Partenaires





« janvier 2019 »
L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

Agenda

séminaire

  • Algèbre Géométrie

    • Mardi 3 avril 2018 10:00-11:00 - Florent Schaffhauser - Université des Andes de Bogota (Colombie)

      Représentations de groupes fondamentaux orbifold

      Résumé : La notion de groupe fondamental orbifold permet, dès la dimension 2, de regrouper dans un même formalisme de nombreuses situations géométriques (groupes de Coxeter, surfaces de Klein, etc.). Le but de l’exposé est de donner une introduction aux variétés de représentations des groupes d’orbi-surfaces et de passer en revue les applications connues, notamment à l’étude des espaces de modules de fibrés vectoriels sur une courbe algébrique réelle et aux phénomènes de rigidité pour les groupes de triangles hyperboliques.

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 3 avril 2018 11:30-12:30 - Julien Keller - Université Aix-Marseille

      Correspondance de Kobayashi-Hitchin pour les fibrés

      Résumé : Nous proposons une nouvelle preuve de nature purement algébrique de la correspondance. Ceci est en travail en collaboration avec Y. Hashimoto.

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 10 avril 2018 11:30-12:30 - Mattia Cafasso - Université d'Angers

      Mattia Cafasso : Le modèle de Kontsevich : équations de Painlevé et universalité

      Résumé : Le modèle de matrices de Kontsevich est un des outils essentiels de la première preuve (celle de Kontsevich) de la conjecture de Witten. Pendant mon exposé, je discuterai la relation entre ce modèle et une série d’équations aux dérivées partielles connues sous le nom de "hiérarchie de la première équation de Painlevé". Ensuite, j’exposerai quelques résultats sur l’universalité (dans le sens des matrices aléatoires) du même modèle. Si le temps le permets, je parlerai aussi de possibles généralisations aux modèles de Kontsevich dites ’’généralisés".

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 17 avril 2018 10:00-11:00 - Leonardo Mihalcea - Virginia Tech University (USA)

      Leonardo Mihalcea : Chern-Schwartz-MacPherson classes for Schubert cells, characteristic cycles, and positivity

      Résumé : A natural question is to find a replacement for the total Chern class of the tangent bundle, in the case when the space is singular. The Chern-Schwartz-MacPherson (CSM) classes are homology classes which behave like the total Chern class of the tangent bundle, and are determined by a functoriality property. The existence of these classes was conjectured by Grothendieck and Deligne, and proved by MacPherson in 1970’s. The calculation of the CSM classes for Schubert cells and Schubert varieties in flag manifolds was obtained only recently, and it exhibited some interesting features. For instance, the classes of Schubert cells are determined by certain Demazure-Lusztig operators ; they are essentially equivalent to the characteristic cycles of the Verma modules in the cotangent bundle of the complete flag manifold, and to the stable envelopes of Maulik and Okounkov. We used all of this to find their Poincare duals, and to prove that they are Schubert positive ; for Grassmannians, the positivity was initially proved by J. Huh. I will survey these developments. This is based on joint work with P. Aluffi, J. Schurmann and C. Su.

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 17 avril 2018 11:30-12:30 - Aurélien Galateau - Université de Franche-Comté

      Distribution de la torsion dans les sous-variétés d’une variété abélienne

      Résumé : L’exposé sera consacré à une version explicite de la conjecture de Manin-Mumford. Démontrée par Raynaud, cette conjecture décrit l’adhérence de Zariski des points de torsion des sous-variétés d’une variété abélienne. Dans un travail en commun avec César Martinez, nous donnons une version uniforme du théorème de Raynaud, où le degré des variétés de torsion maximales est borné précisément en fonction de la géométrie de la sous-variété. La preuve combine des techniques d’interpolation et un théorème de Serre sur les homothéties des représentations galoisiennes associées aux modules de Tate d’une variété abélienne.

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 15 mai 2018 - Journée du LMV

      Journée du LMV

      [Article]

    • Mardi 22 mai 2018 11:30-12:30 - Luis Lomelí - Pontificia Universidad Católica de Valparaíso (Chili)

      Luis Lomelí : Représentations p-adiques et fonctions L

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 29 mai 2018 11:30-12:30 - Paul Broussous - Université de Poitiers

      Paul Broussous : TBA

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 12 juin 2018 11:30-12:30 - Reda CHANEB - IMJ - PRG

      Ensemble basique pour les blocs unipotents des groupes réductifs finis

      Résumé : Soit G un groupe réductif fini défini sur F_q, nous nous intéresserons à la théorie des représentations de G en caractéristique l, dans le cas ou l ne divise pas q. Geck et Hiss ont montré que lorsque l est "très bon", les caractères unipotents fournissent un ensemble basique pour les blocs unipotent de G. Quand l est "mauvais", il n’y a généralement pas assez de caractères unipotents pour former un ensemble basique et il faut utiliser d’autres stratégies pour en obtenir un. Dans le cas des groupes classiques à centre connexe et pour l=2, Geck a prouvé l’existence d’un ensemble basique pour le bloc unipotent en utilisant une famille de représentations projectives introduites par Kawanaka. Après avoir introduit des généralités sur la théorie modulaire des représentations des groupes réductifs finis, je vous donnerais plus de détails sur les résultats de Geck et je vous présenterais une généralisation de ce résultat dans le cas ou le centre du groupe est non connexe.

      [Article]

    • Mardi 9 octobre 2018 11:30-12:30 - Olivier Piltant - LMV

      Composantes irreductibles de l’espace d’arcs en caractéristique positive

      Résumé : L’espace d’arcs d’une variété a été introduit par J. Nash dans le contexte de la preuve du Théorème de résolution des singularités de Hironaka en caractéristique nulle. Son projet consistait à interpréter la décomposition en composantes irréductibles à l’intérieur de l’espace d’arcs X_infty d’une variété X en termes des diverses désingularisations de X.
      Ce programme peut également être énoncé (avec quelques différences) sur un corps de base parfait k de caractéristique p>0. L’objet de cet exposé est d’étudier l’irréductibilité de X_infty lorsque X est irréductible. Je présenterai une conjecture dont la version la plus simple s’énonce comme suit : tout corps de functions K sur k admet-il un modèle projectif X dont l’espace d’arcs X_\infty est lui-même irréductible ? J’expliquerai quelques résultats partiels (pour les groupes additifs, en grande caractéristique, sur les composantes divisorielles).
      Travail en commun avec A. Benito et A. Reguera

      Lieu : Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 16 octobre 2018 11:30-12:30 - Martin Andler - UVSQ

      Z-Catégories à décalage et cohomologie équivariante

      Résumé : Dans un travail commun avec Siddhartha Sahi (Rutgers), nous introduisons la notion de Z-catégorie, "bonne" catégorie tensorielle en caractéristique 0, munie d’un foncteur inversible. Les exemples standard de Z-catégories sont la catégorie des $k$-espaces vectoriels gradués, ou la catégorie des modules sur une algèbre de Lie graduée, mais il existe des exemples plus sophistiqués, comme la catégorie des faisceaux sur une super-variété, ou les ind-complétions des catégories d’interpolation de Grothendieck construites par Deligne, Serganova et al. La motivation de ce travail est le travail classique de Weil et Cartan sur la cohomologie équivariante. Dans le contexte d’une Z-catégorie, nous définissons une notion de cohomologie et obtenons des résultats du type théorème de Koszul.
      L’exposé ne supposera pas connue la notion de catégorie tensorielle.

