Partenaires





« octobre 2018 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Conseils de Laboratoire > Compte-rendu du conseil de laboratoire du 29 mai 2017

Compte-rendu du conseil de laboratoire du 29 mai 2017

Présents : N. Arnaud, C. Chalons, B. Chauvin, M. Chlouveraki, E. Crépeau, L. Di Vizio, L. Frèrejean, P. Jaisson , O. Khorunzhiy, M. Krir, L. Robbiano, V. Sécherre

Invités : L. Frèrejean, P. Jaisson

Benjamin Groux est remplacé par Salim Rostam pour représenter les doctorants, post-doctorants et ATER au conseil de laboratoire. Pour information, chaque équipe a un interlocuteur privilégié des jeunes auprès de la direction du laboratoire : Ilaria Chillotti (équipe CRYPTO), Antoine Marchina (Probabilités-Statistiques), Thomas Michel (EDP) et Salim Rostam (Algèbre-Géométrie). Thomas Michel, sur le départ, devra être remplacé.

1. Bilan des initiatives prises depuis le dernier conseil de laboratoire

  • Nouvelle formule du colloquium

La première journée interne du laboratoire s’est déroulée le 11 mai, avec 4 exposés scientifiques par des membres des différentes équipes, un accueil sous forme de petit-déjeuner et un buffet le midi. Les retours sont positifs, aussi bien sur le format des exposés que sur l’aspect convivialité de la journée. L’idée d’un exposé non scientifique apparait importante pour la participation de Catherine, Laure, Liliane et Nadège. Toutes les suggestions sont les bienvenues. La prochaine journée aura lieu le 26 septembre, avec notamment un créneau réservé pour l’AG du laboratoire. Il est également envisagé un exposé de D. Zvonkine (nouveau DR CNRS arrivant au laboratoire à la rentrée, voir plus bas), et des exposés des doctorants / post-doctorants du laboratoire. Les exposés scientifiques doivent rester dans l’esprit colloquium, c’est-à-dire être accessibles à toutes les équipes.

  • Nettoyage des moquettes

Les moquettes des bureaux ont été nettoyées. Le travail a été effectué de manière très professionnelle. Les résultats sont globalement très positifs même si des tâches indélébiles persistent parfois. L’opération pourra être renouvelée compte-tenu de son coût raisonnable (600€).

  • Site web

Le site web du laboratoire a été enrichi et mis à jour par la création de nouvelles pages (invités, jeunes chercheurs, projets et contrats, événements scientifiques…). Il est important que tous les membres du laboratoire contribuent à leur contenu et vérifient que les informations qui les concernent sont correctes et complètes. Toutes les suggestions sont les bienvenues quant au contenu et à l’organisation du site du laboratoire. En parallèle N. Arnaud prépare un nouveau site utilisant la nouvelle charte graphique CNRS, avec l’aide d’Abdelhadi Tout, informaticien à la bibliothèque d’Orsay (mise à jour de la base de données et du logiciel SPIP). Le site est un outil de communication et de valorisation important, notamment en vue de la prochaine évaluation HCERES du laboratoire qui débutera en 2018.

  • Entrée du laboratoire / bibliothèque

L’achat de plantes et d’un "salon" est en cours pour l’entrée du laboratoire. L’aménagement de la salle bibliothèque en salle de conférence/séminaire propre au laboratoire est toujours en cours de réflexion. Un début de réflexion a été mené concernant l’affichage d’images scientifiques dans le laboratoire (via la photothèque du CNRS ou le site Imaginary) ainsi que la création d’un "trombinoscope" homogène des membres des différentes équipes du laboratoire. L’affichage de poster A0 de travaux réalisés au laboratoire, notamment des posters de doctorants, est aussi envisagé.

  • Point financier

L. Frèrejean fait le point sur la gestion financière du laboratoire. Depuis quelques temps, il n’y a plus d’agent comptable et l’intérim est assuré par la directrice financière Catherine Hun. Depuis le début de l’année, de nombreux retards de paiement des missions, des fournisseurs, mais également des bourses des étudiants en M1 et M2 ont été observés. Côté budget, les ¾ du budget du laboratoire ont été ouverts en début d’année, le ¼ restant vient juste d’être ouvert. Les reliquats des contrats ont également été ouverts.

  • Vidéoprojecteurs

A. Devulder a soulevé la question de la gestion des vidéoprojecteurs. Les vidéoprojecteurs étaient initialement gérés par le secrétariat. Au départ de L. Roger, chaque équipe a récupéré un vidéoprojecteur et la connectique associée. Dans les faits, cette nouvelle organisation fait qu’il est parfois difficile de savoir où se trouvent les vidéoprojecteurs et on les cherche quand on en a besoin (souvent dans l’urgence). Plusieurs vidéoprojecteurs ont même disparu. Pour remédier à ces difficultés, il a été décidé de revenir à l’ancien système, c’est-à-dire de ranger les vidéoprojecteurs au secrétariat et d’utiliser un cahier pour noter qui emprunte un vidéoprojecteur. Il est à noter que le fait que plusieurs personnes aient les clés du secrétariat (N. Arnaud, C. Chalons, L. Frèrejean, C. Le Quéré, L. Roger), et que tous les vidéoprojecteurs soient rangés au même endroit devraient permettre d’avoir plus facilement accès à un vidéoprojecteur en cas d’urgence.

