous utilisons aussi des méthodes probabilistes, comme le plongement en temps continu, ou poissonisation, pour certaines de ces distributions.

      Une urne de Pólya est un processus discret aléatoire qui modélise, en particulier, de nombreux objets issus de l’informatique comme les arbres m-aires de recherche, les arbres 2-3, les AVL, entre autres. Nous étudions dans la seconde partie de ce mémoire des urnes de Pólya équilibrées, irréductibles et à coefficients positifs. Le comportement asymptotique d’une urne, ainsi que celui de son plongement en temps continu, font intervenir des variables aléatoires W assez méconnues à ce jour. Nous étudions ces variables aléatoires W via la structure arborescente de l’urne et montrons qu’elles sont solution de systèmes d’équations en loi, ce qui nous permet notamment d’établir que ces variables aléatoires sont déterminées par leurs moments, et surtout d’aborder cette étude aussi bien pour des urnes à deux couleurs que pour des urnes à d couleurs.

      Lieu : batiment Fermat, amphi J

      [Article]

    • Lundi 24 octobre 2011 15:00-16:00 - Kowir Pambo Bello

      Estimation à noyau de la fonction de hasard dans le cas des variables censurées

      Résumé : Cette thèse porte sur des estimations à noyau de la fonction de hasard (notée \lambda) dans le cas où les variables sont censurées. Elle est constituée de trois chapitres. Dans chacun des deux premiers chapitres, on construit un estimateur à noyau récursif en utilisant un algorithme stochastique à pas double, puis on établit sa convergence en loi. On compare ces estimateurs avec un estimateur à noyau non récursif. On montre que les vitesses asymptotiques de l’estimateur récursif \lambda_n et de l’estimateur non récursif sont du même ordre. Cependant, du point de vue de l’estimation par intervalle de confiance, on montre qu’il est préférable d’utiliser l’estimateur \lambda_n plutôt que le non récursif : pour un même niveau, la largeur de l’intervalle obtenu avec le récursif est plus petite que celle de l’intervalle obtenu avec le non récursif.
      Dans le troisième chapitre, on rappelle tout d’abord les notions de grandes déviationset de déviations modérées, puis on établit des principes de déviations modérées ponctuelles et uniformes pour la suite (\tilde{\lambda}_n - \lambda), où \tilde{\lambda}_n est un estimateur non récursif.

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Vendredi 7 juin 2013 14:00-15:00 - Eugenio Echagüe

      Optimisation globale sans dérivées par minimisation de modèles simplifiés

      Résumé : Dans cette thèse, on étudie deux méthodes d’optimisation globale sans dérivées : la méthode des moments et les méthodes de surface de réponse. Concernant la méthode des moments, nous nous sommes intéressés à ses aspects numériques et à l’un de ses aspects théoriques : l’approximation à une constante près d’une fonction par des polynômes somme de carrés. Elle a aussi été implémentée dans les sous-routines d’une méthode sans dérivées et testée avec succès sur un problème de calibration de moteur. Concernant les surfaces de réponse, nous construisons un modèle basée sur la technique de Sparse Grid qui permet d’obtenir une approximation précise avec un nombre faible d’évaluations de la fonction. Cette surface est ensuite localement raffinée autour des points les plus prometteurs. La performance de cette méthode, nommée GOSgrid, a été testée sur différentes fonctions et sur un cas réel. Elle surpasse les performances d’autres méthodes existantes d’optimisation globale en termes de coût.

      Lieu : l’Ecole Nationale Supérieure du Pétrole et des Moteurs à Rueil-Malmaison, Amphi TA 13, à 14h.

      [Article]

    • Lundi 10 juin 2013 11:30-12:30 - Jimena Royo-Letelier

      Etude de modèles mathématiques des condensats de Bose-Einstein pour différents types de pièges et d’interactions