      Lieu : Fermat - Salle 2105

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2018 11:30-12:30 - Clément de Seguins Pazzis - UVSQ & Lycée Privé Sainte-Geneviève

      Décompositions en objets quadratiques en dimension infinie

      Résumé : Un élément d’une algèbre A (sur un corps) est dit quadratique lorsqu’il admet un polynôme annulateur de degré 2. Dans cet exposé, on se penchera sur le cas particulier de l’algèbre L(V ) des endomorphismes d’un espace vectoriel V de dimension infinie. On exposera des résultats récents (ainsi que diverses questions ouvertes) sur la décomposabilité d’un élément de L(V ) comme somme ou comme produit d’éléments quadratiques en nombre imposé et à polynômes annulateurs imposés. En particulier, on évoquera la décomposabilité d’un endomorphisme en somme d’endomorphismes de carré nul, et celle d’un automorphisme en produit d’involutions.

      Lieu : Fermat - Salle 2105

      [Article]

    • Mardi 6 novembre 2018 11:30-12:30 - Sébastien Boucksom - CMLS (École polytechnique)

      K-stabilité et valuations

      Résumé : Issue au départ de la géométrie kählérienne, la notion de K-stabilité d’une variété projective polarisée a révélé des liens étroits avec la géométrie birationnelle et les espaces de modules. Je vais en présenter une approche via la géométrie non-archimédienne (espaces de valuations), développée en collaboration avec Mattias Jonsson.

      Lieu : Fermat - Salle 2106

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2018 11:30-12:30 - Sophie Morier-Genoud - IMJ

      Frises symplectiques et espaces de module

      Résumé : Les frises de nombres sont des constructions algébriques introduites et étudiées par Coxeter au début des années 70. Coxeter établit des propriétés étonnantes en lien avec des objets classiques de la théorie des nombres ou encore de la géométrie projective. Les frises connaissent un regain d’intérêt ces dernières années dû à des connections avec la théorie des algèbres amassées de Fomin-Zelevinsky. Dans cet exposé on présentera les frises de Coxeter et leurs généralisations, et l’on expliquera comment les espaces de frises s’identifient avec des espaces de modules de points dans les espaces projectifs. On s’intéressera plus particulièrement au cas des frises symplectiques et des configurations Lagrangiennes de points.

      Lieu : Fermat - Salle 2105

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2018 11:30-12:30 - Stéphane Druel - Institut Fourier (Grenoble)

      Feuilletages de codimension un dont la première classe de Chern est nulle

      Résumé : Dans cet exposé, je donnerai la strucuture des feuilletages (peu) singuliers dont la première classe de chern est nulle. J’expliquerai en particulier que de tels feuilletages sont algébriquement intégrables ou induits par une action d’un groupe de Lie commutatif. Il s’agit d’un analogue pour les espaces singuliers d’un théorème de Loray, Pereira et Touzet.

      Lieu : Fermat - Salle 2105

      [Article]

    • Mardi 27 novembre 2018 11:30-12:30 - Thomas Lanard - IMJ-PRG

      Sur les l-blocs des groupes p-adiques

      Résumé : Dans cet exposé nous nous intéressons à décomposer la catégorie des représentations lisses (de niveau 0) d’un groupe p-adique à coefficients dans $ \overline\mathbbZ_\ell $ en un produit de sous-catégories. Nous construirons ces dernières à partir de l’immeuble de Bruhat-Tits et de la théorie de Deligne-Lusztig. Nous les relierons pour finir, à la correspondance de Langlands locale

      Lieu : Fermat - Salle 2105

      [Article]

    • Mardi 4 décembre 2018 11:30-12:30 - Jérémy Guéré - Institut Fourier (Grenoble)

      Géométrie énumérative des courbes et factorisations matricielles

      Résumé : Dans cet exposé, je vais parler d’invariants numériques attachés à la géométrie des courbes sur une variété projective X. Plus précisément, il s’agit de la théorie de Gromov-Witten ainsi que de variations autour de cette théorie pour des variétés X munies d’une fonction globale w. Nous verrons en particulier que ces invariants numériques sont des réalisations d’un objet plus fondamental appelé factorisation matricielle. Il s’agit d’un travail en commun avec I. Ciocan-Fontanine, D. Favero, B. Kim et M. Shoemaker.

      Lieu : Fermat - 2105

      [Article]

    • Mardi 11 décembre 2018 11:30-12:30 - Clélia Pech - University of Kent

      Clélia Pech : Symétrie miroir pour les espaces homogènes cominuscules.

      Résumé : Dans cet exposé basé sur mes travaux avec K. Rietsch and L. Williams, j’expliquerai une nouvelle version d’une construction par Rietsch d’un miroir pour les espaces homogènes. Les variétés étudiées comprennent les quadriques et les grassmanniennes lagrangiennes (c’est-a-dire les grassmanniennes de sous-espaces lagrangien d’un espace vectoriel symplectique). Le miroir s’exprime sous la forme d’une fonction rationnelle, le superpotentiel, defini sur un espace homogène dual de Langlands. Je montrerai que la variété miroir a une structure combinatoire particulière appelée structure amassée ("cluster structure"), et que le superpotentiel peut s’ecrire en termes de coordonnées duales des classes de cohomologie de la variété d’origine.
      J’expliquerai également comment ces propriétés mènent à de nouvelles relations en cohomologie quantique, ainsi qu’à une formule conjecturale exprimant les solutions de l’équation différentielle quantique en fonction du superpotentiel.

      [Article]

0 | 10
  • Probabilités Statistiques

    • Mardi 3 avril 2018 11:30-12:30 - Gildas Mazo - INRA (Jouy-en-Josas)

      A constrained kernel density estimator for location-scale mixture models based on copulas

      Résumé : In this communication we shall present copula-based semiparametric mixture models as a way to model heterogeneous populations. Copulas can cope with complex dependence structures while the nonparametric estimation of the marginals alleviate one’s effort in the modeling task. Estimation is performed by two EM-like algorithms and one of them will be shown to perform better by taking into account the inherent structure of the problem into account.