2. Projet scientifique du laboratoire et politique de recrutement à 3-4 ans

C. Chalons indique son souhait d’élaborer une politique scientifique et de demande de recrutement pour les années à venir. Il présente son analyse de la situation actuelle et à venir, basée sur les séries de constats suivants :

- tout d’abord, il y a actuellement 2 postes de PR vacants (A. Mézard, M. Andler), 2 postes de PR seront également vacants dans les deux années à venir (A. Mokkadem à l’été 2018, O. Kavian en 2020). Du côté des MCF, 2 personnes sont en détachement (M. Besbes, A. Cortez) mais ces postes ne sont pas officiellement considérés comme vacants. Des départs de MCF dans les années à venir sont également probables suite aux soutenances récentes d’HDR de M. Chlouveraki et V. Nersesyan. Dans le même temps, il est très difficile d’obtenir l’ouverture de postes compte-tenu de la situation budgétaire passée et actuelle de l’Université, et de la pression qui existe au sein de l’UFR et des autres composantes.

- ensuite, la dernière évaluation du laboratoire souligne que le nombre de soutenances d’HDR du laboratoire n’est pas suffisant, et que chaque équipe du laboratoire doit veiller à sa cohérence scientifique interne. C. Chalons souligne qu’il est important de répondre à ces critiques en vue de la prochaine évaluation qui débutera au printemps prochain, et qu’il s’agit d’une condition nécessaire pour que nos demandes de recrutement au niveau de l’Université aient une chance d’aboutir.

Dans ce contexte, C. Chalons estime
- qu’il y a un fort risque de non remplacement de tous les postes vacants (ou sur le point de l’être) dans un délai raisonnable, surtout si les demandes sont faites sur la base d’arguments classiques (un départ équivaut à un remplacement, besoins en enseignement…) ;
- qu’il faut au contraire que chaque demande soit étayée par un projet scientifique structurant et si possible à forte visibilité, en plus des besoins en enseignement ;

- que le remplacement des 4 postes de PR en Mathématiques vacants (ou sur le point de l’être) par de nouveaux PR ne permettrait pas de répondre aux critiques de l’AERES dans la mesure où les nouveaux PR recrutés aspireraient certainement à développer leur propre thématique de recherche, ce qui n’augmenterait probablement pas ou peu les collaborations à l’intérieur des équipes ni l’augmentation de soutenances d’HDR ;

- qu’il serait ainsi préférable, et propose donc, de transformer certains postes de PR en postes de MCF. Ces MCF seraient recrutés sur des thématiques déjà présentes au laboratoire pour renforcer la dynamique scientifique à l’intérieur des équipes et faciliter leur soutenance d’HDR puisqu’ils seraient « encadrés » par des rangs A du laboratoire ;

- que le choix des postes de PR à transformer en MCF doit se faire collégialement, sur la base d’un projet scientifique solide et réaliste quant à la situation de l’Université, porté par les responsables d’équipe et visant notamment à répondre aux critiques de l’AERES. Ces projets sont attendus au plus tard pour le prochain conseil de laboratoire. A noter que les 3 équipes Algèbre-Géométrie, Probabilités et Statistiques, et EDP sont concernées par les postes de PR vacants ou sur le point de l’être.

C. Chalons pense que le projet de transformer des postes de PR en MCF permettrait :

- d’élaborer une politique scientifique d’équipe et de laboratoire pour les années à venir, ce qui est important en vue de la prochaine évaluation du laboratoire (en 2018) ;

- d’obtenir plus facilement de l’Université le remplacement de nos postes vacants, les postes de MCF (débutants) étant moins coûteux que les postes de PR (en fin de carrière) ;

- aux rangs A et B du laboratoire de développer plus facilement leur propre thématique de recherche avec le recrutement de nouveaux MCF sur des thématiques déjà présentes au laboratoire, et de contribuer ainsi à la soutenance de nouvelles HDR ;

- de créer une émulation et des collaborations internes au laboratoire plus nombreuses.

L. Di Vizio propose plutôt de mettre au concours les postes de MCF en détachement et de reporter le recrutement des postes de PR. Un poste de PR pourra être demandé dans quelques années pour l’équipe d’algèbre, à l’interface de l’algèbre et de la CRYPTO pour rapprocher les deux équipes.

