Partenaires





« juillet 2018 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

Agenda

séminaire

  • Algèbre Géométrie

    • Mardi 15 mai - Journée du LMV

      Journée du LMV

      [Article]

    • Mardi 22 mai 11:30-12:30 - Luis Lomelí - Pontificia Universidad Católica de Valparaíso (Chili)

      Luis Lomelí : Représentations p-adiques et fonctions L

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 29 mai 11:30-12:30 - Paul Broussous - Université de Poitiers

      Paul Broussous : TBA

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 12 juin 11:30-12:30 - Reda CHANEB - IMJ - PRG

      Ensemble basique pour les blocs unipotents des groupes réductifs finis

      Résumé : Soit G un groupe réductif fini défini sur F_q, nous nous intéresserons à la théorie des représentations de G en caractéristique l, dans le cas ou l ne divise pas q. Geck et Hiss ont montré que lorsque l est "très bon", les caractères unipotents fournissent un ensemble basique pour les blocs unipotent de G. Quand l est "mauvais", il n’y a généralement pas assez de caractères unipotents pour former un ensemble basique et il faut utiliser d’autres stratégies pour en obtenir un. Dans le cas des groupes classiques à centre connexe et pour l=2, Geck a prouvé l’existence d’un ensemble basique pour le bloc unipotent en utilisant une famille de représentations projectives introduites par Kawanaka. Après avoir introduit des généralités sur la théorie modulaire des représentations des groupes réductifs finis, je vous donnerais plus de détails sur les résultats de Geck et je vous présenterais une généralisation de ce résultat dans le cas ou le centre du groupe est non connexe.

      [Article]

    • Mardi 2 octobre 09:00-18:00 - Séminaire différentiel

      Séminaire différentiel

      Lieu : Bâtiment Fermat

      [Article]

    • Mardi 9 octobre 11:30-12:30 - Paul Broussous - Université de Poitiers

      Exposé Paul Broussous

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 16 octobre 09:00-10:00 - Martin Andler - UVSQ

      Martin Andler "Catégories à décalage et cohomologie équivariante"

      Lieu : Fermat

      [Article]

    • Mardi 6 novembre 10:00-11:00 - Sébastien Boucksom - X

      Sébastien Boucksom

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 09:00-10:00 - Sophie Morier-Genoud - Jussieu

      Sophie Morier-Genoud

      Lieu : Fermat

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 11:30-12:30 - Stéphane Druel - Institut Fourier

      Exposé de Stéphane Druel (Grenoble)

      [Article]

0 | 10
  • Probabilités Statistiques

    • Mardi 22 mai 11:30-12:30 - Françoise Pène - Université de Brest

      Probabilité de persistance pour des processus à accroissements stationnaires

      Résumé : Nous nous intéressons au comportement asymptotique de la probabilité de persistance pour des processus à accroissements stationnaires. Nous étudions en particulier le cas du modèle de Matheron de Marsily et du mouvement brownien fractionnaire. Ce travail a été réalisé en collaboration avec Frank Aurzada et Nadine Guillotin-Plantard, et avec l’aide de Frédérique Watbled.

      Lieu : Bâtiment Fermat, Salle 2102

      [Article]

    • Mardi 29 mai 11:30-12:30 - Reda Chhaibi - Université Paul Sabatier, Toulouse

      Le chaos multiplicatif gaussien sur le cercle, matrices aléatoires et polynômes orthogonaux associés

      Résumé : Cet exposé est basé sur un travail (très) en cours avec J. Najnudel, où nous souhaitons faire le pont entre deux questions, ou plutôt deux modèles qui sont apparus dans des domaines différents.
      D’une part, en 1985, J.P Kahane a introduit une mesure aléatoire dénommée le chaos gaussien multiplicatif. Il s’agit moralement d’une mesure dont la dérivée par rapport à la mesure de Lebesgue est l’exponentielle d’un champs gaussien libre - très singulier. Un joli argument d’approximation martingale permet de donner un sens à cela, mais laisse inaccessible les propriétés de l’objet limite. Cet objet semble être au coeur de travaux récents en lien avec le modèle de gravité quantique dit de Liouville en 2d (Rhodes, Vargas, Duplantier, Sheffield...). Nous nous intéresserons uniquement au cas du cercle, que l’on pourrait qualifier de géométrie intégrable.
      D’autre part, il est connu depuis Verblunsky (1930s) qu’une mesure sur le cercle est entièrement déterminée par des coefficients dits de réflection ou de Verblunsky. En termes simples, ce sont les coefficients apparaissant dans la récurrence entre polynomes orthogonaux pour cette mesure.
      Je présenterai une conjecture qualifiant précisément la loi des coefficients de Verblunsky du chaos multiplicatif, et les résultats partiels que nous avons obtenu dans cette direction. Nos résultats viennent d’une excursion par les matrices aléatoires, et en particulier le modèle circulaire beta, étroitement lié au système de Calogero-Moser trigonométrique.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 5 juin 11:30-12:30 - Jean-Michel Fourneau - UVSQ (laboratoire DAVID)

      Quelques résultats nouveaux et applications dans le domaine de l’énergie, des files d’attente à signaux

      Résumé : Les files à signaux ont été introduites par E. Gelenbe il y a 25 ans sous le nom de files à clients négatifs. Le modèle consiste à ajouter aux files avec des clients classiques des signaux qui changent l’état de la file. Comme un client peut se transformer en signal à l’occasion d’un changement de files, on a la possibilité de représenter des dynamiques plus larges qu’avec un réseau classique de files d’attente. Sous des hypothèses usuelles, on obtient une solution analytique à forme produit. Je présenterai quelqu’uns de ces résultats (en particulier pour des réseaux avec plusieurs classes de clients) et des applications pour l’analyse conjointe des trafics de données et de la consommation électrique dans des réseaux de capteurs.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

  • EDP

    • Jeudi 3 mai 14:00-15:00 - Nadia Maïzi - Mines ParisTech

      N. Maïzi : Du paradigme d’optimalité à la transition énergétique : penser le long terme

      Résumé : Les stratèges qui se préoccupent des questions liées à l’Energie, doivent, dans un contexte international complexe, se doter d’outils normatifs performants pour faire face à des contraintes multiformes (climatiques, financiers, juridiques, politiques, techniques,…). S’il existe aujourd’hui une palette de scénarios pour éclairer les enjeux d’une transition énergétique sous contrainte environnementale, les conditions régionales, technologiques et sociales d’enclenchement de cette transition nécessitent le développement d’outils pour mieux cerner les policy mix nécessaires à la bifurcation de systèmes techniques et de modes de développement. Dans ce contexte, il est nécessaire de réconcilier et d’articuler différentes échelles (temporelle, spatiale, sociale) afin de saisir :
      - les implications politiques qui se déploient nécessairement à plusieurs niveaux, du global jusqu’au local,
      - l’impact de phénomènes de différentes dynamiques (plusieurs décades versus l’ordre de la seconde), et
      - le rôle central de “l’homme” (pour qui l’avenir doit être acceptable, souhaitable i.e. compatible avec aspirations et comportements).
      Après un rapide retour sur l’histoire des modèles, nous explorerons comment des outils pertinents permettent d’éclairer les enjeux d’une transition énergétique sous contrainte environnementale, en tenant compte des conditions régionales, technologiques et sociales, pour mieux cerner les policy mix nécessaires à la bifurcation de systèmes techniques et de modes de développement.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

groupe de travail

événement important

Réservation de salles

Ajouter un événement