      Lieu : Bâtiment Fermat, Salle 2102

      [Article]

    • Mardi 10 avril 2018 11:30-12:30 - Erwan Scornet - Ecole Polytechnique

      Consistency and minimax rates of random forests

      Résumé : The recent and ongoing digital world expansion now allows anyone to have access to a tremendous amount of information. However collecting data is not an end in itself and thus techniques must be designed to gain in-depth knowledge from these large data bases. This has led to a growing interest for statistics, as a tool to find patterns in complex data structures, and particularly for turnkey algorithms which do not require specific skills from the user.
      Such algorithms are quite often designed based on a hunch without any theoretical guarantee. Indeed, the overlay of several simple steps (as in random forests or neural networks) makes the analysis more arduous. Nonetheless, the theory is vital to give assurance on how algorithms operate thus preventing their outputs to be misunderstood.
      Among the most basic statistical properties is the consistency which states that predictions are asymptotically accurate when the number of observations increases. In this talk, I will present a first result on Breiman’s forests consistency and show how it sheds some lights on its good performance in a sparse regression setting. I will also present new results on minimax rates of Mondrian forests which highlight the benefits of forests compared to individual regression trees.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 22 mai 2018 11:30-12:30 - Françoise Pène - Université de Brest

      Probabilité de persistance pour des processus à accroissements stationnaires

      Résumé : Nous nous intéressons au comportement asymptotique de la probabilité de persistance pour des processus à accroissements stationnaires. Nous étudions en particulier le cas du modèle de Matheron de Marsily et du mouvement brownien fractionnaire. Ce travail a été réalisé en collaboration avec Frank Aurzada et Nadine Guillotin-Plantard, et avec l’aide de Frédérique Watbled.

      Lieu : Bâtiment Fermat, Salle 2102

      [Article]

    • Mardi 29 mai 2018 11:30-12:30 - Reda Chhaibi - Université Paul Sabatier, Toulouse

      Le chaos multiplicatif gaussien sur le cercle, matrices aléatoires et polynômes orthogonaux associés

      Résumé : Cet exposé est basé sur un travail (très) en cours avec J. Najnudel, où nous souhaitons faire le pont entre deux questions, ou plutôt deux modèles qui sont apparus dans des domaines différents.
      D’une part, en 1985, J.P Kahane a introduit une mesure aléatoire dénommée le chaos gaussien multiplicatif. Il s’agit moralement d’une mesure dont la dérivée par rapport à la mesure de Lebesgue est l’exponentielle d’un champs gaussien libre - très singulier. Un joli argument d’approximation martingale permet de donner un sens à cela, mais laisse inaccessible les propriétés de l’objet limite. Cet objet semble être au coeur de travaux récents en lien avec le modèle de gravité quantique dit de Liouville en 2d (Rhodes, Vargas, Duplantier, Sheffield...). Nous nous intéresserons uniquement au cas du cercle, que l’on pourrait qualifier de géométrie intégrable.
      D’autre part, il est connu depuis Verblunsky (1930s) qu’une mesure sur le cercle est entièrement déterminée par des coefficients dits de réflection ou de Verblunsky. En termes simples, ce sont les coefficients apparaissant dans la récurrence entre polynomes orthogonaux pour cette mesure.
      Je présenterai une conjecture qualifiant précisément la loi des coefficients de Verblunsky du chaos multiplicatif, et les résultats partiels que nous avons obtenu dans cette direction. Nos résultats viennent d’une excursion par les matrices aléatoires, et en particulier le modèle circulaire beta, étroitement lié au système de Calogero-Moser trigonométrique.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2102

      [Article]

    • Mardi 5 juin 2018 11:30-12:30 - Jean-Michel Fourneau - UVSQ (laboratoire DAVID)

      Quelques résultats nouveaux et applications dans le domaine de l’énergie, des files d’attente à signaux

      Résumé : Les files à signaux ont été introduites par E. Gelenbe il y a 25 ans sous le nom de files à clients négatifs. Le modèle consiste à ajouter aux files avec des clients classiques des signaux qui changent l’état de la file. Comme un client peut se transformer en signal à l’occasion d’un changement de files, on a la possibilité de représenter des dynamiques plus larges qu’avec un réseau classique de files d’attente. Sous des hypothèses usuelles, on obtient une solution analytique à forme produit. Je présenterai quelqu’uns de ces résultats (en particulier pour des réseaux avec plusieurs classes de clients) et des applications pour l’analyse conjointe des trafics de données et de la consommation électrique dans des réseaux de capteurs.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 16 octobre 2018 11:30-12:30 - Julien Worms - LMV (UVSQ)

      Statistique des valeurs extrêmes pour données censurées

      Résumé : Cet exposé abordera le problème de l’estimation statistique de la queue d’une distribution univariée, dont seul un échantillon aléatoirement censuré (à droite) est disponible. Après des rappels sur la statistique des valeurs extrêmes et sur les données censurées, des estimateurs de l’indice des valeurs extrêmes seront présentés dans le cadre de lois à queues lourdes. Ces estimateurs ont la forme de sommes pondérées impliquant l’estimateur de Kaplan-Meier évalué dans toute la queue de l’échantillon, l’un d’entre eux s’écrivant comme une intégrale de Kaplan-Meier avec fonctionnelle non-bornée à support glissant. On évoquera leurs performances par rapport à leurs concurrents, en particulier dans des cadres de censure forte (le seuil de 50% de censure dans la queue jouant ici un rôle clé), et on montrera comment et dans quel cadre la normalité asymptotique peut être obtenue. Si le temps le permet, les extensions à d’autres cadres (queues plus légères, censure en présence de risques concurrents, quantiles extrêmes) seront abordées. Travail en collaboration avec Rym Worms (Univ. Paris-Est-Créteil) et aussi Jan Beirlant (KU Leuven).

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2102

      [Article]

    • Mardi 6 novembre 2018 11:30-12:30 - Anna Ben-Hamou - Sorbonne Université

      Temps de mélange pour la marche aléatoire sans rebroussement sur des graphes aléatoires à communautés

      Résumé : Le temps de mélange d’une marche aléatoire sur un graphe connexe fini est intimement lié à l’existence de goulots d’étranglement (« bottlenecks ») dans le graphe : intuitivement, plus il est difficile pour la marche de s’échapper de certaines régions du graphe, plus le mélange est lent. De plus, la présence de goulots d’étranglement étroits empêche souvent le cutoff, qui décrit une convergence abrupte à l’équilibre. Dans cet exposé, nous nous intéresserons au comportement de mélange de la marche aléatoire sans rebroussement sur des graphes aléatoires à degrés prescrits et avec une structure en deux communautés. De tels graphes possèdent un goulot d’étranglement dont l’étroitesse peut être mesurée par la fraction des arêtes qui vont d’une communauté à l’autre. Sous certaines conditions de degrés, nous montrerons que si cette fraction décroit moins vite que 1/log(N) (où N est la taille du graphe), alors la marche présente le cutoff, et la distance à l’équilibre peut être décrite très précisément. Inversement, si cette fraction décroit plus vite que 1/log(N), alors il n’y a pas cutoff.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle 2107

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2018 11:30-12:30 - Tom Rohmer - INRIA Saclay , CMAP