      Résumé : Cette thèse porte sur l’étude mathématique de modèles théoriques des condensats de Bose-Einstein. On considère la fonctionnelle d’énergie de Gross-Pitaevskii pour différents types de piégeages et d’interactions. On étudie des modèles de condensats à deux dimensions définis sur tout l’espace, en rotation et à plusieurs composants, ainsi qu’un modèle décrivant une particule chargée dans un milieu périodique bidimensionnel avec champ magnétique. Les outils mathématiques utilisés sont les équations aux dérivées partielles, l’analyse non linéaire, la théorie géométrique de la mesure, la théorie spectrale et l’analyse semi-classique. Les résultats principaux vont dans quatre directions. Le premier résultat établit la non existence de vortex dans la zone de faible densité d’un condensat en rotation sous-critique. Le deuxième résultat montre la brisure de symétrie et de la ségrégation d’un condensat à deux composants dans le régime de fort couplage et faible interaction. On résout aussi un problème de partition optimale spectrale associée à un opérateur de Schrödinger dans le plan. On introduit un nouveau modèle de minimisation du périmètre pour l’étude d’un condensat à deux composants dans le régime de fort couplage et forte interaction. Le troisième résultat concerne la -convergence de la fonctionnelle d’énergie d’un condensat à deux composants dans ce dernier régime. Le dernier résultat traite du spectre d’un opérateur de Schrödinger périodique magnétique dans un réseau de kagome.

      Lieu : UFR des Sciences de Versailles, amphi I

      [Article]

    • Jeudi 5 décembre 2013 10:30-11:30 - Aurélien Greuet

      Optimisation polynomiale et variétés polaires : théorie, algorithmes et implantations

      Résumé : Le calcul de l’infimum global f^\star d’un polynôme à n variables sous contraintes est une question centrale qui apparaît dans de nombreux domaines des sciences de l’ingénieur. Pour certaines applications, il est important d’obtenir des résultats fiables. De nombreuses techniques ont été développées dans le cas où les contraintes sont données par des inéquations polynomiales.
      Dans cette thèse, on se concentre sur le problème d’optimisation d’un polynôme à n variables sous des contraintes définies par des équations polynomiales à n variables. Notre but est d’obtenir des outils, algorithmes et implémentations efficaces et fiables pour résoudre ces problèmes d’optimisation.
      Notre stratégie est de ramener le problème d’optimisation sous des contraintes qui définissent des ensembles algébriques de dimension quelconque à un problème équivalent, sous des nouvelles contraintes dont on maîtrise la dimension. La variété algébrique définie par ces nouvelles contraintes est l’union du lieu critique du polynôme objectif et d’un ensemble algébrique de dimension au plus 1. Pour cela, on utilise des objets géométriques définis comme lieux critiques de projections linéaires.
      Grâce au bon contrôle de la dimension, on prouve l’existence de certificats pour des bornes inférieures sur f^\star sur nos nouvelles variétés. Ces certificats sont donnés par des sommes de carrés et on ne suppose pas que f^\star est atteint.
      De même, on utilise les propriétés de nos objets géométriques pour concevoir un algorithme exact pour le calcul de f^\star. S’il existe, l’algorithme renvoie aussi un minimiseur. Pour un problème avec s contraintes et des polynômes de degrés au plus D, la complexité est essentiellement cubique en (sD)^n et linéaire en la complexité d’évaluation des entrées. L’implantation, disponible sous forme de bibliothèque Maple, reflète cette complexité. Elle a permis de résoudre des problèmes inatteignables par les autres algorithmes exacts.

      Lieu : bâtiment Sophie Germain, salle G201

      [Article]

    • Vendredi 24 octobre 2014 14:00-15:00 - Daniele Turchetti - UVSQ

      Contributions à la géométrie arithmétique en caractéristique mixte. Relèvement de revêtements de courbes, géométrie nonarchimédienne et représentation de Weil l-modulaire

      Résumé : Dans cette thèse on étudie certains phénomènes d’interactions entre caractéristique positive et caractéristique nulle. Dans un premier temps on s’occupe du problème de relèvement local d’actions de groupes. On y montre des conditions nécessaires pour l’existence de relèvement de certaines actions du groupe Z/pZ x Z/pZ. Pour une action d’un groupe fini quelconque, on y étudie les arbres de Hurwitz, en montrant que chaque arbre de Hurwitz admet un plongement dans le disque unitaire fermé de Berkovich et que ses données de Hurwitz peuvent être décrites de façon analytique. Dans une deuxième partie nous construisons un analogue de la représentation de Weil à coefficients dans un anneau intègre, et nous montrons que cela satisfait les mêmes propriétés que dans le cas de coefficients complexes.