Louis Goubin ajoute qu’en ce qui concerne l’équipe CRYPTO, le dernier rapport AERES de l’ex-laboratoire PRISM (auquel appartenait l’équipe lors de sa dernière évaluation) mentionnait le besoin prioritaire de renforcer l’équipe par un poste de PR.

C. Chalons souligne l’intérêt d’un projet scientifique commun à plusieurs équipes mais aussi le fait que les postes de MCF en détachement ne sont pas considérés comme vacants actuellement.

M. Krir souligne qu’il sera en effet compliqué d’avoir deux postes de PR en 2018 et que le master MIASHS ne pourra être géré par un ATER en attente d’un poste de PR.

C. Chalons confirme ce point mais souligne également que la difficulté liée au besoin en enseignement du Master MIASH doit de toute façon être réglée en parallèle des demandes de recrutement par l’équipe concernée dans la mesure où le nouveau recruté, MCF ou PR, ne sera pas amené à enseigner plus que son service statutaire.

Le projet scientifique et de recrutement du laboratoire pour les années à venir est un point très important pour le laboratoire. Les discussions sur cette question sont amenées à se poursuivre dans les semaines à venir. En particulier, chaque équipe est invitée à réfléchir à sa propre politique scientifique de développement et de recrutement.

3. Dialogue "Objectifs et ressources"

A l’initiative de l’INSMI, un dialogue "Objectifs et ressources" aura lieu au laboratoire le 1er juin de 9h à 12h. Ce dialogue consiste en une discussion/présentation du laboratoire avec pour l’INSMI : Zoubeir Zadvat (directeur adjoint administratif) et Clotilde Fermanian (directrice adjointe scientifique en charge du suivi des unités), pour la DR5 Philippe Cavelier (délégué régional), ainsi que pour l’UVSQ Alain Bui (Vice-Président du Conseil d’Administration) et Isabelle Jauny (Directrice Soutien à la Recherche et aux Etudes Doctorales).

Ce dialogue s’organisera de la façon suivante :
- 9h-11h : dialogue entre la direction du laboratoire et la responsable administrative et financière du laboratoire (C. Chalons propose que L. Frèrejean participe à ce dialogue).
- 11h-11h30 : visite du laboratoire
- 11h30-12h15 : discussion avec les responsables d’équipe et les IT (séparément). C. Chalons sollicite les membres du conseil pour les points importants qui pourraient être abordés, avec notamment
- les aspects financiers ;
- les locaux (LMV réparti sur 4 sites) ;
- l’accès aux revues électroniques pour les hébergés CNRS ;
- le projet d’Université cible Paris-Saclay ;
- la demande d’un poste d’ingénieur informaticien qui participerait aux travaux de recherche et assurerait un soutien informatique au laboratoire.

4. Points d’information

  • Nouveau membre du laboratoire

Dimitri Zvonkine, CR CNRS à l’IMJ et promu cette année DR2, rejoindra le laboratoire en septembre (équipe Algèbre-Géométrie).

  • Les bureaux

L. Di Vizio va prendre le bureau d’A. Aftalion. Une réflexion est en cours sur l’organisation des bureaux.

  • Les problèmes d’infiltration

Le document unique des risques professionnels 2017 a été rempli par V. Nersesyan, P. Jaisson et C. Chalons, en insistant sur les problèmes d’infiltration et les risques encourus. Suite à cela, un nouveau diagnostic a été effectué le 16/05/17 par une société, en présence de M. Mazuelas, et à l’initiative de la DPI (Direction du Patrimoine et de l’Immobilier) et du SPRP (Service de Prévention des Risques Professionnels). Un devis et un délai d’intervention seront transmis dans les meilleurs délais par la société aux services de l’Université, et une date d’intervention nous sera également donnée. Les services de l’Université devraient prendre l’intervention à sa charge a priori (aucune précision à ce sujet).

  • Les bourses de thèses et ATER

L’UVSQ a accordé un contrat ministériel de bourse de thèse à l’EDMH et 2 à l’ED STIC.

  • L’EUR

Le projet des EUR (Ecole Universitaire de Recherche) est de regrouper les activités du labex, mais aussi de renforcer les activités autour des doctorants, en créant notamment une école post-doctorale (qui permettra notamment aux doctorants de mieux préparer leur avenir, et notamment d’envisager s’il le souhaite une coupure pendant la thèse pour faire une activité annexe afin de mieux préparer l’après-thèse) mais aussi d’obtenir des contrats doctoraux allant du Master au doctorat comme cela se fait dans plusieurs pays. L’EUR Hadamard est portée par Pascal Massart et a passé le cap de l’Idex. L’EUR STIC n’a pas passé ce cap par manque de porteur véritable, mais devrait être soumise et acceptée en vague 2 suite à son évaluation néanmoins positive.

CR lmv 29/05/2017 - 198.4 ko