      Extreme type regression model for insurance loss modeling

      Résumé : Dans le cadre de la tarification en assurance, nous proposons une approche paramétrique permettant de modéliser les coûts des sinistres atypiques et attritionnels. Cette approche est basée sur des méthodes classiques de régression linéaire généralisée (GLM) pour la modélisation des petits sinistres et sur une procédure GLM adaptée au cas de lois d’extrêmes (Pareto généralisée) dans le cas des sinistres graves. Des estimateurs du maximum de vraisemblance sont proposés pour calibrer le modèle (ayant une forme explicite pour la partie attritionnelle et utilisant des algorithmes de type IWLS pour la partie GPD-GLM).
      Collaboration avec A. Brouste (univ. Le Mans) et C. Dutang (univ. Paris-Dauphine)

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 27 novembre 2018 11:30-12:30 - Diarra Fall - Institut Denis Poisson (Univ. d'Orléans)

      Test d’hypothèses bayésien non paramétrique et arbres de Polya : application à la modélisation de la zone du langage

      Résumé : Dans cet exposé je commencerai d’abord par introduire les notions classiques de bayésien paramétrique, non paramétrique, test d’hypothèses etc., sur des exemples simples. Puis je présenterai les arbres de Polya. Enfin, j’exposerai un travail avec le centre hospitalier régional d’Orléans portant sur l’estimation de la zone de contrôle du langage chez des patients ayant eu un AVC. Ce travail est basé sur un test bayésien non paramétrique, utilisant comme a priori des arbres de Polya.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 4 décembre 2018 11:30-12:30 - Sandrine Boulet - UVSQ et Univ. Paris V

      Intérêt des méthodes de sélection de variables bayésiennes - Application au cancer colorectal

      Résumé : L’objectif principal de notre projet est de comprendre comment les médecins modifient les doses de chimiothérapie en fonction des caractéristiques des patients et des effets indésirables. Nous utilisons deux sources d’information : les données observées recueillies dans les dossiers informatisés des patients, et l’expertise des médecins. Peu de méthodes permettent de combiner ces informations. L’originalité de notre projet est donc de proposer des stratégies pour prendre en compte ces deux sources de données. Pour prendre en compte l’expertise clinique, nous avons construit un questionnaire en collaboration avec les oncologues dans lequel ils quantifient l’importance de chaque événement indésirable sur la réduction de dose. Nous avons ensuite développé deux modèles qui combinent cette expertise et des observations. Le premier modèle est une adaptation d’une méthode de sélection de variables bayésienne pour laquelle l’information experte est introduite dans la distribution a priori. Le deuxième modèle est fondé sur la méthode de power prior et permet de combiner des données simulées à partir des paramètres experts et les observations. Nous avons réalisé des simulations pour comprendre la performance de ces modèles. Enfin, nous avons appliqué ces modèles à des données de patients traités par Irinotecan pour un cancer colorectal. Le premier modèle permet d’améliorer les performances prédictives sur des petits échantillons. Le deuxième modèle permet de gérer des échantillons de plus grande taille, et de sélectionner à la fois les variables importantes pour les experts et les variables utilisées en vie réelle.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 18 décembre 2018 11:30-12:30 - Michel Pain - LPSM et ENS Paris

      Modèle de Derrida-Retaux : du discret au continu

      Résumé : Le modèle de Derrida-Retaux est un modèle simple de renormalisation sur un arbre introduit en physique statistique et qui ouvre de nombreuses questions. Certaines ont été résolues récemment mais beaucoup d’autres restent ouvertes. Dans le but d’y répondre, avec Yueyun Hu et Bastien Mallein, nous avons introduit une version continue du modèle qui possède une famille de solutions exactement soluble. Nous verrons les résultats que l’on peut obtenir sur cette version du modèle, en se concentrant sur le comportement à la criticalité qui fait apparaître un processus de croissance fragmentation comme objet limite universel.

      Lieu : Batiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 15 janvier 11:30-12:30 - Antoine Godichon-Baggioni - LPSM (Paris)

      Algorithmes de Newton stochastiques pour l’estimation des paramètres de régressions logistiques

      Résumé : On s’intéresse ici à l’estimation des paramètres de la régression logistique lorsque l’on doit traiter des données arrivant de manière séquentielle. Plus précisément, on introduit un nouvel algorithme de Newton stochastique. En effet, ce type d’algorithme permet de traiter les données en flux continu, mais contrairement aux algorithmes de gradient stochastiques usuels, ils permettent d’avoir des pas adaptés pour les différentes directions. On montre leur efficacité en donnant leurs vitesses de convergence et en montrant qu’ils ont un comportement asymptotique optimal.

      Lieu : Bâtiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 29 janvier 11:30-12:30 - Catherine Donati - LMV (UVSQ)

      Fluctuations des vecteurs propres associées aux outliers de matrices de Wigner déformées

      Résumé : Lorsque on perturbe additivement une matrice de Wigner, certaines valeurs propres peuvent se détacher du reste du spectre : les "outliers". On s’intéressera aux fluctuations de ces outliers et des vecteurs propres associés.

      Lieu : Bâtiment Fermat - salle 2107

      [Article]

    • Mardi 5 février 11:30-12:30 - Michael Wallner - Université de Bordeaux

      Periodic Pólya Urns and Asymptotics of Triangular Young tableaux

      Résumé : Pólya urns are urns where at each unit of time a ball is drawn uniformly at random and is replaced by some other balls according to its colour. We introduce a more general model : The replacement rule depends on the colour of the drawn ball and the value of the time mod p.
      Our key tool are generating functions, which encode all possible urn compositions after a certain number of steps. The evolution of the urn is then translated into a system of differential equations and we prove that the moment generating functions are D-finite. From these we derive asymptotic forms of the moments. When the time goes to infinity, we show that these periodic Pólya urns follow a rich variety of behaviours : their asymptotic fluctuations are described by a family of distributions, the generalized Gamma distributions, which can also be seen as powers of Gamma distributions.
      Furthermore, we establish some enumerative links with other combinatorial objects, and we give an application for a new result on the asymptotics of Young tableaux : This approach allows us to prove that the law of the lower right corner in a triangular Young tableau follows asymptotically a product of generalized Gamma distributions. This is joint work with Cyril Banderier and Philippe Marchal.

      Lieu : bâtiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

    • Mardi 12 février 11:30-12:30 - Charles Tillier - Telecom ParisTech

      Estimation in semi-parametric transformation boundary regression models

      Résumé : Boundary regression models naturally arise in many applications for instance when analysing auctions or records but also in production frontiers and image analysis. Before fitting a regression model it is very common to transform the response variable to gain effciency in the statistical inference. In this talk, we will consider parametric transformations that induce independence of the error distribution from the points of measurements. In such a context, if the transformation of the response is monotone, the attractive feature is that one may recover the original functional dependence in an easy manner. The main purpose of this talk is to investigate the consistency of an estimator based on a minimum distance approach in the context of nonparametric regression models with one-sided errors. In particular, we estimate the transformation parameter and give mild model assumptions under which the estimator is consistent, for both random covariates and fixed design points. The small sample behavior will be shown in a simulation study using the so-called Yeo-Johnson transformations.