      Lieu : Batiment Fermatn amphi H

      [Article]

    • Jeudi 2 juillet 2015 10:00-11:00 - Tamara El Bouti - LMV

      Optimisation robuste et application à la reconstruction du réseau artériel humain

      Résumé : Les maladies cardiovasculaires représentent actuellement une des premières causes de mortalité dans les pays développés liées à l’augmentation constante des facteurs de risques dans les populations. Différentes études cliniques ont montré que la rigidité artérielle était un facteur prédictif important pour ces maladies. Malheureusement, il s’avère difficile d’accéder expérimentalement à la valeur de ce paramètre.
      On propose une approche qui permet de déterminer numériquement la rigidité artérielle d’un réseau d’artères à partir d’un modèle monodimensionnel personnalisé de la variation temporelle de la section et du débit sanguin des artères. L’approche proposée résout le problème inverse associé au modèle réduit pour déterminer la rigidité de chaque artère, à l’aide de mesures non invasives de type IRM, echotracking et tonométrie d’aplanation.
      Pour déterminer la robustesse du modèle construit vis à vis de ses paramètres, une quantification d’incertitude a été effectuée pour mesurer la contribution de ceux-ci, soit seuls soit par interaction, à la variation de la sortie du modèle, ici la pression pulsée. Cette étude a montré que la pression pulsée numérique est un indicateur numérique robuste pouvant aider au diagnostic de l’hypertension artérielle.
      Nous pouvons ainsi offrir au praticien un outil numérique robuste et peu coûteux permettant un diagnostic précoce et fiable des risques cardiovasculaires pour tout patient simplement à partir d’un examen non invasif.

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      Notes de dernières minutes : Cette soutenance sera suivie d’un pot (libanais) en salle 2102

      [Article]

    • Jeudi 12 octobre -

      Journée "Contrôle et EDP"

      Résumé : Programme

      Lieu : salle 2203, bâtiment Fermat (conférences) et amphi I (repas)

      [Article]

  • Journée Valladolid-Versailles

    • Mardi 5 juin 2012 11:30-12:30 - J.M. Aroca - Valladolid

      Valuations et équations différentielles

      Résumé : Le but de cet exposé est de présenter trois façons d’appliquer la théorie de valuations à l’étude d’équations différentielles.
      1) Le théorème de Kaplansky offre la possibilité de développer en série les éléments d’un corps muni d’une valuation. Un théorème de Kaplansky "différentiel" ouvre la voie à l’utilisation de méthodes de calcul basées sur le polygone de Newton, afin de décrire les solutions d’une équation différentielle.
      2) Les valuations représentent des suites d’éclatements. Dans certains cas on sait caractériser les valuations qui correspondent à des suites d’éclatements le long d’une courbe solution d’un champ de vecteurs.
      3) La surface de Riemann d’une extension de corps fournit non seulement des objets algébriques mais aussi des objets transcendants. Ceci explique pourquoi la théorie de valuations constitue un cadre bien plus adapté à l’étude d’équations différentielles que la théorie des schémas.
      Nous tenterons de faire un exposé le moins technique possible, afin de le rendre accessible aux non spécialistes.

      Lieu : En salle 2205 (bat. Fermat)

      [Article]

    • Mardi 5 juin 2012 10:00-11:00 - G. Duval - Rouen

      Exemples d’extensions Fortement Normales

      Résumé : Depuis les travaux de Kolchin et de Kovacic sur les extensions fortement normales, nous possédons beaucoup de résultats de structure sur ces dernières, mais tres peu d’exemples en dehors des extensions de Picard-Vessiot et des extension elliptiques qui correspondent à l’équation de la fonction $P$ de Weirstrass pour laquelle le groupe de Galois différentiel s’identifie avec la courbe elliptique associée. Nous nous proposons d’exhiber de nouvelles equations differentielles non lineaires, pour lesquelles le groupe de Galois est une variété Abelienne de dimension superieure ou égale a deux. Nous tenterons notamment de produire des exemples issus de la mécanique Hamiltonienne. Ceci est un travail en cours pour lequel nous sommes loin de posséder des résultats définitifs.

      Lieu : En salle 2205 (bat. Fermat)

      [Article]

    • Mardi 5 juin 2012 13:00-14:00 - F. Cano - Valladolid

      Semi-transcendance des feuilles de feuilletages holomorphes.

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Mardi 5 juin 2012 14:30-15:30 - J.-P. Ramis, J. Sauloy - Toulouse

      Le probleme inverse en théorie de Galois aux q-différences.