      Lieu : Bâtiment Fermat, en salle 2107

      [Article]

0 | 10
  • EDP

    • Jeudi 5 avril 2018 14:00-15:00 - Mourad Bellassoued - Université de Tunis El Manar, LAMSIN-ENIT.

      M. Bellassoued : In the stable determination of the magnetic field in the Schrödinger equation

      Résumé : In this talk we consider the inverse problem of determining on a compact Riemannian manifold the electric potential or the magnetic field in a Schrödinger equation with Dirichlet data from measured Neumann boundary observations or spectral data. We prove that the knowledge of the Dirichlet-to-Neumann map or the spectral data for the Schrödinger equation uniquely determines the magnetic field and the electric potential and we establish Hölder-type stability.

      Lieu : Salle G210, Bâtiment Germain.Bâtiment Germain. UVSQ 45, avenue des Etats-Unis, 78000, Versailles.

      [Article]

    • Jeudi 12 avril 2018 14:00-15:00 - Youcef Mammeri - Université de Picardie

      Y. Mammeri : L’équation BBM avec dispersion stochastique

      Résumé : Dans cet exposé, j’aborderai la décroissance des solutions de l’équation de Benjamin-Bona-Mahony généralisée lorsque la dispersion est pilotée par un bruit blanc. Après avoir évoqué le problème de Cauchy, je démontrerai que le taux de décroissance est d’ordre 1/6 alors qu’il est d’ordre 1/3 dans le cas déterministe (travail en collaboration avec M. Chen et O. Goubet).

      [Article]

    • Jeudi 3 mai 2018 14:00-15:00 - Nadia Maïzi - Mines ParisTech

      N. Maïzi : Du paradigme d’optimalité à la transition énergétique : penser le long terme

      Résumé : Les stratèges qui se préoccupent des questions liées à l’Energie, doivent, dans un contexte international complexe, se doter d’outils normatifs performants pour faire face à des contraintes multiformes (climatiques, financiers, juridiques, politiques, techniques,…). S’il existe aujourd’hui une palette de scénarios pour éclairer les enjeux d’une transition énergétique sous contrainte environnementale, les conditions régionales, technologiques et sociales d’enclenchement de cette transition nécessitent le développement d’outils pour mieux cerner les policy mix nécessaires à la bifurcation de systèmes techniques et de modes de développement. Dans ce contexte, il est nécessaire de réconcilier et d’articuler différentes échelles (temporelle, spatiale, sociale) afin de saisir :
      - les implications politiques qui se déploient nécessairement à plusieurs niveaux, du global jusqu’au local,
      - l’impact de phénomènes de différentes dynamiques (plusieurs décades versus l’ordre de la seconde), et
      - le rôle central de “l’homme” (pour qui l’avenir doit être acceptable, souhaitable i.e. compatible avec aspirations et comportements).
      Après un rapide retour sur l’histoire des modèles, nous explorerons comment des outils pertinents permettent d’éclairer les enjeux d’une transition énergétique sous contrainte environnementale, en tenant compte des conditions régionales, technologiques et sociales, pour mieux cerner les policy mix nécessaires à la bifurcation de systèmes techniques et de modes de développement.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 4 octobre 2018 14:00-15:00 - Marion Darbas - Université de Picardie Jules Verne

      M. Darbas : Ondes électromagnétiques et applications médicales : EEG chez le nouveau-né et diagnostic d’AVC

      Résumé : Je présenterai dans cet exposé des résultats liés à deux applications en imagerie cérébrale qui utilisent la propagation des ondes électromagnétiques. La première concerne l’étude de l’électroencéphalographie (EEG) chez le nouveau-né et l’impact des fontanelles. La seconde pose la question du diagnostic d’Accidents Vasculaires Cérébraux par imagerie micro-ondes. Pour chacune d’entre elles, je présenterai les motivations de ces travaux, la modélisation et la résolution numérique des problèmes directs et inverses considérés (problème inverse de sources en EEG, reconstruction de coefficients électromagnétiques pour l’imagerie micro-ondes).

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 18 octobre 2018 14:00-15:00 - Jean-Claude Vivalda - Institut Élie Cartan de Lorraine

      J.-C. Vivalda : Systèmes échantillonnés et généricité de l’observabilité

      Résumé : Depuis les travaux de Jean-Paul Gauthier et Ivan Kupka, on sait que l’observabilité d’un système est une propriété générique pourvu que le nombre de sorties de ce système est strictement supérieur au nombre d’entrées. On s’intéresse ici à la question suivante : on se fixe un pas d’échantillonnage $T$ et on considère le discrétisé en temps d’un système continu $\dot x = f(x,u)\ y = h(x)$. On montre que l’ensemble des couples $(f,h)$ tels que le discrétisé du système continu est observable forme un ensemble partout dense pourvu que le nombre de sorties soit supérieur ou égal au nombre d’entrées plus deux.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 25 octobre 2018 14:00-15:00 - Aymeric Maury - Lycée Hoche, Versailles

      A. Maury : Optimisation de forme appliquée à des problèmes de mécanique non linéaire

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 15 novembre 2018 14:00-15:00 - Nicolas Vauchelet - Université Paris 13

      N. Vauchelet : Mathematical modeling of the spread of Wolbachia for dengue control

      Résumé : Bacteria Wolbachia has gain a lot of attention since scientists discover that infected mosquitoes with this bacteria cease to transmit some disease like dengue, chikungunya and Zika. Moreover, this bacteria is maternally transmitted from mother to offsprings. Then a strategy of control of dengue transmission consists in releasing Wolbachia infected mosquitoes in the aim to replace to natural population of mosquitoes by infected mosquitoes. In this work, we are concerned with the spatial spread of Wolbachia infected mosquitoes into a host population. We focus on the two following questions : How the spatial repartition of the releases will influence the spread of the bacteria into the population ? Once the spread is initiated, is it possible that environmental characteristics stop the spread ? How to optimize the success of this strategy ?

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 22 novembre 2018 14:00-15:00 - Devan Sohier - LI-PaRAD (UVSQ)

      D. Sohier : Algorithme bio-inspiré pour la recherche distribuées de plus courts chemins

      Résumé : Le physarum est une moisissure qui présente la particularité, lorsqu’elle est placée dans un labyrinthe contenant deux sources de nourriture, de se concentrer le long du plus court chemin entre ces deux sources. Plusieurs modèles bio-physiques du mécanisme en jeu ont été proposés, et nous avons utilisé l’un d’entre eux comme base d’un algorithme distribué léger et adaptatif pour la recherche de plus courts chemins dans un système distribué. Les caractéristiques de cet algorithme l’éloignent des paradigmes classiques de l’algorithmique distribuée (en particulier de l’auto-stabilisation), en autorisant l’algorithme à donner temporairement des réponses erronées, même en l’absence de faute du système. Cela amène à réfléchir à de nouveaux modèles pour les systèmes distribués, et à de nouveaux algorithmes, explicitement basés sur l’optimisation d’un critère estimé au fil de l’exécution.
      L’exposé se conclura par quelques remarques sur un tout autre sujet : la précision numérique, et les outils permettant d’estimer l’imprécision d’un calcul en flottants.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 29 novembre 2018 14:00-15:00 - Rémi Buffe - Inria Nancy

      R. Buffe : Observation ponctuelle en temps d’équations paraboliques.

      Résumé : Dans le cadre d’équations paraboliques, nous présenterons deux formes d’inégalités d’observation : observation locale en espace et globale en temps et observation locale en espace et ponctuelle en temps. Nous ferons le lien avec l’inégalité spectrale de Lebeau-Robbiano portant sur les basses fréquences. Nous présenterons certaines applications récentes en théorie du contrôle (contrôle impulsionnel, stabilisation en temps fini, ...). Une des principales méthodes pour obtenir des inégalités d’observabilité repose sur des inégalités de Carleman, qui sont des estimations d’énergie à poids sur les solutions. Nous détaillerons la construction des poids dans chacune des deux approches. Ceci est un travail en collaboration avec Kim Dang Phung.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 6 décembre 2018 14:00-15:00 - Luc Robbiano - LMV

      L. Robbiano : Propagation du support de mesures semi-classiques et stabilisation du problème de Zaremba

      Résumé : La condition au bord de Zaremba est une condition mixte, d’un côté d’une hypersurface du bord on impose la condition de Dirichlet et de l’autre côté la condition de Neumann. Dans cet exposé on étudie la stabilisation exponentielle sous une condition géométrique sur le stabilisateur agissant à l’intérieur de l’ouvert. La méthode repose sur l’étude d’une mesure semi-classique associée au problème.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 10 janvier 14:00-15:00 - Matthieu Alfaro - Univ. Montpellier 2

      M. Alfaro : Equations d’évolution impliquant des "Laplaciens tronqués non linéaires"

      Résumé : On considère deux familles d’opérateurs dépendant non linéairement des valeurs propres de la matrice hessienne. La première (resp. deuxième) famille sélectionne les petites (resp. grandes) valeurs propres. On s’intéresse aux "équations de la chaleur" associées puis aux "équations de Fujita" associées. On montre une variété de premiers résultats dans ces directions, parfois très surprenants, et toujours très différents entre les deux familles.
      Il s’agit d’un travail en collaboration avec Isabeau Birindelli (Univ. La Sapienza, Roma)

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 17 janvier 14:00-15:00 - Jacques Sainte-Marie - Inria Paris

      J. Sainte-Marie : Geophysical flows : from hydrostatic to non-hydrostatic models

      Résumé : The equations governing free surface flows, typically the Navier-Stokes equations, are difficult to analyse and solve and therefore reduced complexity models are often used to represent geophysical flows. During this presentation, we first present models able to approximate the hydrostatic Navier-Stokes equations. The associated numerical schemes are endowed with stability properties such as positivity, well-balancing and discrete entropy inequality. They are confronted with analytical solutions and experimental measurements. Then we propose non-hydrostatic (dispersive) models and numerical procedures to approximate them. But the numerical analysis of such models is complex and several questions remain opened.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

    • Jeudi 24 janvier 14:00-15:00 - Magali Tournus - Ecole Centrale Marseille

      M. Tournus : A Wasserstein norm for signed measures, with application to non local transport equation with source term

      Résumé : We introduce the optimal transportation interpretation of the Kantorovich norm on the space of signed Radon measures with finite mass, based on a generalized Wasserstein distance for measures with different masses. With the formulation and the new topological properties we obtain for this norm, we prove existence and uniqueness for solutions to non-local and non-linear transport equations with source terms, when the initial condition is a signed measure.

      Lieu : Salle G210, bât. Germain.

      [Article]

0 | 10
  • Cryptographie

    • Mardi 10 avril 2018 14:00-15:00 - Ferdinand Sibleyras - Inria Paris

      The Missing Difference Problem, and its Applications to Counter Mode Encryption

      Résumé : The widely deployed counter mode (CTR) is known for its efficiency and simplicity as it comes with a security proof that guarantees no attack up to the birthday bound and a matching distinguishing attack. However, unlike in CBC mode, a ciphertext collision in CTR mode hardly reveals anything to the attacker. Therefore we define an algorithmic problem, the missing difference problem, and show how its resolution leads to a message recovery attack with complexity close to the birthday bound. As a further result efficiently solving this problem also allows to describe an universal forgery attack against polynomial MACs such as GMAC and Poly1305 in complexity Õ(2^(2n/3)).
      This is a joint work with Gaëtan Leurent.

      Lieu : Bât. Descartes, Salle 301

      [Article]

    • Mardi 17 avril 2018 14:00-15:00 - Albrecht Petzoldt - UVSQ

      Improved Cryptanalysis of HFEv- via Projection

      Résumé : The HFEv- signature scheme is one of the most studied multivariate schemes and one of the major candidates for the upcoming standardization of post-quantum digital signature schemes. In this paper, we propose three new attack strategies against HFEv-, each of them using the idea of projection. Especially our third attack is very effective and is, for some parameter sets, the most efficient known attack against HFEv-. Furthermore, our attack requires much less memory than direct and rank attacks. By our work, we therefore give new insights in the security of the HFEv- signature scheme and restrictions for the parameter choice of a possible future standardized HFEv- instance.

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2018 11:00-12:00 - Sam Jaques - University of Waterloo

      Costs of quantum random walks to find secret isogenies

      Résumé : Tani’s quantum claw-finding algorithm is cited as the best quantum attack against Supersingular Isogeny-based Diffie-Helman. However, it requires exponential quantum memory. In this talk I’ll explain how Tani’s algorithm works as a natural quantum analogue of a classical random walk. I’ll give a brief explanation of why superposition, reversibility, and error correction imply huge costs to quantum memory. Combining these ideas, I conclude that Grover’s algorithm, or even classical van Oorschot-Wiener, would be a better use of any quantum hardware.

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Mardi 6 novembre 2018 11:00-12:00 - Élise Barelli - UVSQ

      Étude de clé compactes pour le schéma de McEliece utilisant des codes géométriques avec des automorphismes non triviaux

      Résumé : En 1978, McEliece introduit un système de chiffrement basé sur l’utilisation des codes linéaires et propose d’utiliser les codes de Goppa classiques, ie : des sous-codes sur un sous-corps de codes algébriques (AG codes) construit sur une courbe de genre 0. Cette proposition reste sécurisée et dans le but d’introduire une généralisation de ces codes, en 1996, H. Janwa et O. Moreno proposent d’utiliser des sous-codes sur un sous corps de codes construits à partir de courbes de genre > 0 , on les appelle les SSAG codes (Subfield Subcode of AG codes). Cette proposition donne un plus grand choix de code puisqu’on peut faire varier la courbe, le genre, et les points rationnels du diviseur qui génère le code. Le principal obstacle à l’utilisation de ces codes en cryptographie reste le taille de la clé publique comparée aux autres systèmes à clé publique. Pour contourner cette limitation, on réduit la taille des clés en utilisant des codes qui admettent une matrice génératrice compacte. Un moyen d’obtenir des matrices compactes est de choisir des codes avec un groupe d’automorphismes non-trivial, par exemple on utilise des SSAG codes quasi-cycliques.