      Résumé : Dans un travail commun avec Jean-Pierre Ramis, nous avons obtenu une description essentiellement complète du groupe de Galois local des équations aux q-différences à pentes entières. Cette description permet de résoudre une partie substantielle du problème inverse local et global (dans ce dernier cas, a` l’aide d’un travail antérieur sur le groupe de Galois local fuchsien).

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • VLMC

    • Jeudi 29 novembre 2012 10:00-11:00 - Eva Locherbach - Univ. Cergy

      Systèmes à une infinité de particules en interactions avec mémoire d’ordre variable - un modèle probabiliste pour des réseaux de neurones

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 29 novembre 2012 11:00-12:00 - Gregory Maillard - Univ. Marseille

      g-mesures vs mesures de Gibbs

      Résumé : Les g-mesures sont des processus stochastiques à temps discret déterminés par leurs probabilités conditionnelles par rapport au passé. Les mesures de Gibbs (unidimensionnelles) sont des champs déterminés par un conditionnement simultané sur le passé et le futur. L’objet de cet exposé sera de comparer les deux théories.

      Lieu : Bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • Journée Math-Bio

    • Jeudi 21 mars 2013 10:30-11:15 - Benoît Perthame - Université Pierre & Marie Curie

      The Hele-Shaw asymptotics for tumor growth fluid mechanical models

      Résumé : The growth of solid tumors can be described at a number of different scales and we consider here the ’fluid mechanical’ approach advocated recently by many authors. We will show the mathematical analysis that allows to relate this approach to a more geometrical description based on Hele-Shaw free boundary equations that has also been used widely. The methodological ingredients are : an asymptotic in the pressure law, compactness methods, uniqueness of weak formulations. This modeling also opens other questions as appearance of instabilities.
      This work is a collaboration with F. Quiros and J.-L. Vazquez (Universidad Autonoma Madrid), M. Tang (SJTU) and N. Vauchelet (LJLL).

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 21 mars 2013 11:15-12:00 - Nicolas Meunier - Université Paris Descartes

      Etude de modèles de diffusion avec activation

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 21 mars 2013 14:00-14:45 - Vincent Bansaye - École Polytechnique

      Survie et croissance de métapopulations sur un graphe

      Résumé : Nous considérons un modèle simple de branchement multitype pour le développement d’une population sur un graphe d’habitats. L’approche classique par valeur propre de Perron Frobenius est complétée par une approche via la marche aléatoire sur le graphe. Nous nous intéresserons en particulier à la question de la survie de la population et de son taux de croissance dans les premières phases de son développement (sans limitation de ressources). La généralisation à un environnement fluctuant sera considérée.

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 21 mars 2013 14:45-15:30 - Lucilla Corrias - Université d’Évry

      Blow-up dynamics induced by chemotaxis in an N particles system

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 21 mars 2013 15:30-16:15 - Ayman Moussa - Université Pierre & Marie Curie

      Entropy, duality and Cross Diffusion

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • Inauguration

    • Vendredi 24 mai 2013 09:30-16:00 -

      Inauguration de la Bibliothèque Universitaire de l’UFR des sciences, dédiée à Philippe Flajolet.

      Résumé :

      • 10h : exposé Bruno Salvy, Inria et ENS Lyon : "Itération de Newton, calcul formel et combinatoire"
      • 11h : exposé de Robert Sedgewick, Princeton University : "If you can specify it, you can analyse it", the lasting legacy of Philippe Flajolet.

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • FMJH

    • Du 4 septembre 2013 09:30 au 6 septembre 2013 17:00 -

      FMJH : Rentrée des master 2013

      Résumé : La FMJH propose une rentrée de master (M1) commune qui accueillera les étudiants de M1 de l’Université pars-Sud, de l’Ecole polytechnique, de l’ENS Cachan et de l’Université Versailles St Quentin. Ils sont plus largement ouverts aux étudiants de M1 voire M2 intéressés.
      Des mini-cours de 1 heure à 4 heures 30 seront donnés à l’IHÉS (Bures sur Yvette). Ces cours, non sanctionnés par un examen, ont pour but de donner une perspective ouverte et actuelle de sujets mathématiques.
      Consulter le programme et les résumés des interventions

      Lieu : IHÉS (Bures sur Yvette)

      [Article]

  • emploi Maths

    • Vendredi 6 décembre 2013 -

      3ème Forum Emploi Maths

      Résumé : Le 3e Forum Emploi Mathématiques (FEM) aura lieu le vendredi 6 décembre 2013, au CNAM, co-organismé par l’AMIES, la SFdS et la SMAI.
      Pour plus d’informations : http://forum-emploi-maths.org/.

      Lieu : Conservatoire National des Arts et Métiers, 292 rue Saint Martin, Paris 3e

      [Article]

    • Mardi 2 décembre 2014 -

      4e Forum Emploi-Maths

      Résumé : Le 4e Forum Emploi Mathématiques aura lieu le : mardi 2 décembre 2014, à la Cité Universitaire Internationale de Paris co-organismé par l’AMIES, la SFdS et la SMAI.
      Pour plus d’informations : http://forum-emploi-maths.org/.

      Lieu : Cité internationale universitaire de Pairs

      [Article]

  • Modélisation mathématique en mécanique

    • Jeudi 20 mars 2014 13:30-14:15 - François Jouve - Univ. Paris Diderot

      Optimisation de structures par la méthode des courbes de niveaux en présence de contraintes géométriques

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 20 mars 2014 14:15-15:00 - Paul de Nazelle - IRT SystemX

      Modélisation et Optimisation de formes surfaciques par méthode isogémétrique

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 20 mars 2014 15:30-16:15 - Adel Blouza - Univ. Rouen

      Modélisation de coques élastiques et applications

      Résumé : Dans cet exposé, nous nous intéressons à la modélisation des coques élastiques et leurs simulations numériques.
      Nous rappelons tout d’abord quelques résultats récents sur le modèle de coque de Naghdi, son approximation par éléments finis et présentons quelques expériences numériques validant notre approche.
      Ensuite, nous proposons un modèle décrivant le contact d’une coque de Naghdi avec un corps rigide. Il s’agit d’un système d’inéquations variationnelles pour lequel nous menons une analyse mathématique et numérique.

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

    • Jeudi 20 mars 2014 16:15-17:00 - Boris Desmorat - UPMC

      Sur la prise en compte de l’anisotropie, de comportements non-linéaires et de la tenue mécanique en optimisation structurale

      Résumé : Les travaux de recherche présentés ont pour finalité le développement d’outils numériques robustes et rapides de conception optimale d’une structure en phase d’avant projet (pour laquelle seuls les mécanismes et comportements prépondérants pour définir la meilleure topologie de la structure sont pris en compte). Cet objectif industriel s’inscrit dans une démarche théorique de définition de méthodologies d’optimisation alliant trois éléments essentiels : calcul des structures, comportement matériau et algorithme d’optimisation. Les différentes études sont basées sur un algorithme d’optimisation de la rigidité structurale mesurée par la compliance (ou travail des efforts extérieurs) qui est convergent, robuste et numériquement performant car il ne nécessite que des calculs de sensibilités locaux. Dans ce cadre, les thèmes abordés dans les études présentées se résument alors à la généralisation de cet algorithme d’optimisation.

      Lieu : batiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • Journées Audimath

    • Du 3 au 4 décembre 2014 -

      Réunion des acteurs de la diffusion scientifique en mathématiques

      Résumé : Réunion des acteurs de la diffusion scientifique en mathématiques organisée par Audimath
      Au programme : discussion sur les musées mathématiques, présentation d’actions concrètes dans le réseau Audimath/Cap’Maths, ...
      Cette rencontre fait suite à des ateliers IMAGINARY France, organisés à Orsay (journée médiation scientifique et plateformes) et Versailles (réunion de lancement) les 2 et 3 décembre.
      Renseignements complémentaires et inscription jusqu’au 17 novembre.

      Lieu : salle Archimède

      [Article]

  • Algèbre

    • Vendredi 14 novembre 2014 10:30-17:30 -

      Algèbres et Noeuds

      Résumé : Orateurs :

      • Christian Blanchet (Université Paris Diderot - Paris 7)
      • Konstantinos Karvounis (ETH Zürich)
      • Sofia Lambropoulou (National Technical University of Athens)
      • Ivan Marin (Université de Picardie Jules Verne)
      • Loïc Poulain d’Andecy (Université de Reims Champagne-Ardenne)

      Plus d’informations

      Lieu : Batiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • HDR

    • Lundi 2 février 2015 14:00-15:00 - Philippe Cieutat - LMV

      Soutenance d’HDR : Contribution aux oscillations presque-périodiques d’équations d’évolution.