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2018 11:00-12:00 - Julien Lavauzelle - Inria Saclay

      Codes à propriétés locales : constructions et application cryptographique

      Résumé : En théorie des codes, la notion de localité est apparue dans le courant des années 1990, dans le contexte des "preuves vérifiables en probabilité" (probabilistically checkable proof, PCP). En particulier, elle consiste a étudier le décodage d’un symbole d’un mot de code bruité, en complexité sous-linéaire en la taille du mot. Dans cet exposé, nous prendrons le temps de rappeler la définition des codes localement corrigibles (locally correctable codes, LCC), et nous en présenterons une nouvelle instance à fort taux de transmission. Nous donnerons ensuite une méthode générique de construction de LCC à base d’objets combinatoires appelés "block designs". Nous terminerons cet exposé en proposant un exemple d’application cryptographique de ces codes à propriétés locales, dans le domaine de la récupération confidentielle d’information (private information retrieval, PIR).

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2018 11:00-12:00 - Mariya Georgieva - Inpher

      TFHE - Chimera : How to combine fully homomorphic encryption schemes ?

      Résumé : Chimera is common framework for scale-invariant fully homomorphic schemes based on Ring-LWE, unifying the plaintext space and the noise representation. This hybrid protocol allows to use multiple libraries during the same computation and provides the possibility to take advantage of the best of three schemes (TFHE, HEAAN and B/FV). We review how different strategies developed for each of these schemes, such as bootstrapping, external product, integer arithmetic and Fourier series, can be combined to evaluate the principle nonlinear functions involved in machine learning.

      [Article]

    • Mardi 27 novembre 2018 11:00-12:00 - Léo Perrin - Inria Paris

      La Recherche d’Espaces Vectoriels et ses Applications en Fonctions Booléennes

      Résumé : Un algorithme efficace retournant tous les espaces vectoriels de dimension d contenus dans un ensemble d’éléments de 0,1^n a de nombreuses applications en fonctions booléennes et, plus généralement, en cryptographie symétrique.
      Tout d’abord, je vais présenter les idées derrière un algorithme permettant une telle recherche et permettant sa généralisation à la recherche d’espaces affines. Ensuite, je présenterai comment utiliser ces algorithmes pour faire des attaques structurelles. En particulier, j’expliquerai comment de telles recherches nous informent sur la structure cachée dans la boîte-S partagée par les derniers standards russes en cryptographie symétrique, à savoir le chiffrement par bloc Kuznyechik et la fonction de hachage Streebog.

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Mardi 11 décembre 2018 11:00-12:00 - Simon Masson - Thalès

      Cocks–Pinch curves of embedding degrees five to eight and ate pairing computation

      Résumé : Recent algorithmic improvements of discrete logarithm computation in special extension fields threaten the security of pairing-friendly curves used in practice. A possible answer to this delicate situation is to propose alternative curves that are immune to these attacks, without compromising the efficiency of the pairing computation too much. We follow this direction, and focus on embedding degrees 5 to 8 ; we extend the Cocks–Pinch algorithm to obtain pairing-friendly curves with an efficient ate pairing. We carefully select our curve parameters so as to thwart possible attacks by "special" or "tower" Number Field Sieve algorithms. We target a 128-bit security level, and back this security claim by computation time estimates for the DLP computation. We also compare the efficiency of the ate pairing computation on these curves to k = 12 curves (Barreto–Naehrig, Barreto–Lynn–Scott), k = 16 curves (Kachisa–Schaefer–Scott) and k = 1 curves (Chatterjee–Menezes– Rodríguez-Henríquez).

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Vendredi 14 décembre 2018 15:00-16:00 - Luca De Feo - UVSQ

      Exploring Isogeny Graphs – HDR defense

      Résumé : Motivated by the recent applications of isogeny graphs in cryptography, we review topics related to isogenies of elliptic curves defined over finite fields, and their computations.
      Isogeny graphs come in two families : complex multiplication (CM) and supersingular. CM graphs enjoy a rich structure, related to the theory of the orders of an imaginary quadratic field. We explain how this theory yields practical algorithms to move "vertically" in the graphs, along the lattice of quadratic orders.
      However, "practical" does not imply "easy". In order to efficiently implement our algorithms, we shall review the available methods to compute in the algebraic closure of a finite field. Interestingly, isogenies will also turn out to be useful for these algorithms, their computation thus becoming both a goal and a tool.
      Finally, we will review the application of isogeny graphs to cryptographic key exchange. CM graphs will offer a natural generalization of the classical Diffie–Hellman key exchange, a fact already recognized twenty years ago, and recently revamped. The structure of supersingular graphs, on the other hand, is related to the maximal orders of a quaternion algebra, and is harder to handle algorithmically ; only recently these graphs have been proposed as a foundation for cryptography.
      In both cases, the security of the cryptographic protocols is based on the difficulty of moving "horizontally" in the isogeny graphs. We shall thus conclude our study with a review of the known algorithms, both classical and quantum, to solve these problems.

      Lieu : bât. Descartes, Amphi B

      [Article]

    • Mardi 8 janvier 11:00-12:00 - Yann Rotella - Radboud (Nijmegen, Pays Bas)

      Choosing Round Constant in Lightweight Block Ciphers

      Résumé : In 2011, Gregor Leander et al. found a new type of attacks against lightweight block ciphers called Invariant attacks. Four years later, this class of attacks has been generalized by Todo and Leander into the nonlinear invariant attacks. It appeared also that many lightweight block ciphers were vulnerable to Invariant attacks.
      In the first part of the talk, we’ll see how we can prove the resistance against this class of attacks for existing ciphers. In the second part of the talk, we show how to construct block cipher that resist to nonlinear Invariant attacks, by choosing appropriate linear layer and round constants, leading to a new design criteria for block ciphers.