      Résumé : Ce mémoire est consacré à l’étude des solutions presque-périodiques d’équations différentielles ordinaires, d’équations aux dérivées partielles ou d’équations intégrales non autonomes. La première partie porte sur l’étude des opérateurs de superposition entre divers espaces de fonctions presque-périodiques, puis sur l’application de ces résultats pour obtenir des conditions d’existence, de dépendance continue ou différentiable des solutions presque-périodiques d’équations d’évolution dépendant d’un paramètre. La deuxième partie est consacrée à la description des solutions bornées ou presque-périodiques, et sur des résultats d’existence de solutions presque-périodiques d’équations différentielles ordinaires non linéaires (équations d’Euler-Lagrange et des équations du second ordre, notamment des équations de Liénard). Les résultats de la troisième partie sont essentiellement des conditions suffisantes pour l’existence de solutions presque-automorphes ou pseudo presque-automorphes. Pour les solutions presque-automorphes, la principale condition suffisante est l’existence et l’unicité d’une solution à valeurs dans un compact qui minimise une fonctionnelle. Enfin, la quatrième partie est consacrée à l’existence de solutions positives et presque-périodiques d’équations intégrales ou différentielles avec un retard issue de modèles épidémiologiques.

      Lieu : amphi F

      [Article]

    • Vendredi 25 novembre 2016 14:30-15:30 - Maria Chlouveraki - LMV

      Algèbres de Hecke, généralisations et théorie des représentations

      Résumé : Les algèbres de Iwahori–Hecke associées aux groupes de Weyl apparaissent naturellement dans l’étude des groupes réductifs finis comme des algèbres d’endomorphismes de la représentation de permutation par rapport à un sous-groupe de Borel. Elles peuvent aussi être définies indépendamment comme déformations des algèbres de groupe des groupes de Coxeter finis. L’objectif de ce mémoire est d’étudier certains aspects de la théorie des représentations des algèbres de Iwahori–Hecke et la façon dont elles se généralisent dans le cas des :
      - algèbres de Hecke cyclotomiques, qui sont obtenues comme déformations des algèbres de groupe des groupes de réflexions complexes,
      - algèbres de Ariki–Koike, qui sont obtenues comme généralisations des algèbres de Iwahori–Hecke de types A et B,
      - algèbres de Yokonuma–Hecke, qui sont obtenues lors de l’étude des groupes réductifs finis comme des algèbres d’endomorphismes de la représentation de permutation par rapport à un sous-groupe unipotent maximal.
      Au cours de ce mémoire, nous allons aussi étudier une autre famille d’algèbres associées aux groupes de réflexions complexes, les algèbres de Cherednik rationnelles, dont la théorie des représentations a beaucoup de liens avec la théorie des représentations des algèbres de Hecke. Les aspects de la théorie des représentations de ces algèbres sur lesquelles nous allons nous concentrer seront la paramétrisation et description des représentations irréductibles dans les cas semisimple et non-semisimple, les blocs, la structure d’algèbre symétrique et la détermination de la matrice de décomposition associée à une spécialisation.

      Lieu : Batiment Fermat, amphi J

      [Article]

  • Journée du LMV

    • Mardi 12 septembre -

      Journée du LMV

      Résumé : Programme de la journée :

      • 10h : Accueil, petit déjeuner
      • 10h30-11h20 : Dimitri Zvonkine (AG) : Surfaces de translation et différentielles holomorphes
      • 11h30-12h : Mamadou Ndao (Analyse) : Une solution globale pour l’équation modélisant l’écoulement dans les milieux granulaires avec un champ de vecteur général
      • 12h-13h45 : buffet (amphi I)
      • 13h45-14h15 : Ahmed Moussaoui (AG) : Correspondance de Springer
      • 14h15-14h45 : Ilaria Chilotti (CRYPTO) : Le chiffrement homomorphe

      (petite pause)
      • 15h-17h : Assemblée Générale du laboratoire

      Lieu : bâtiment Fermat, amphi F

      [Article]

  • Réservation salle de réunion

    • Mardi 10 octobre 12:00-13:00 -

      Conseil de labo

      Lieu : salle 4305

      [Article]

Ajouter un événement