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

    • Mardi 22 janvier 11:30-12:30 - Fabrice Rouiller - IMJ

      TBA

      Lieu : bât. Fermat, Amphi I

      [Article]

    • Lundi 28 janvier 14:30-15:30 - Sébastien Duval - Université Catholique de Louvain

      Construction of MDS and almost-MDS matrices with a lightweight circuit

      Lieu : bât. Descartes, salle 301

      [Article]

0 | 10
  • Salle 4310

    • Mercredi 19 septembre 2018 13:00-15:00 - Catherine Donati-Martin

      Réunion équipe probabilités et statistiques

      [Article]

groupe de travail

    • Mardi 10 avril 2018 10:00-11:00 - Nicolas Perrin - UVSQ

      Nicolas Perrin : la représentation de Steinberg

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2018 10:00-11:00 - Arsen Shebzukhov - UVSQ

      GT courbes elliptiques : courbes algébriques I

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 6 novembre 2018 10:00-11:00 - Arsen Shebzukhov - UVSQ

      GT courbes elliptiques : courbes algébriques II

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 13 novembre 2018 10:00-11:00 - Bastien Drevon - UVSQ

      GT courbes elliptiques : Riemann-Roch I

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 20 novembre 2018 13:00-14:00 - Bastien Drevon - UVSQ

      GT courbes elliptiques : Riemann-Roch II

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 27 novembre 2018 10:00-11:00 - Mohamed Krir - UVSQ

      GT courbes elliptiques : équations de Weierstrass I

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 4 décembre 2018 10:00-11:00 - Mohamed Krir - UVSQ

      GT courbes elliptiques : équations de Weierstrass III

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 11 décembre 2018 10:00-11:00 - Mohamed Krir - UVSQ

      GT courbes elliptiques : équations de Weierstrass III

      Lieu : Fermat 2105

      [Article]

    • Mardi 8 janvier 10:00-11:00 - Jiandi Zou - UVSQ

      GT courbes elliptiques : loi de groupe

      Lieu : Fermat - Salle 2205

      [Article]

    • Mardi 15 janvier 10:00-11:00 - Emanuele Macri - IHES

      GT courbes elliptiques : isogénies I

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

    • Mardi 22 janvier 10:00-11:00 - Emanuele Macri - IHES

      GT courbes elliptiques : isogénies II

      Lieu : Fermat 2205

      [Article]

événement important

  • Probabilités et statistiques

    • Vendredi 11 janvier -

      Journée Wasserstein

      Résumé : Journée sur les distances minimales en probabilités et statistique.

      Lieu : bâtiment Fermat, salle G107 (le matin) et amphi J (l'après-midi)

      [Article]

  • HDR

    • Vendredi 14 décembre 2018 15:00-18:00 - Luca de Feo - LMV

      Explorations dans les graphes d’isogénies

      Résumé : Motivés par les applications récentes des graphes d’isogénies en cryptographie, nous allons faire une revue des problèmes liés aux isogénies de courbes elliptiques définies sur les corps finis, et de leur calcul.
      Les graphes d’isogénies se classent en deux familles : à multiplication complexe (CM) et supersinguliers. Les graphes CM jouissent d’une riche structure, liée à la théorie des ordres d’un corps quadratique imaginaire. Nous expliquons comment cette théorie donne des algorithmes pratiques pour se déplacer "verticalement" dans les graphes, en suivant le treillis des ordres quadratiques.
      Cependant, "pratique" n’implique pas "simple". Afin d’implanter efficacement nos algorithmes, nous allons devoir étudier les méthodes connues pour calculer dans la clôture algébrique d’un corps fini. De façon remarquable, les isogénies vont aussi se révéler utiles pour ces algorithmes, leur calcul devenant ainsi à la fois un fin et un moyen.
      Enfin, nous allons passer en revue les applications des graphes d’isogénies aux échanges de clefs cryptographiques. Les graphes CM offrent une généralisation naturelle de l’échange classique de Diffie–Hellman, un fait qui avait déjà été reconnu il y a vingt ans, et qui a été récemment remis au goût du jour. La structure des graphes supersinguliers, d’un autre côté, est reliée aux ordres maximaux d’une algèbre de quaternions, et est plus compliquée à manier algorithmiquement ; seulement récemment ces graphes ont été proposés comme une base pour la cryptographie.
      Dans les deux cas, la sécurité des protocoles cryptographiques est basée sur la difficulté de se déplacer "horizontalement" dans les graphes d’isogénies. Nous allons donc conclure notre étude avec une revue des algorithmes, à la fois classiques et quantiques, pour résoudre ces problèmes.

      Lieu : Batiment Descartes, Amphi B

      [Article]

Réservation de salles

  • Salle de réunion 4305

    • Jeudi 19 avril 2018 10:00-11:00 - Mohamed Krir

      Réunion du Bureau du Département

      [Article]

    • Vendredi 25 mai 2018 14:00-17:00 - Vincent Sécherre

      Jury M1 MINT session 1

      [Article]

    • Mercredi 30 mai 2018 14:00-16:00 - Catherine Donati-Martin

      Réunion équipe probabilités et statistiques

      Lieu : salle de réunion

      [Article]

    • Lundi 11 juin 2018 14:00-18:00 - Mohamed Krir

      Commission ATER

      Lieu : Fermat - salle 4305

      [Article]

    • Vendredi 29 juin 2018 14:00-16:00 - Vincent Sécherre

      Jury M1 MINT session 2

      [Article]

    • Mardi 11 septembre 2018 15:00-16:30 - Mohamed KRIR

      Réunion pédagogique MA100

      [Article]

    • Vendredi 5 octobre 2018 14:00-19:00 - Maxime Stauffert - LMV

      Pot thèse Maxime Stauffert

      [Article]

    • Lundi 19 novembre 2018 12:00-16:00 - Rostam

      Pot thèse Rostam

      Résumé : Pot de thèse

      [Article]

    • Lundi 7 janvier -

      Reunion Post-Docs FMJH

      Lieu : salle de réunion 4305

      [Article]

    • Mardi 22 janvier 13:00-14:00 - Maëlle NODET

      réunion MA202N

      [Article]

0 | 10
    • Jeudi 3 mai 2018 - Dimitri Zvonkine

      comité de sélection

      Lieu : salle 4310

      [Article]

    • Mardi 22 mai 2018 09:00-12:00 -

      examen Mokkadem

      Lieu : salle 4310

      [Article]

    • Vendredi 8 juin 2018 10:00-12:00 - Emmanuelle Crépeau

      réunion forum Emploi math

      [Article]

    • Vendredi 7 septembre 2018 09:30-12:30 -

      DOR UMR 8100 - LMV

      [Article]

    • Vendredi 5 octobre 2018 14:00-19:00 - Maxime Stauffert - LMV

      Pot thèse Maxime Stauffert

      [Article]

    • Jeudi 11 octobre 2018 09:30-12:30 -

      examen Mariane Pelletier

      Lieu : salle 4310

      [Article]

    • Mardi 23 octobre 2018 12:30-13:30 - Catherine Donati-Martin

      Réunion équipe probabilités et statistiques

      [Article]

    • Mercredi 24 octobre 2018 12:00-14:00 -

      examen Mariane Pelletier

      Lieu : salle 4310

      [Article]

    • Lundi 12 novembre 2018 10:30-12:30 - Nadège Arnaud - Mathilde Gallet - Claire Lebreton

      Apéro Open Acess

      Lieu : salle 4310

      [Article]

    • Lundi 10 décembre 2018 17:00-18:00 -

      Réunion bureau département

      [Article]

0 | 10
Ajouter un événement